NASA : les moteurs ioniques battent un nouveau record après cinq années et demie d'activité

Le par  |  12 commentaire(s) Source : Gizmag
Propulseur ionique NASA record

Ce lundi la NASA a établi un nouveau record en annonçant que ses propulseurs ioniques venaient de dépasser le cap des 48 000 heures de fonctionnement non-stop.

Développés dans le cadre du programme NEXT ( NASA's Evolutionary Xenon Thruster), les propulseurs ioniques de l’agence spatiale américaine détiennent ainsi le record en ayant fonctionné plus de 5 ans et demi sans refaire le plein et sans incident.

Nasa propulseur ionique record NEXT est un système de propulsion solaire dont l’énergie est collectée par des panneaux solaires pour alimenter un propulseur ionique de 7-kW. Des particules de gaz xénon sont chargées en électricité puis accélérées à une vitesse supérieure à 145 000 km/h.

Des propulseurs de ce type sont déjà utilisés sur des sondes spatiales, comme Dawn. Les scientifiques se veulent très intéressés par cette technologie qui offre des performances bien supérieures à la technologie des réacteurs chimiques actuellement utilisés sur les fusées.

Le test a lieu dans une chambre sous vide du centre de recherche de Glenn à Cleveland dans l’Ohio.

Pour les 48 000 heures de fonctionnement, le propulseur n’aura consommé que 870 kg de xénon. À titre de comparaison, un réacteur traditionnel aurait nécessité Propulseur ionique NASA record plus de 10 000 kg de propergol.

La NASA espère pouvoir utiliser son NEXT dans un large éventail de missions à venir, d’autant que ces propulseurs se veulent également beaucoup plus compacts que ceux utilisés jusqu’à présent.

En outre, leur capacité à fonctionner pendant des années permettrait également aux vaisseaux de se déplacer de plus en plus vite.

Arrivé à la fin de sa période test, le modèle étudié devrait être éteint dans le courant du mois prochain. Les scientifiques s’estiment satisfaits des résultats et annoncent que l’autonomie du propulseur et sa fiabilité ont largement dépassé leurs espérances, mais aussi l’ensemble des prérequis de n’importe quelle mission spatiale éventuelle.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1386292
Comme quoi quand l'homme le désire, il est capable de faire quelque chose qui dure et de super économique
Le #1386302
Caaaaapitaine Flam tu n'es paaaas de notre galaxie ...
Le #1386342
test réalisé sous vide...

Si c'est une question de consommation de carburant, c'est pas génant, mais si ça ne fonctionne pas dans l'atmosphère, c'est plus chiant....
Le #1386472
lebonga a écrit :

test réalisé sous vide...

Si c'est une question de consommation de carburant, c'est pas génant, mais si ça ne fonctionne pas dans l'atmosphère, c'est plus chiant....


Les sondes et satellites sont censés fonctionner dans l'espace, donc le vide.

Le #1386482
Si tu penses que c'est pour l'utilisation des fusées, j'en doute fort.
Pour ariane 5 :
L'étage principal cryotechnique (EPC) 132 tonnes d'oxygène liquide et 25 tonnes d'hydrogène liquide.
Les étages accélérateurs à poudre (EAP) sont chargés chacun de 237 tonnes de propergol solide.
L'étage à propergol stockable (EPS) emporte 9,7 tonnes d'ergols stockables

Le #1386492
Attention, pour ceux qui se prennent à rêver sur un moyen de propulsion révolutionnaire.

Les moteurs ioniques ne sont pas fait pour propulser un engin hors de l'atmosphère terrestre, ils prennent le relai une fois l'espace atteint.

L'accélération produite par ces moteur est très faible, mais dure extrêmement longtemps par rapport au moteur conventionnel.

Pour que la sonde atteigne des vitesses prodigieuses, il faut plusieurs mois, voire plusieurs années de poussée.
Le #1386532
Willz>>>oui, ça, j'ai bien pigé...

Je disais c'est chiant à cause de la propulsion hors de l'atmosphère par un lanceur "classique", et à ses risques inhérents...
Le #1386552
comme le dis Pretarian c'est une belle avancé ces moteurs mais rien en l'état qui va révolutionné quoi que ce soit.. la poussé de ces réacteurs est constante ce qui lui permet d'arrivé au final à de très grande vitesse mais la poussée est tellement lente au début qu'il lui faudra être propulsé à "l'ancienne" au début si on ne veux pas attendre des mois entier avant d'arrivé à une vitesse potable...
l'idée est donc à creuser mais on ne va pas allez sur mars avec ça.. ni ailleurs d'ailleurs, juste quelques sonde de çi de là j'imagine
Le #1386652
le seul problème c est quil faut anticiper l arrêt très longtemps à l avance
et que une fois le démarrage amorcé , il ne faut pas être pressé pour arriver à destination
Le #1386662
le seul problème c est quil faut anticiper l arrêt très longtemps à l avance
et que une fois le démarrage amorcé , il ne faut pas être pressé pour arriver à destination
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]