Musique en ligne : taxe ou pas taxe des FAI ?

Le par  |  7 commentaire(s)
Logo iTunes

D'un côté la Sacem et l'Adami veulent taxer les FAI dans le cadre d'une mesure compensatoire pour les effets du piratage, de l'autre le Snep est opposé à cette idée.

Logo iTunesEn dépit du vote de la loi Hadopi pour lutter contre le téléchargement illégal, ce sont toujours les mêmes questions qui se posent et reviennent inlassablement. Il faut dire que la mission Zelnik, dont les conclusions ne devraient plus tarder à être annoncées, est l'opportunité pour les acteurs concernés de ressortir du placard quelques bonnes ( ? ) idées.

La Sacem et l'Adami se font ainsi les avocats d'une solution compensatoire apportée par les FAI. Pour Bernard Miyet, Président du Directoire de la Sacem, il est en effet " scandaleux que les premiers bénéficiaires du piratage n'aient jamais été appelés à rémunérer la création ". " L'explosion des échanges non autorisés est liée au développement de l'Internet à haut débit ".

Et ce n'est sans doute pas la mention " Le piratage nuit à la création artistique " que l'on peut lire sur la page des offres d'accès à Internet proposées par Free qui empêchera Bernard Miyet de sortir de ses gonds.

Sacem et Adami plaident pour la mise en place rapide d'une " contribution prélevée sur le chiffre d’affaires global des FAI ". Cette idée formalisée dans leurs propositions émises dans le cadre de la mission Zelnik a récemment été précisée. Pour l'abonné, la taxe pourrait se traduire par une augmentation maximale d'un euro sur sa facture mensuelle, tandis que le FAI devrait aussi s'acquitter d'une contribution supplémentaire, voire tout prendre à sa charge ( pas d'impact sur le prix de l'abonnement ).

Une idée aux faux airs de licence globale mais en réalité très éloignée car pour l'abonné, pas question de lui donner le droit d'aller piocher dans un fonds musical. Pourtant, le Snep ( et donc les majors ) voit revenir spectre de cette licence que le syndicat a combattu.

" Sur le principe, nous ne sommes pas d'accord : pour nous, cela revient à envoyer un signal qui dit : ' c'est interdit de pirater mais vous payez pour le piratage '. Cela ne viendrait à l'idée de personne d'instaurer, par exemple, une taxe sur la drogue ! "

, a déclaré au journal Le Monde David El Sayegh, directeur du Snep.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #557371
" Le piratage nuit à la création artistique "

Encore faudrait-il qu'il y en ait des artistes...


Le #557401
payer pour commettre un délit ?

y'a qu'en france qu'on voit ça

c'est la mode de balancer des buzzs pour voir l'opinion publique, alors je dis aux mrs des stats :
je paie pas, j'achète moins chers hors de france, je ne télécharge pas de musique (pour ça faudrait avoir de vrais artistes).
plus les majors nous les casserons plus on :
1) aura canal plus le prix d'une carte tv
2) le satellite gratuit, les chaines cablées idem
3) Windows gratuit en dual boot pour les jeux (pas besoin de mise à jour ) excepté directX et les drivers de carte graphique
4) téléchargera des ebooks, des *.Chm
5) des séries Webtel
6) ....

Au final, l'internaute sera toujours gagnant peu importe la fermeture des sites P2P, les taxes, les lois liberticides, les mouchards, les rootkits sur Cd sony , les starforce, les macrovisions.

Payer une taxe qui ressemble à une licence globale, c'est aveu d'échec, et peu importe que CE gouvernement soit des vendus ou votre secrétariat perso, au final, le client, l'internaute est roi. Et si par malheur, on conditionne les masses populaires, il subsistera toujours des rebellzs qui sont là bien avant le NET et seront là bien après...

Les seules réponses seraient :
- Amélioration de l'existant, offres légales accessibles à TOUS
- licence globale sur quotas
- baisse des prix de ciné (tout le monde n'a pas un CE performant), pensez aux artisans
- Eduquer les plus jeunes, les moins jeunes
- développer des plateformes libres subventionnées par la pub, ça a marché pour la télévision, ça marche pour le NET.
- Arrétez de payer des statisticiens et consultants et des webmétries à prix d'or pour cacher la vérité. n'importe quel internaute aguerri vous donnerait une solution viable. La culture, les loisirs sont des plaisirs, pas des moyens de propagandes ou des placements pour pdg hasbeen.

Le #557431
Pour l'abonné, la taxe pourrait se traduire par une augmentation maximale d'un euro sur sa facture mensuelle,

ben voyons,après les taxes sur dd,cd/dvd ect qui doit surement combler un soi disant manque du au piratage,voilà que ces feignasses qui n'ont toujours rien capter en veulent encore.

c'est ou qu'on obtient un "permis de tuer" ?



Le #557541
Le #557591
Pas compliqué, soit on suit la majorité et on en reste là, soit on suit les lobbys et on pose la taxe. La question est, qui aura le plus de poid sur le politique au final.

Le reste (post de DMZ entre autre) c'est du bla bla...
Le #557661
le vieux john qui parle de lobby...lol
retourne dans ta maison :

http://www.youtube.com/watch?v=kmWp2u3GI80&feature=related

Le #557701
Juste une remarque,
du bon vieux temps où le CD était seul sur le marché, la "démarque inconnue" (le vol) dans les magasins représentait un montant significatif du chiffre d'affaire. A la charge des commerçants, les CD volés ayant été payés par les comerçants au prix standard. Il ne me semble pas que la Sacem ni l'Adami ne se soient jamais souciés de ce bénéfice fait sur le dos des distributeurs, ni qu'ils aient proposés de rembourser partiellement les distributeurs sur leurs gains.
Pourquoi ?
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]