Lutte contre le piratage: la BSA ne se fait pas que des amis

Le par  |  18 commentaire(s)
Logo BSA

La Business Software Alliance s'est fixé pour objectif de lutter contre le piratage de logiciels, une activité risquée lui attirant de nombreux ennemis. En voici un exemple.

Logo bsaMichael Gaertner, fondateur d'une petite société d'architecture de 10 personnes à Galveston dans le Texas, pourrait bien voir son entreprise mettre les clés sous la porte; il est en effet accusé d'utiliser des logiciels sans licences le lui permettant. L'organisation lui demande 67 000 dollars, soit environ une année de revenus ou bien elle le poursuivra en justice.

Une analyse menée par nos confrères d'Associated Press révèle que cibler les petites entreprises est une stratégie lucrative pour la BSA, l'observatoire mondial en charge de faire respecter les intérêts de groupes comme Microsoft, Adobe et autres Symantec. Sur les 13 millions de dollars glanés par la BSA en dédommagements du piratage logiciel avec des entreprises nord-américaines, 90 % viennent des petites entreprises. Pour le représentant des géants du logiciel, rien de surprenant puisque c'est dans ce secteur que le piratage est le plus élevé.

Reste que c'est également dans les petites entreprises qu'il est le plus difficile de créer un département technique et technologique assez compétent pour maintenir le bon fonctionnement des machines et des logiciels. Dans l'affaire Gaertner par exemple, certains employés n'ont pu ouvrir des fichiers avec le logiciel d'un éditeur, alors ils se sont débrouillés de leur propre chef pour trouver une version qui accepte de prendre en charge les formats récalcitrants, bien que ce soit interdit par les règles de la compagnie. Ajoutez à cela que les factures correspondant à l'achat des logiciels avaient été perdues, l'avenir semble compromis pour la firme fondée par cet entrepreneur.

" Ce n'est pas comme si c'était du bon logiciel. C'est juste que cela est répandu et que c'est communément utilisé " a conclu Gaertner estimant qu'après tout, il pourrait bien changer de logiciels à l'avenir.
Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #191576
C'est d'autant plus dommage qu'il existe dans la majorité des cas des softs libre et/ou gratuits.

Chez nous (40 postes), plutôt que de renouveller le parc de licences Office, on est passé à OpenOffice.
On utilise Foxit Reader, Firefox, Mozilla, des serveurs sous Linux (mail, Jabber, web & Data)

Bref, de nos jours le piratage est de plus en plus une solution de facilité. On prend donc un risque.....

Amitiés de Corse
Le #191577
bien fait pour ces petites sociétés, j'espere sincerement que les amendes les ont coulées.
Ils avaient qu'a utiliser des outils libres.
Le #191579
Ridicule ce genre de commentaire.
Le #191582
totalement, c'est la vie de plusieurs personnes qui est chamboulées. Heureusement que le marché de l'emploi americain n'est pas le français...

C'est technique de 1) "on vous paie et soudoie pour utiliser" et 2) "ah au fait, maintenant que vous avez grossi, vous pouvez nous payer", et loin d'être nouvelle.

C'est même là 99% de la stratégie et de la raison du succès des 3 plus grands groupes mondiaux en informatique (ms, sap, oracle). C'est pas vrai, SAP soudoie plus, mais demande à se faire payer tout de suite (favorise pas le piratage), et oracle soudoie pas (faut dire qu'ils en ont pas besoin).

Cet exemple n'est qu'un effort de relations publiques, de "communication" de la BSA.


business as usual.
Le #191584
non mais faut arreter un peu les gars.

Ces petites sociétés utilisent des outils informatiques piratés pour leur travail, ne paye pas les logiciels, et elles ne devraient pas etre coupables alors que des alternatives libres existent ?

Arretons un peu les betises s'il vous plait
Le #191586
En dehors des alternatives libres et/ou gratuites qui ne correspondent pas toujours aux attentes, elles peuvent aussi tout simplement payer.
Le #191595
ouais, m'enfin de là à faire fermer une entreprise... ca fait un peu beaucoup. Je veux bien que l'entreprise soit coupable, qu'elle aurait pu payer ou utiliser des logiciels libres, mais foutre 10 personnes au chomage, je ne suis pas d'accord. Vous ne voulez pas leur couper la tête en plus?
On en reparlera le jour où vous travaillerez dans une entreprise qui utilise des logiciels piratés et que vous n'êtes pas au courant.
Le #191600
freeman >il existe des entreprises qui au départ ne paye pas les logiciels par manque de moyens mais qui par la suite les achètent des que les moyens sont là, quand tu débutes tu fais souvent ce que tu peux avant de faire ce que tu veux.
Le #191603
Pas surprenant que beaucoup de PME exigent maintenant des techniciens ferré dans la connaissance des outils libres.
Le #191604
Aussi si le chef d'entreprise n'avait pas laisser faire le controle il n'en serait pas là. Il est tout à fait possible de refuser un controle de BSA car ils ne font pas tout à fait considérés comme faisant partie de la police.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]