Jean Labadie reproche le laxisme d'Aurélie Filippetti face au piratage

Le par  |  20 commentaire(s) Source : Liberation
Aurélie-Filippetti

Malgré les récents rapports indiquant les résultats de la commission HADOPI, le piratage reste un sujet sensible en France. Et c'est le distributeur Jean Labadie qui s'en prend aujourd'hui aux instances du gouvernement, et à la ministre de la culture jugée trop laxiste dans la protection des oeuvres sujettes à droits d'auteur.

C'est une tribune cinglante que vient de publier le Liberation, rédigée par Jean Labadie, véritable figure du cinéma français qui se soulève contre la banalité dans laquelle est progressivement tombé le piratage des oeuvres de cinéma ces dernières années.

Jean labadieCelui qui totalise huit palmes d'or et a fondé la société de distribution Bac Films, puis le Pacte interpelle ainsi la ministre de la Culture : " Madame Filippetti, la piraterie tue le cinéma".

Sa tribune débute fort : " Je ne me rappelle pas que la distribution indépendante ait jamais traversé une période aussi difficile", qu'il continue en expliquant que, selon lui, le déclin du cinéma Français à l'échelle nationale et internationale, sur la plan des productions indépendantes, est largement induit par l'évolution du piratage, favorisé par le laxisme des autorités qui peinent à faire appliquer des sanctions pourtant reconnues dans les textes de loi.

Il dénonce ainsi " l'inertie totale des pouvoirs publics", un sentiment ravivé par la récente volonté affichée du gouvernement de mettre un terme, ou du moins, de limiter toujours un peu plus les pouvoirs de sanction de la commission HADOPI.

Le piratage est comparé à du vol, pire, à du pillage en règle : " Pourquoi dans ce cas ne pas laisser chacun se servir dans les magasins d'alimentation ou de prêt-à-porter ? Ne serait-il pas aussi légitime de se vêtir et de manger à sa faim sans payer?"

Le secteur du cinéma requiert, selon lui, davantage que de simples avertissements, de véritables sanctions et pénalités, ainsi qu'une application stricte de la loi encadrant le non-respect des droits d'auteur, le recel et la distribution de contrefaçons. Il suggère ainsi de transférer le pouvoir d'HADOPI et ses compétences au Centre National de la Cinématographie, plus légitime à débattre des sanctions et questions de violation de droits d'auteur.

Mieux encore, Jean Labadie évoque une plateforme de VoD à la carte, qui permettrait aux films n'étant plus exploités en salle de se voir portés immédiatement sur les plateformes numériques, sur un territoire délimité. Une parade au téléchargement illégal des oeuvres excusé par les pirates par le fait que l'attente est parfois trop longue entre la sortie d'un film en salles et sa diffusion en VOD ou via les supports physiques.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1804490
99% du financement du cinéma français est sous forme de multiples taxes, impôts, aides, billets, régime spécial, régime fiscal, avantages tous azimuts pour produire 95% de bouses entre copains payés à ne pas faire grand chose.
Alors qu'il aille chialer ailleurs, surtout que Libération existe aussi seulement grâce à nos impôts et que plus personne ne le lit.

Le #1804493
C'est le film français qui tue le film français! Personnellement, dès que je vois "Film Français" je zappe! Alors je risque pas d'aller en télécharger!
Le #1804495
Ou comment râler en sortant des arguments vieux de 10 ans et déjà démontés partout, partout, partout...

*Baille*
Le #1804501
J'ai failli avoir la même réflexion [ = ... mais QUI télécharge des films français ? ! ].

Puis je me suis rappelé, qu'en France, il y a une taxe sur toutes les places de cinéma, et que par conséquent les blockbusters américains financent la production de films français, donc quand on pirate un film américain, il y a moins d'argent pour financer les belles œuvres de chez nous (oui, oui, celles que le monde entier nous envie, .............. ......mais n'a pas envie de regarder, faut pas déconner, quand même !!.. ).

Indépendamment de ça, le financement de la création reste un vrai problème,.....mais bon, vu que nos énarques n'y comprennent rien, ils ne sont pas près de trouver la solution...
Le #1804502
Qu'ils prennent les 12 millions d'€/an que coûte l'Hadopi, prélevés sur nos impôts, pour financer le cinéma Français.
Le #1804504
frèzetagada a écrit :

J'ai failli avoir la même réflexion [ = ... mais QUI télécharge des films français ? ! ].

