SACD : la licence globale c'est la rémunération copie privée

Le par  |  8 commentaire(s)
Pascal-Rogard

Le directeur général de la SACD répond à la machine à claques Hadopi de l'UFC-Que Choisir. Face à l'idée d'une contribution créative de l'association, il fait valoir la rémunération pour copie privée.

Pascal-RogardÀ l'approche de l'envoi imminent des premiers e-mails d'avertissement, la Hadopi fait forcément beaucoup parler que ce soit du côté des pro comme des anti-Hadopi. L'association de consommateurs UFC-Que Choisir fait assurément partie de la deuxième catégorie. Avec un certain sens de la formule, elle a notamment qualifié la Hadopi de " machine à claques " afin de stigmatiser un côté perçu comme uniquement répressif de cette initiative pour lutter contre le téléchargement illégal.

La métaphore n'a pas plu au directeur général de la SACD ( Société des auteurs et compositeurs dramatiques ). Sur son blog, Pascal Rogard rejette cette idée de machine à claques et lui préfère celle d'une " simple machine à gronder ". " Les supposés contrevenants reçoivent un avertissement sans frais, c'est l'expression d'une loi qui se veut d'abord pédagogique ".

C'est aussi la vision des choses de l'UFC-Que Choisir qui est directement attaquée, alors que l'association milite pour une contribution créative inspirée d'une licence globale. Un " distributeur de friandises " selon Pascal Rogard qui de manière inattendue estime que la licence globale existe déjà avec la rémunération pour copie privée. Une remarque qui laisse aussi entendre que la taxe sur la copie privée risque d'augmenter.

Sur son site, l'UFC-Que Choisir ne croit pas en l'efficacité de Hadopi. Pour passer entre les mailles du filet, les utilisateurs les mieux informés ont déjà migré vers certaines solutions comme le réseau privé virtuel, souligne-t-elle. Un service le plus souvent payant.

Les prix varient entre 5 et 30 euros, et pour l'UFC-Que Choisir, c'est " nettement plus que les quelques euros mensuels qu'auraient pu verser les internautes au titre d'une licence globale ".

" En échange de ce forfait mensuel, les internautes auraient pu télécharger légalement et en illimité sur Internet, l'industrie du disque bénéficiant quant à elle d'une importante source de revenus. Avec l'Hadopi, c'est un réseau parallèle de pirates qui gagne désormais confortablement sa vie. "

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #693151
Le jour où les éditeurs de logiciels "artistiques" vont faire la guerre a ceux qui utilisent leurs créations sans les rémunérer, il va y avoir pas mal de casse chez les "artistes".

J'ai eu l'occasion de voir un échantillon des licences accordées à "bla blahblah" pour SoundForge, CreativeSuite, Cubase (+ banques de sons), FCP, LightRoom ... il y avait autant d'aplomb à défendre ce genre de pratiques qu'a condamner le "pillage culturel sur internet".
Les logiciels plus classiques : suites bureautiques, suites de sécurité, gravure cd/dvd sont à la même enseigne.

Je suis peut-être tombé sur une exception, c'est probable.
Le #693191
Il est évident que la solution Hadopi était LA PIRE pour les artistes car elle n'induisait aucune ressource supplémentaire pour ces derniers et faisait l'impasse sur les possibilités technologiques alternatives en place avant même l'adoption de la loi.

Dans mon entourage, la plupart de ceux qui téléchargeaient paient aujourd'hui un abonnement (entre 3 et 10 euros selon les formules) à un prestataire étranger pour continuer à télécharger de façon "confortable".


Je trouve vraiment dommage que cet argent n'aille pas aux artistes mais l'industrie du disque ne fait que payer sa position à la limite de l'autisme depuis plus de 10 ans. Les jeunes (et moins jeunes) ont pour la plupart bonne conscience en téléchargeant car ils le font avec un sentiment revanchard.

Au passage, je rappelle que j'avais calculé il y a 3 ans qu'une simple taxe de 1 euro HT sur tous les abonnements internet/3G aurait permis de passer du modèle 100% payant à un modèle type licence globale sans aucune perte pour les ayant-droit... Mais à force de vouloir le beurre, l'argent du beurre et tout le reste on finit par se prendre un coup de fusil de la part du crémier.

Tant pis pour eux.
Le #693261
moi ce qu'il m'interpelle , c'est que les taxes sur les support vont encore augmenter... c'est du grand n'importe quoi...
Le #693291
et qui nous dis que ce n'est pas les majors qui se cachent derrière les réseaux,payant, vpn et autres ?

un prête nom,des serveurs à l'étranger ça serait bien rentable pour eux..



Le #693311
Vu l'anachronisme de la taxe sur la copie privée aujourd'hui, on va arriver dans une sacrée impasse : les entreprises par exemple vont se fournir en supports de stockage directement dans l'UE pour avoir des prix plus intéressants, une bonne part des particuliers faisant déjà de même.

La taxe va ramener de moins en moins et on va encore décider dans l'urgence la levée d'une nouvelle taxe encore moins bien pensée...
Le #693411
OK on a compris M. le directeur général de la SACD, on gronde d'abord et on claque ensuite.

Le VPN payant! c'est une honte de faire du fric sur le téléchargement illégal mais d'un autre coté on nous pique bien du fric sur la copie privée, donc je dirais match nul.
Par contre quel est l'intérêt des ayants droits?
Le #693421
C'est vraiment navrant de voir des conn*rie pareil, ça change quoi de remplacer "claque" par "gronder". C'est peut-être plus politiquement correcte mais pour moi c'est la même chose.

Hadopi a été créé sur mesure pour eux et ils trouvent encore le moyen de se plaindre c'est quand même fort ça. Les droit des consommateurs et des citoyens ont été passé à la trappe mais ça ne leurs va pas encore.

La prochaine loi pour sauver l'industrie du disque ça sera quoi?
L'obligation d'acheter 10 album par mois par famille... ?
Faire une whitelist de site internet autorisé... ?

Il serait peut-être temps de voir qu'à force de faire de la daube, on ne veut non seulement plus acheter, mais aussi ça ne donne même plus envie de télécharger.
Le #693491
Prenez quelques minutes pour lire l'application très sélective des droits d'auteur par ce charmant monsieur : http://ownilive.com/2010/09/28/pascal-rogard-lart-et-la-mauvaise-maniere/

A part la propriété intellectuelle de la musique il n'y a pas de propriété intellectuelle.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]