Intel : un supercalculateur de 10 petaflops pour la NASA

Le par  |  10 commentaire(s)
supercalculateurs

Intel et SGI vont collaborer avec l'agence spatiale américaine pour augmenter ses performances et sa capacité en calcul intensif.

supercalculateursLa NASA s’est entourée du savoir-faire d’Intel et de SGI pour renforcer sa capacité de traitement en modélisation et en simulation de son unité de calcul intensif, NAS pour NASA Advanced Supercomputing.

Plus concrètement, cette collaboration est placée sous l’égide du projet Pleiades dont l’ambition est la mise en place d’un supercalculateur d’une capacité d’un petaflops d’ici à 2009, soit 1015 opérations en virgule flottante par seconde, et d’un autre d’une capacité de 10 petaflops d’ici à 2012, soit 1016 opérations par seconde. Construits par SGI, ces supercalculateurs seront équipés des derniers processeurs multicoeurs d’Intel.

Pour le directeur de l’Ames Research Center où se trouveront les supercalculateurs : " Les gains de performances colossaux que va nous apporter cette collaboration nous sont indispensables pour assurer les performances et la capacité de calcul nécessaires à nos futures missions spatiales et découvertes scientifiques. "

L’actuel supercalculateur de la NASA le mieux classé dans le Top 500 mondial des supercalculateurs (classement de novembre 2007) et dont la mise en service remonte à 2004, porte le nom de Colombia. Occupant la 20ème place, sa capacité avoisine 61 teraflops. Le plus puissant est le BlueGene/L avec 596 teraflops.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #232081
et combien de petabytes pour le stockage?
Le #232091
Le plus important, c'est que ce sera Linux et non Vista qui le fera tourner (sinon, les performances auraient été identiques à leur ancien calculateur
Le #232181

Okki


C'est pas sûr... Y'a pas que Linux et Vista dans la vie
Le #232201
Je vois pas trop l'interet.
La nasa, fait surtout des calcul scientifique.
Et pour ca, des cpu avec des capacité de calcul vectoriel c'est le must.
Or intel ne produit pas ce genre de cpu.

Plutot que de cherche a monté les flops, il aurrait peut etre du verifier si y'avait pas moyen de faire de plus vite avec des architecture differente.
Le #232211
Jarode, ça m'étonnerai qu'ils achetent des supercalculateur sans y réfléchir...
Le #232241
Salut à tous !

Ca me fait vraiment marrer ce genre de chose ! Suffit pas d'avoir une super puissance de calcul !

Faudrait peut-être aussi avoir une bonne carte graphique pour "Crysis 2" !





Je suis déjà dehors, pour un moment
Le #232291
Bah moi pas.
Regarde le cell, avec ca le projet Folding @home, aurrait pris 10 ans d'avance.

C'est bien le meme type de calcul qu'a a faire la nasa.
Pour tant niveau flops c'est pas un monstre le cell.
Le #232341
La NASA va avoir à faire des calculs au combien plus compliqués que ceux de Folding@home, qui finalement cherche à repérer des signaux radio exotiques qui viennent finalement de pas très loin (relativement parlant).

Pour la NASA il s'agira, entre-autre, d'analyser les raies d'absorption de l'hydrogène, la polarisation des photons, etc... de milliards de galaxies à des redshift importants. Bref pouvoir traiter une somme d'information colossale des futurs radio-télescopes géants et futures sondes exo-terrestres.
Le #232401
Ca reste des calcul vectoriel
Seul la quantité de donnée varie
Le #232471
Et de la quantité de donnée la nasa va avoir à en traiter à foison, genre les nouvelles sondes vont ramener autant si ce n'est plus de données en six mois qu'en dix ans il y a encore quelques temps.

D'ailleurs dans mon commentaire plus haut j'ai confondu folding@home et seti@home, sorry
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]