Licenciements : la vérité est dans le web

Le par  |  72 commentaire(s) Source : AFP
Internet 1 @

Plusieurs employés d'une entreprise anglaise située au centre de l' Angleterre à Milton-Keynes, viennent d'apprendre leurs licenciements par procuration via Internet.

Plusieurs employés d'une entreprise anglaise située au centre de l' Angleterre à Milton-Keynes, viennent d'apprendre leurs licenciements par procuration via Internet.

Internet 1Alors qu'en France un amendement vient d'être adopté pour rendre invalide les enchères inversées mettant en jeu un emploi dont le salaire serait nivelé vers le bas, la Grande-Bretagne connaît également son lot d'employeurs assez indélicats et peu scrupuleux.

Parmi eux, le directeur de la société Compound Sections accusé par le syndicat anglais Amicus. Compound Section fabrique des pièces détachées pour automobiles et machines à laver.

En effet, 50 salariés de cette entreprise ont appris de manière détournée qu'ils étaient licenciés en voyant leurs outils de travail en vente sur un site internet spécialisé.

Ce n'est qu'après avoir mis en ventes toutes les machines utilisées par ses employés que le patron a envoyé le préavis de licenciement à ses employés. Un préavis de ... 24 heures.

Où va t-on '


Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 8

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #87865
C'est clair que 24h c'est court...
Mais il faut relativiser car avec une politique telle qu'elle est faite en France, il est bien plus difficile de trouver un travail ; en Angleterre, les gens "switch" beaucoup plus de travail ce qui implique un taux de chomage moins important. Les contrats sont beaucoup moins contraignants a la fois pour les employeurs et les employes. Tout le monde s'y retrouve mais ce n'est pas en France que les gens pourront avoir cette chance malheureusement... Et ce n'est pas pour rien d'ailleurs que les entreprises, quand elles le peuvent, fuient la France
Le #87868
Ou vas-t-on '

-Bonjour, je cherche un emploi
-Ah Bonjour Monsieur, Si vous etes embauché chez nous ça vous plairas j'en suis sur !!
-Merci Combien Dois-je mettre '
-Ah nous sommes une entreprise qui a encore une gestion familliale avec seulement une seule puce sous la peau pour nos employés et tous le reste se fait encore a la main. Comme vous le savez , bien sur, tout travail mérite salaire, alors j'attends votre offre.
-Bien, Ben je suis pret à vous verser 2000? par mois pour avoir le droit de travailler chez vous.
-Ah, écoutez Monsieur , vous nous donnez moins que Le Candidat précédant pour pouvoir avoir le droit de travailler chez nous, ça ne suffira pas : on doit faire monter les encheres aujourd'hui, c'est fini le temps ou l'on prenait le candidat qui versait juste son salaire à son employeur. On n'a plus le droit de faire des encheres inversées : c'est celui qui a la plus grosse fortune qui peut rentrer dans l'entreprise.
-Mais vous comprenez Monsieur vous gagnerez avec moi pres de 2000? par mois c'est beaucoup qd meme
-Ah non ! Avec ça on pourras juste quadrupler nos bénéfices , on ne s'en sortira pas pour avoir nos 4*4 neufs à donner aux actionnaires tous les mois ! Au revoir Monsieur...

La porte qui claque.....


-Pff ces gens aujourd'hui, remarque le recruteur , ils voudraient presque qu'on les payent pour leur travail ! Quelle Epoque , mais Quelle Epoque!!!
Le #87870
krisallyde
Bof, ma boite vends meme aux chinois qui sont pourtant en train de depouiller nos concurrents "cheaps".

Ce qu'il faut c'est relancer la consommation, donc agir sur le bien etre des francais. Plus de consommation, plus de richesse échangée et voila.

(Chacun son inspiration, toi le libéralisme de droite, moi l'indécrottable optimisme de gauche).
Le #87871
krysallyde>Si tu ne couples pas le taux de chômage et les outils de mesure de la précarité, c'est difficile de débattre
Le #87875
krisallyde >Les anglais on un taux de chomage si bas parce qu'il obligent les gens à reprendre un travail faute de quoi il sucrent les allocs
Le #87877
Krysalide : Viré en 24h et tout le monde s'y retrouve.
Ouais ouais, c'est pour ça que tu bosses en angleterre bien sûr ...
Moi si je suis patron et que je peux virer un mec comme ça me chante, le premier qui viens demander une augmentation ou qui cause le moindre problème et qui n'est pas INDISPENSABLE je le vire. Ca apprendra aux autres à se tenir à carreau au moins.
Le #87879
Vive les raccourcis krisallyde

En effet, les anglais "switchent" beaucoup plus qu'en France, notamment du fait des contrats moins contraignants (surtout pour les entreprises) ce qui incitent les entreprises à ne pas hésiter à embaucher du fait qu'elles peuvent licencier facilement, en résulte ce turn over important et un taux de chômage moindre. Mais la tendance actuelle au "coup par coup" sans réel engagement sur le long terme des stratégies des entreprises entraînent cet effet de turn over, ce qui en contrepartie (dans le système anglo saxon) d'un taux de chômage relativement faible, fait vivre de plus en plus de gens dans une relative précarité (24h c'est court mais 2 semaines aussi pour pouvoir organiser son futur).
En France apparemment, la tendance serait de suivre le modèle anglo saxon qui "marche" pas trop mal (enfin, à relativiser avec leur système santé quasi absent etc). Mais je ne pense pas que ce soit réaliste (vu les réticences, les mentalités, etc, qu'il ne faut pas oublier si l'on souhaite vraiment changer les choses en bien et de manière durable --à l'opposé de la politique de patchs comme je l'appelle).
Revaloriser les métiers dits hautement qualifiés , par la sécurité de l'emploi pour les activités de recherche notamment, sans lesquelles un pays ne peut créer de richesses, et ne peut être indépendant. Cela peut paraître inégal, mais je pense que couplé à une action sur le court terme, il faut revaloriser ces métiers afin de donne aux étudiants la motivation nécessaire de réussir. S'ils savent qu'un avenir moins incertain (voire sûr) est à la clé, ils feront sans aucun doute l'effort de se donner les moyens d'y parvenir. Alors que dans la situation actuelle, quand on se dit que quoiqu'un fasse, on dégotera rien de bien, ça ne relève pas trop le niveau...
Le rêve de l'argent facile et de la belle vie associée, ça reste un rêve, et les jeunes en sont de moins en moins concients (qui n'a jamais vu/entendu un ado dire qu'il veut devenir célèbre et gagner plein d'argent à la télé le plus sérieusement du monde').
Le #87881
La gauche est tout sauf un parti optimiste.

Pour relancer la consommation deux solutions :

augmenter les salaires ou baisser les impôts (voir les deux).

Je pense qu'il est temps que les personnes en france prennent conscience que le marché de l'emploi a évolué : les personnes qui signent à 25 ans un CDI pour 40 ans c'est terminé. Il faut evoluer, être prêt à changer de metier plusieurs fois... Le monde du travail bouge, et il faut se mettre en adéquation.

Ou alors, il faut passer les concours de la fonction publique.

Et l'opposition n'est pas de droite ou de gauche dans vos remarques : c'est de l'oposition économique, keynes vs classiques.

Pour Keynes, la demande crée l'offre.
Alors que pour les classiques, c'est l'inverse.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]