Administration : une circulaire pour le logiciel libre

Le par  |  5 commentaire(s)
dadvsi-ayrault-president-parti-socialiste.jpg

Le Premier ministre adresse une circulaire sur les orientations des logiciels libres dans l'administration.

Jean-Marc Ayrault a adressé une circulaire portant sur les orientations et recommandations relatives au bon usage des logiciels libres dans l'administration ( PDF ).

Cette circulaire est accompagnée d'une lettre signée par le Premier ministre français dans laquelle il souligne les atouts du logiciel libre : " moindre coût, souplesse d'utilisation, levier de discussion avec les éditeurs ".

Dans la circulaire, on peut lire : " le choix du logiciel libre dans l'administration n'est pas un engagement idéologique, mais le fruit d'un engagement raisonné ".

Rédigé par la Direction interministérielle des systèmes d'information et de communication, le document indique que l'État doit également contribuer au logiciel libre. Une règle est même proposée pour les ministères : " réinjecter systématiquement de 5 à 10 % des coûts de licence évités ".

dadvsi-ayrault-president-parti-socialiste.jpgCette reconnaissance du logiciel libre est saluée par les acteurs du domaine. Pour le Conseil National du Logiciel Libre, le gouvernement a fait son " coming-out sur le logiciel libre ".

" Depuis longtemps, le logiciel libre tient une place de choix dans les services informatiques de l'État, mais les prises de position officielles avaient rarement été aussi claires et engagées, accompagnées de résolutions concrètes ", écrit le président du CNLL, Patrice Bertrand.

Toutefois, le document ne donne pas l'avantange au logiciel libre mais le met sur un pied d'égalité avec les solutions propriétaires : " pour répondre aux besoins métiers, le logiciel libre doit être considéré à égalité avec les autres solutions. C'est dans cette évolution que s'inscrit l'usage du logiciel libre dans l'administration ".

La circulaire met l'accent sur quelques limites à évaluer à l'instar de la communauté liée à un logiciel libre, le cadre des licences libres.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1029622
"réinjecter systématiquement de 5 à 10 % des coûts de licence évités">>>alors, réinjectés où ??? Et les 90 à 95 autres % ??? S'ils sont pas réinjectés, ils vont où ??? Dans la poche de ces messieurs ???
Le #1029872
Ils veulent se mettre les geeks dans la poche pour se faire pardonner l'HADOPI.
Le #1029992
Avant de prendre exemple sur les pays nordiques (dont les administrations sont équipées du "libre"), il faudrait d'abord que nos politiciens sachent de quoi ils parlent en terme de technologie. Quand je vois le Fred Mittérand se tortiller dans tous les sens lorsqu'il essaie de se justifier sur HADOPI, je suis mort de rire. La seule chose qu'il connaît d'Internet ce sont les forums pour choper ses "rencards" en Thaïlande.

http://www.nationspresse.info/?p=59071


Le #1030112
Si 5 à 10% du montant des licences évitées étaient effectivement investis auprès de sociétés faisant la promotion du libre, ce serait déjà pas mal ... maintenant, faut attendre de voir quelle sera l'application réelle de ce dispositif.

A Ulysse2K : entièrement d'accord sur le fait que nos politiques ne comprennent rien aux questions technologiques.
Pour eux, le vieil adage gaullien de "l'indépendance de la France" se traduit aujourd'hui encore sur les seuls secteurs qui étaient stratégiques à l'époque du général :
- maîtrise des technologies du transport ( y compris aérien,ou spatial)
- des fluides énergétiques ou des besoins de première nécessité (traitement eau, pétrole, nucléaire, etc)
- la défense etc ...

... dans tous ces domaines, nous avons aujourd'hui des multinationales de taille mondiale.

Le vieux général n'a pas précisé qu'utiliser un système d'exploitation qu'on connaît TOTALEMENT est une question relevant de la sécurité nationale, dans un contexte d'intelligence économique ou stratégique ... et pour cause, c'est parce que la question ne se posait pas ! ...mais depuis aucun de nos dirigeants ne se l'est posée !!!

Notons que dans la circulaire, "le L.L. dans l'administration n'est pas un engagement 'idéologique' ", ce qui confirme mon paragraphe précédent.

Parmi les motivations indiquées, notons le "levier de discussion avec les éditeurs", autrement dit, il s'agit surtout d'obtenir de meilleurs prix pour les logiciels propriétaires.

Bref, c'est mieux, .... mais putain, c'est pas encore gagné !
Le #1030312
Un état bien géré au service des citoyens. Bon ça va, je déconne. Rassurez vous, c'est verrouillé depuis longtemps. Il y a les appels d'offres et tout un tas d'autres trucs pour blinder la magouille et les magouilleurs. Ouf pas besoin d'être honnête.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]