Livre numérique : une entente illicite sur les prix ?

Le par  |  3 commentaire(s)
Amazon-Kindle

La Commission européenne enquête sur une possible entente des éditeurs sur le prix du livre numérique.

Amazon-KindleLe livre numérique est décidément de nature très polémique tant les enjeux sont d'importance pour l'industrie du livre qui ne doit pas rater le wagon de l'Internet, comme a pu le faire celle du disque qui s'efforce désormais de rattraper son retard en la matière.

En France, la question du livre numérique a été le théâtre de débats au Parlement dans le cadre d'une proposition de loi relative à son prix voulu unique et donc fixé par les éditeurs. En première lecture, le Sénat a voté cette proposition et l'Assemblée nationale a fait de même le mois dernier en apportant toutefois une modification d'importance qui limite sa portée.

Le texte indique ainsi que : " le prix de vente s'impose aux personnes établies en France proposant des offres de livres numériques aux acheteurs situés en France ". Plusieurs acteurs français craignent de fait que les plateformes établies à l'étranger aient toute la liberté de fixer leurs prix.

La proposition de loi doit être étudiée en deuxième lecture. C'est dans ce contexte houleux que la Commission européenne mène une enquête sur une possible entente sur les prix du livre numérique, rapporte l'AFP. Des perquisitions ont eu lieu chez plusieurs éditeurs en Europe. Après le vote du Sénat en France, et avant celui de l'Assemblée, le Commission européenne avait émis des réserves au sujet de la proposition de loi française.

Selon les informations de 01net, des éditeurs français ont été perquisitionnés. Président d'Albin Michel, Francis Esménard n'y va pas par quatre chemins et soupçonne l'opération d'être " téléguidée par Amazon " : " Ils se sont installés au Luxembourg pour ne pas payer la TVA en France et ils voudraient pouvoir vendre les livres à n'importe quel prix comme ils le font aux États-Unis, en proposant des best-sellers à 9,90 dollars ".

Le cas du prix unique du livre serait donc mis à part, et l'exécutif européen cherche à savoir si une entente illicite a eu lieu entre les éditeurs pour fixer le prix des livres. À ce stade, la Commission européenne n'a porté aucune accusation.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #757171
Mais non! mais non! les entreprises privées cela permet la concurrence et fait baisser les prix, non?
Le #757281
Les propositions des éditeurs français suivent malheureusement la même logique que l'industrie du disque. Le prix imposer n'est viable que dans un contexte nationale.

Qui plus est, le blocage des catalogues de livres numériques va nuire au développement du livre numérique.

Les éditeurs vont vers le livre numérique à reculons, en proposant un livre numérique au même prix que le livre papier! Cela va favoriser inévitablement le piratage, d'ailleurs ça commence déjà.
Le #757311
@gandalf79 :
Et vivement que ça se développe, les produits culturels réservés à une élite ça commence à me gonfler.
Quand on voit des bouquins à 40 ou 50 euros alors qu'il coûtent souvent moins de 2 euros à fabriquer et que les auteurs gagnent rarement plus de 6% du prix de vente...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]