Puis je me suis rappelé, qu'en France, il y a une taxe sur toutes les places de cinéma, et que par conséquent les blockbusters américains financent la production de films français, donc quand on pirate un film américain, il y a moins d'argent pour financer les belles œuvres de chez nous (oui, oui, celles que le monde entier nous envie, .............. ......mais n'a pas envie de regarder, faut pas déconner, quand même !!.. ).

Indépendamment de ça, le financement de la création reste un vrai problème,.....mais bon, vu que nos énarques n'y comprennent rien, ils ne sont pas près de trouver la solution...


+1. Je ne me rappelle même plus la dernière fois que j'ai téléchargé un film ou une musique française... Je ne suis même pas sûr d'en avoir jamais téléchargé... La seule façon dont le téléchargement pourrait nuire au cinéma français, c'est que du fait du téléchargement il est facile de se procurer films et séries américains (ou UK, ou autres), et que donc au lieu de regarder des conneries locales par absence de choix (coucou les quotas français) on peut regarder des choses d'ailleurs... et d'autres époques ! Là je viens de me finir une série US des années 1960 et je poursuis sur une de 1980. Je ne sais pas vraiment ce qui a bien pu sortir comme film français ces X dernières années, je sais juste que j'ai aperçu quelques bouffons sur des affiches d'un goût doûteux et quelques bandes annonces à la guimauve et/ou soporifiques et/ou constituées uniquement d'effets spéciaux et/ou juste bouffones qui ne me donnent pas envie d'en savoir plus et encore moins de télécharger lesdits films.
Le #1804511
Personne ne pirate les films français, c'est plus simplement dit comme ça, M JeNeSaisPasQui ?
Le #1804515
Idem, le piratage préserve la balance commerciale française. A part ça... La production culturelle française est financée essentiellement par subvention parce qu'elle n'a pas de vrai public. Car les subventions font que ceux qui "produisent" au sens large du terme cette "culture" se moquent éperdument des demandes des clients. Perso. si on me disait : tu ne pirates plus rien de français mais tu ne payes en contrepartie plus d'impôts pour financer la culture, je signe tout de suite. Je vais gagner quelques centaines d'euros par an ! Parce que je n'achèterai quasiment rien (rien d'achetable de produit en France ou si peu) et que je recevrai beaucoup vu tout ce que la culture reçoit directement ou indirectement du fait d'un assistanat quasi total dans ce milieu. (voir le mouvement des intermittents, voir les droits sur les supports numériques de stockage, etc.).
Le #1804517
De toute façon , en france on a instaurer la double peine en ce qui concerne le téléchargement . On doit payer des taxes sur les supports de stockages (qui sont souvent sans contenu piraté par l'utilisateur dans 70% des cas, mais on est taxé quand même , même si on ne pirate pas ) , mais on n'a pas le droit de télécharger.

Donc on nous taxe mais on nous interdit de télécharger . Pour moi , c'est soit il y une taxe et on peut DL , soit il n'y en a pas et là il faut vraiment sévir. Même la justice interdit les doubles peines dans ses jugements...

Pour la musique FR , c'est sûr , il ne faut pas chercher dans les radio , vu que c'est uniquement du bourrage de crâne avec de la merde...

Je connais des groupes FR bien sympas et ils refusent tous d'adhérer aux majors....c'est bizarre....hmmm.....en fait , non....

Pour en revenir à l'article par Jean "Bouffon" Labadie , il faut qu'il cesse de comparer le dématérialisé avec le physique. Le dématérialisé sera toujours présent , donc pourra toujours être vendu. L'objet physique en revanche , une fois volé , c'est une perte sèche pour le propriétaire qui lui , a un stock physique limité , alors que le dématérialisé , il suffit d'un fichier et ce n'est pas quantifiable.

Bref, ce monsieur n'a aucune crédibilité . Et si on veut se plaindre , il faut commencer par être crédible.

Il faudrait lui poser la question : pourquoi l'industrie fr (aussi bien musicale que film) ne veut pas changer de système économique qui date de l'an 40 (AV JC , ça va de soit) ?

Je suis bien content que Netflix arrive en france , ça va peut être leur faire bouger leurs gros culs (ça commence déjà un peu)....
Le #1804519
C'est clair que les scénaristes français ne sont plus à la hauteur...

En même temps, c'est quand même un peu général ; si on compte les suites et les remakes, y'a plus beaucoup de créativité...

Sinon, comme Montigny ; je m’abroge le droit de DL car je paye des taxes sur tous les supports que j'utilise.

Après, au lieu de gueuler, il ferait peut-être mieux de se pencher sur la répartition desdites taxes...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]