Google étend son réseau de publicité aux journaux papier

Le par  |  1 commentaire(s)
Google AdSense logo

Google a commencé son test grandeur nature ce lundi, et a mis à disposition de ses clients annonceurs, qui constituent presque la totalité de ses revenus (2,6 milliards de dollars au Q3), une plateforme online qui permet à ces annonceurs d'acheter des espaces de publicité sur des médias offline (des journaux papiers), comme dans les prestigieux New York Times, Philadelphia Inquirer, San Jose Mercury News et plein d'autres dont sept journaux appartenant à la société Gannett, qui publie USA TODAY.

Google adsense logoGoogle a commencé son test grandeur nature ce lundi, et a mis à disposition de ses clients annonceurs, qui constituent presque la totalité de ses revenus (2,6 milliards de dollars au Q3), une plateforme online qui permet à ces annonceurs d'acheter des espaces de publicité sur des médias offline (des journaux papiers), comme dans les prestigieux New York Times, Philadelphia Inquirer, San Jose Mercury News et plein d'autres dont sept journaux appartenant à la société Gannett, qui publie USA TODAY.


Le print n'est pas mort
Le système est simple : 100 annonceurs, pour le moment, (dont Netflix, eHealth et eBags) pourront faire monter les enchères (sur le site AdWords.google.com ) à propos des espaces qui les intéressent dans les journaux ciblés, et tout cela sur une même plateforme online, ce qui facilite grandement les choses, en mutualisant les ressources.

Google percevra une petite commission sur chaque vente effectuée. Tom Phillips, directeur de la branche publicité print pour Google explique que " Nous voulons avant tout amener plein de nouveaux clients et revenus aux journaux ".

Ces mêmes annonceurs ou clients n'auraient pas forcément pensé aux possibilités qui s'offrent à eux au niveau print, et l'initiative est bien accueillie par les DG des journaux, qui voient ainsi un moyen de se sortir de l'impasse dans laquelle ils se trouvent, avec des ventes soumises à rude épreuve par les medias online et un lectorat qui se raréfie.


De nouvelles opportunités pour tout le monde
Denise Warren, la responsable de la publicité au Times explique que " cela nous ouvre vraiment de nouvelles portes auprès des annonceurs " puisque selon Google, chaque journal conserve en plus un droit de véto sur la publicité et le prix demandé par l'annonceur.

La publicité print joint les efforts initiés par Google, dont les revenus reposent quasiment exclusivement sur la publicité, et qui cherche donc à diversifier ses sources de revenus en dehors du monde de l'internet, avec notamment l'achat d'une radio et de formes de publicités vidéo (bientôt mises en place avec l'acquisition de Youtube, dont nous vous parlions ici ).

Ce qui a fait le succès de Google, la publicité basée sur la performance réelle, avec les annonceurs qui ne payent que pour chaque clic effectué sur leurs publicité ne sera cependant pas présent dans ce modèle puisque la publicité est sur papier. A voir donc si le système est pérenne.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #140537
Et d'ici un ou deux ans, Google va faire appel à des crieurs publics pour sa pub. "Oyez oyez braves gens!"
Et distribuer des tracts sur parchemin.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]