La bibliothèque de Lyon sera numérisée par Google

Le par  |  3 commentaire(s) Source : LeMonde
google-book-search.png

Le programme Book Search de Google permet un accès simple à des centaines de milliers d'ouvrages anciens. Outre le partage des savoirs, la firme en retire évidemment des bénéfices commerciaux. La BNF s'occupant de son propre programme de numérisation, jamais encore une ville française n'avait cédé aux avances du géant; c'est désormais chose faite.

google book search.pngIl existait jusque-là une sorte d'exception culturelle française pour Google. Alors que la firme propose depuis quelques années de numériser gratuitement l'ensemble des ouvrages de plusieurs bibliothèques municipales ou universitaires de renom, certains se sont inquiétés que des groupes privés, y compris Yahoo et Microsoft avec des projets analogues, utilisent le patrimoine universel à des fins commerciales.

Après de nombreuses villes et régions américaines et européennes, comme San Francisco ou la bibliothèque nationale de Catalogne, des ressources francophones ont été mises à disposition du géant de Mountain View, en provenance notamment de la bibliothèque universitaire de Lausanne. Autrefois pourtant, des voix s'étaient élevées pour demander un équilibre européen. La BNF a déjà numérisé quelque 300 000 œuvres, accessibles depuis son site et un projet européen est en cours. Malgré cela, nous apprenons que Google a décroché un accord avec la seconde ville de France, qui devrait cependant satisfaire l'ensemble des parties.


Des centaines de milliers de livres du domaine public
La bibliothèque de Lyon, puisque c'est elle dont il s'agit, est la seconde de France, avec quelque 1,2 million d'ouvrages. Google obtient ainsi son vingt-neuvième accord, le septième en Europe. La firme devrait se voit confier entre 450 et 500 000 ouvrages tombés dans le domaine public. Datant donc du XVI à la fin du XIXème siècle, ceux-ci devraient être tous numérisés d'ici au maximum une dizaine d'années. On parle d'un an à dix-huit mois avant que les premiers livres ne soient accessibles sur le Web. Google implantera pour mener à bien cette mission un site de scanner dans la banlieue lyonnaise.

Le géant prendra à sa charge tous les frais, estimés à environ 60 millions d'euros sur dix ans. L'accord stipule également que les internautes devront pouvoir avoir accès gratuitement au contenu ainsi numérisé. De plus, le site de la bibliothèque de Lyon et le moteur de recherche permettront tous deux d'afficher le contenu des livres. Évidemment, il n'y aura pas d'exclusivité pour Google sur les livres numérisés. Les concurrents mais aussi le futur projet européen pourront donc eux aussi avoir accès à ces ouvrages.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #276781
Quelque 1.2 million d'ouvrages...
Quelque 300 000 œuvres...

Dans cette tournure de phrase très "journalistique" et inutile, quelque est un adverbe. Donc invariable.
Le #276791
Et pour l'avenir il apparaîtra que Lyon a fait le bon choix.

Pourquoi s'en réjouir ? au moins 3 raisons:

- l'une parce qu'enfin des élus ont compris que si le privé intervient, il a les compétences que le public n'aura jamais; exemple réussi en catalogne à Barcelone.

- l'autre parce que google a fait ses preuves, alors que pour accéder à des ouvrages anciens à la BNF à Paris, il faut se lever tôt, pire que le parcours du combattant; exemple, au salon du livre à Paris, devant les cameras de la TV, le stand de la BNF a voulu faire une demo de consultation et un badeau a demandé à voir le texte du traite des Pyrénées...on attend encore ! Oui, le texte est accessible...non pas au tout public, mais aux chercheurs (ils ont trouvé merci)


- la troisième, parce que dans tous les cas connus en Europe, ce que le public a voulu faire avec des fonctionnaires non formés à cet effet, avec des sommes fabuleuses ponctionnées dans les poches des contribuables, a toujours tourné au fiasco comme en témoigne par exemple geoportillon imitation de google earth aux frais énormes des contribuables, Exalead, moteur de recherche français très marginal aux frais des contribuables; le projet Quaero, toujours pour imiter google, rapidement abandonné par les allemands (ils économisent 90 millions d'euros !) mais coutant des sommes énormes et abusives aux contribuables (250 millions d'euros !!!) etc.

infos =>http://www.yumezone.com/blog/2006/06/geoportail-la-honte.html
Le #276941
Tu as raison altheos, merci, c'est corrigé.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]