Internet : les traceurs toujours plus contestés par les autorités et les utilisateurs

Le par  |  0 commentaire(s)
cookie

En plein scandale autour du partage des informations des utilisateurs de l'application de rencontres Happn, la question de la sécurisation des internautes vis-à-vis des trackers est remise en question.

Il y a quelques jours, l'UFC Que Choisir annonçait avoir saisit la CNIL à l'encontre du service Happn, une application qui propose de géolocaliser les utilisateurs pour leur permettre de retrouver d'autres utilisateurs rencontrés par hasard à un moment donné.

Il est rapidement apparu que le service continuait à transférer des données collectées auprès des utilisateurs vers les USA et notamment vers les services d'UpSight, société spécialisée dans les outils d'analyse de données. Or, depuis le 31 janvier dernier, les entreprises françaises n'ont plus le droit de transférer des données outre-Atlantique.

L'affaire remet en avant la question de la traque des internautes et de la collecte insidieuse de données personnelles. Globalement, les affaires se multiplient à travers le monde concernant l'utilisation abusive de trackers. En novembre dernier, la Belgique exhortait Facebook de stopper la traque des utilisateurs.

cookie

En France, la CNIL avait haussé le ton en juillet dernier, se lançant dans une véritable chasse aux sites n'affichant pas clairement aux utilisateurs qu'ils utilisaient des cookies, ces fichiers-espions qui facilitent la navigation, mais qui sont également souvent utilisés pour collecter des données sur la provenance et les habitudes des internautes.

Face à une utilisation de plus en plus abusive de ces trackers, les autorités se veulent de moins en moins clémentes, et les solutions de protection se multiplient. Une aubaine donc pour les spécialistes de la sécurité qui surfent sur la paranoïa (souvent justifiée) des internautes née des premières révélations de Snowden (écoutes de la NSA) et amplifiée par la prise de conscience générale des webnautes du fonctionnement même des sites Internet et du business-model qui s'opère dans les coulisses.

Pour répondre à ces craintes, F-Secure a publié une notice expliquant les enjeux du tracking et ses risques et également intégré son outil Tracker Mapper à sa solution gratuite de sécurité Freedome VPN ( que nous avions testée ici). Le module permet de recenser l'ensemble des tentatives de tracking bloquées par Freedome et de générer une "carte à bulles" des tentatives effectuées par les sites Internet. En marge, le module permet également de présenter l'ensemble des sites malveillants bloqués par la solution.

 

L'avantage du dispositif est qu'il est accessible sur une grande variété de plateformes : Windows, Mac OS, iOS, Android. Il est donc à même de mettre un terme à la surveillance électronique commerciale indésirable sans pour autant bloquer l'intégralité des trackers utiles à l'identification automatique et à l'accélération des chargements de page par exemple.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]