Musique en ligne : la SPPF adopte la tolérance zéro

Le par  |  3 commentaire(s) Source : ZDNet
SPPF_logo

La SPPF n'apprécie visiblement pas de voir ses musiques diffusées sans son accord.

Sppf logoEn cette fin d'année 2007, la SPPF ( Société Civile des Producteurs de Phonogrammes en France ), syndicat qui représente les producteurs de musique indépendants, vient de lancer un message d'avertissement des plus clairs aux plates-formes de musique en ligne ( radios en ligne, sites d'écoute en streaming et sites communautaires ). Elle a déclaré qu'elle ne tolérera désormais plus le fait que des plates-formes n'aient toujours pas régularisé leur situation et continuent de diffuser des musiques soumises aux droits d'auteur gratuitement et en toute impunité.

Dans son communiqué cité par nos confrères de ZDNet, la SPPF affiche une certaine fermeté : " Certaines situations ont pu être tolérées dans un passé proche, elles ne le seront plus à l'avenir. Dorénavant, la SPPF aura une attitude très ferme à l'égard des sites ou des opérateurs utilisant des phonogrammes ou des vidéomusiques en infraction avec les droits de producteurs de musique, et elle agira promptement à leur encontre dès lors qu'elle aura constaté des actes de contrefaçon. "

Interrogé par ZDNet, Jérôme Roger, directeur général de la SPPF déclarait ainsi : " Les producteurs de musique ne tolèrent plus que de tels services soient lancés et nous ont demandé de lancer un avertissement général. Nous allons devoir faire quelques exemples. "

Il apparaît que les portails de musique en ligne n'ont plus vraiment le choix. Ils doivent régulariser leur situation sous peine d'une attaque en justice comme c'est le cas pour RadioBlogClub, site communautaire contre lequel une plainte a été déposée il y a deux mois.
Complément d'information
  • The Pirate Bay boude la musique
    Des films, des séries TV, de la pornographie ou encore des jeux mais pas de musique pour le retour de The Pirate Bay.
  • Musique mobile : le streaming dominant d'ici 2016
    L'avenir de la musique consommée sur mobile est au streaming, suggère le cabinet d'études ABI Research, suggérant que l'accès aux contenus est préféré à la possession des albums ou morceaux de musique.

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #193209
"C'est l'histoire d'un banquier qui prend en otage ses clients en menaçant de se tirer une balle dans le pied..."
Le #193212
Les labels de musique "ne tolèrent" plus qu'on écoute de la musique (sauf, bien entendu, si on paye)
Put***, mais s'ils pouvaient, vous savez qu'ils nous mettraient tous des DRM directement dans le canal auditif pour qu'on ait le droit d'écouter que 2 fois une chanson téléchargée via leurs plate-formes légales de téléchargement ?
Le #193256
La vraie question au final va etre de savoir ou on va... Jusqu'a quand vont-ils serrer la vis, et quand tout ca va vraiment peter ?
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]