Hadopi 2 : l'industrie française du disque en colère

Le par  |  19 commentaire(s)
assemblée nationale

Les représentants de l'industrie du disque font part de leur amertume suite au report du vote du projet de loi Hadopi 2 à l'Assemblée nationale.

assemblée nationaleAlors que l'examen du projet de loi Hadopi 2 se poursuit à l'Assemblée nationale, le texte posant les fondements de la sanction confiée à un juge pour punir le téléchargement illégal qu'il soit exécuté sciemment ou via négligence caractérisée ( défaut de surveillance de son accès Internet ), ne sera pas voté en cette fin de semaine.

Le vendredi 24 juillet est venu s'ajouter aux jours des débats afin que les près de 900 amendements puissent être traités, et le président de l'Assemblée nationale a annoncé qu'un vote solennel sur le texte aura lieu au mois de septembre, en présence donc d'une grande majorité des députés. Ce vote pourrait ainsi intervenir le 15 septembre 2009.


L'industrie du disque encore en colère
Ce report n'enchante guère l'industrie du disque. Dans un communiqué, le SNEP ( Syndicat National de l'édition Phonographique ) et la SCPP ( Société Civile des Producteurs Phonographiques ) font état de leur " vive déception ", tout en critiquant l'attitude l'opposition :

" L'opposition ayant déposé plus de 900 amendements - la plupart identiques les uns aux autres -, il s'est révélé impossible de finaliser le vote avant la fin de la session parlementaire ce vendredi 24 juillet. […] Une fois encore les ayants droit sont pris en otage par les manœuvres politiciennes de certains députés au mépris des industries culturelles qui pendant ce temps subissent une crise sans précédent. "

Dans cette même opposition, on pointe toutefois du doigt la faible mobilisation dans les rangs de l'UMP, et du côté du Nouveau Centre on s'interroge sur le pourquoi d'une telle obstination à faire passer cette loi avec la question polémique de la coupure de l'accès à Internet, qui outre des questions de faisabilité technique et empreinte d'inconstitutionnalité. Preuve que les députés de tous bords sont finalement assez divisés.

Le SNEP estime néanmoins que " l'absence d'une réglementation adaptée pour lutter contre les échanges illicites sur Internet a provoqué, depuis 2002, une perte de valeur de plus de 50 % du marché français de la musique enregistrée et constitue un obstacle majeur au développement d'une offre en ligne pérenne ". Et de réclamer une adoption au plus vite de la loi Hadopi 2 afin de " stopper l'hémorragie ".

 

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #491741
Au passage les amendements sont votés en ce moment même

http://www.assemblee-nationale.fr/13/seance/seancedirect.asp
Le #491761
"une perte de valeur de plus de 50 % du marché français de la musique enregistrée"
Au moins lol.
Y sont forts les gars à sortir des chiffres de leur chapeau...

Tous ça quand curieusement les chiffres de la SPPF et de la SACEM ne semblent vraiment pas en baisse :
http://www.ecrans.fr/Le-disque-inde-ne-connait-pas-non,7506.html
Le #491781
"Une fois encore les ayants droit sont pris en otage par les manœuvres politiciennes de certains députés au mépris des industries culturelles qui pendant ce temps subissent une crise sans précédent."

Et alors ? Depuis 20 ans les citoyens sont pris en otage par les manœuvres politiciennes de certains députés au mépris du bon sens et les artistes s'en foutent pas mal, allez vous planquer en suisse, vous serez pas les premiers.

"depuis 2002, une perte de valeur de plus de 50 %"

C'est pas la date du début de la star ac' ?
Le #491791
Les locomotives à vapeur ont également subi une forte baisse, suite au piratage électrique fomenté par les TGV: que fait le gouvernement?
Le #491801
"de certains députés au mépris des industries culturelles qui pendant ce temps subissent une crise sans précédent"
Il est évident que le téléchargement est la source du problème.
La médiocrité de l'offre et le prix de cd oscillant entre 15 et 20€ n'est quant à lui pas en cause.
Et puis c'est vrai que tous les artistes produits par les majors semble en grande difficulté financière.

Si encore c'était les petits indés qui montaient au créneau ça aurait un soupson de crédibilité , mais là franchement ...
Le #491861
A que oui, vite vite, si hadopi était passé le mois dernier, les disquaire auraient surement fait de bonne vente....

ralala qui sont navrant.

Empêcher les gens de télécharger ne les pousseront pas à acheter, ils ne veulent toujours pas comprendre la cause du non achat, dommage pour eux.
Le #491891
Je pense que les artistes devraient envisager de vivre de leur travail et non des rentes du travail qu'ils ont réalisé il y à n années. Et quand je dis travail c'est produire qualitativement et pas la soupe qu'ils nous servent pour la grande majorité d'entre-eux.

Je dois acheter à titre personnel 3 ou 4 albums par an, je ne télécharge jamais de musique. Parfois un film ou deux que j'ai été voir au cinéma et que je voudrais revoir avant la sortie en DVD et sans devoir m'acquitter d'un prix exorbitant pour une place assise dans une salle un peu climatisée.

Suis-je une criminelle ?

Si oui, alors quel est le degré de nuisance aux finances du contribuable du Ministre de l'Intérieur qui vient de commander une Citroën C5 pour 100.000€ ?

Lequel de nous deux est le plus nuisible à la société ?
Le #491901
@Natacha
C'est une C6 et non C5 pour 100.000€

L'industrie du disque en colère par le report du vote
Ils oublient que les parlementaires sont élus par le peuple et non aux ordres des multinationales
Cela donne une idée de la démocratie
Qu'est-ce qu'ils vont faire si le Conseil Constitutionnel rejette l'Hadopi 2 ? demander une modification de la Constitution ?
Si l'Hadopi 2 passe on verra si cela change quelque chose à leurs soit disant pertes à cause du piratage

Le #491921
Pour une fois je suis d'accord avec Phebus.
J'en viens presque à souhaiter que cette "loi" (entre guillement, car une loi qui est anticonstitutionnelle, c'est une première !) passe pour que tous ces ayants droits se rendent compte qu'effectivement, il n'y a pas de lien de cause à effet.
Leur raisonnement, qui est de dire qu'un téléchargement illégal = une vente ratée est faux. Je télécharge beaucoup, et en tout honneté, je n'aurai acheté que 5 ou 10 % de ce que j'ai téléchargé si je n'avais pas pu avoir ces oeuvres illégalement.
On est loin des 50% de baisse annoncé, non ?


Le #491931
Ils parlent de vente de CD, mais le téléchargement légal n'a pas augmenté ?

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]