La législation dépassée face aux nouvelles technologies

Le par  |  10 commentaire(s) Source : AFP
Logo CNIL

Le président de la CNIL vient de tirer la sonnette d'alarme, dénonçant une législation qui ne suit plus face au déferlement des nouvelles technologies et ne garantit ainsi plus la protection de la vie privée.

Logo CNILPour Alex Türk, président de la CNIL ( Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés ), il était grand temps de taper du poing sur la table et d'attirer l'attention sur un problème particulièrement préoccupant lié au déferlement "  des nouvelles technologies dans notre quotidien.

Nanotube CarboneS'exprimant devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, il a souligné le fait que les choses vont tellement vite aujourd'hui, que les législations sont assez rapidement dépassées et ne permettent ainsi plus de garantir une protection de la vie privée.

Alex Türk fait notamment allusion aux nanotechnologies qui pourraient d'ici une dizaine d'années être utilisées dans le domaine de la géolocalisation, amenant ainsi à des systèmes de surveillance à distance invisibles aux yeux de tous.

Pour lui, ce problème est extrêmement préoccupant et il est temps que les gouvernements s'associent pour la mise en place d'une convention internationale " imposant des principes fondamentaux pour le développement des nouvelles technologies dans le respect de la vie privée.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #688481
Tient ? Ils bougent encore à la Sénile ? je les pensait morts...

Remarque...Il est grand temps de sortir la tête de sa poubelle messieurs
Le #688501
Il est dangereux d'associé les technologies aux risques de voir disparaître le droit à la vie privée.

Par nature les technologies sont neutres c'est ce qu'on en fait qui peut poser problème ou pas. Par les OGM ont permis à des millions de diabétique insulino-dépendant de survivre, alors que des firmes comme monsanto les utilisent à des fin mercantile dangereuses pour la santé publique.

Pourtant la personne lambda fustige les OGM qui n'ont rien à voir avec les prise de décision de monsanto. De mon point de vue de biochimiste, les OGM sont des outils des plus prodigieux et nécessaire, mais à la seul condition qu'ils restent dans les labos.

Tout ceci pour dire qu'il ne faut reproduire les mêmes erreurs avec les nouvelle technologie de communication à venir. Au risque d'avoir les mêmes déconvenu que pour les OGM.
Le #688601
On pourrait avoir plus d'infos sur ces "nanotechnologies qui pourraient d'ici une dizaine d'années être utilisées dans le domaine de la géolocalisation"?
Le #688651
très bonne remarque gandalf79, tout à fait d'accord.
D'ou l'intéret de légiférer à tant, et avec des gens bien informés...
Le #688661
Gandalf79: on peut cultiver du riz transgénique dans ton labo? parce qu'il y a quelques milliards de gens qui essayent de me piquer mon bœuf mironton et je ne suis pas encore tout-à-fait prêt à partager - et c'est mon droit.

Quand tu mets en opposition les gentilles biotechs qui fabriquent de la bonne insuline pour nos chers diabétiques, avec les méchants de Monsanto qui ne font rien qu'à vouloir gagner de l'argent, je suppose que tu plaisantes. Il n'y a pas plus vénal que l'industrie pharmaceutique, sauf peut-être l'industrie pétrolière.
Le #688791
Spyhard, l'industrie pharmaceutique est en grande partie aux mains de l'industrie pétrolière. C'est valable aussi pour l'agrochimie. Et les uns comme les autres n'en n'ont rien à faire de l'humanité. Seul le profit les intéressent. Et c'est eux qui dirigent réellement le monde, pas les gouvernements. De par le fait, j'ai bien peur qu'ils soient aussi vénaux et mercantiles les uns que les autres.
Le #688801
@spyhard

Primo j'irai dans ton sens si monsanto avait réellement une politique philanthrope, or ce vraiment pas le cas. Les semences brevetés ne peuvent être resemé, et avant achat monsanto fait signé un contrat stipulant que les semences issues des cutures ne peuvent être ni resemé ni revendu pour semence sans l'accord de monsanto.

Secondo, les techniques OGM ne sont pas aussi fiable que monsanto voudrait le faire croire. En voulant trop vulgarisé ces techniques dans la presse on oublie bien souvent de préciser que la localisation de l'implantation des exogènes est très aléatoire. Donc un recule de 5 ans sur une nouvelle semence est très insuffisant pour déterminer sur le long terme (20 ans au moins).

Tertio les techniques OGM sont plus couteuses et moins efficace que les croisement et hybridation à l'ancienne. Seulement ces dernières ne peuvent être breveté.

Et pour finir l'exemple de l'insuline est un exemple parmi tant d'autre, mais celui-ci à le mérite d'être explicite. Mais aujourd'hui c'est le début des thérapies génique qui utilise à peu près le même principe que les OGM. Et à cause de la polémique contre les OGM (et non sur les vrais responsables du problème) des freins important sont mis en place par la loi de bioéthique dans le domaine de la thérapie génique. La réponse qu'on a c'est l'opinion public n'est pas prête pour cette nouvelle discipline. La même opinion public qui donne massivement au téléthon pour effectué des recherche dans ce domaine que la loi interdit.

C'est pour évité ce genre d'aberration porté sur la limitation de la technologie plutôt que de l'utilisation qu'on en fait qu'il faudrait prendre en compte pour l'avènement des nanotechnologies. Les nanotechnologie on les utilise déjà sans le savoir depuis les années 80, notamment en biologie, après tout dépend ce qu'on met derrière le mot nanotechnologie.
Le #688901
Personnellement, j'accuse Mosanto de crime contre l'humanité. Je m'explique : de tout temps, l'humanité a pu survivre en ayant la possibilité de planter une partie des graines des récoltes précédentes pour générer de nouvelles récoltes. Si un jour une catastrophe (naturelle, économique, atomique ou autre) devait par malheur ramener l'humanité à un stade de développement plus basique, où nous n'aurions plus les technologies actuelles, les êtres humains ne pourraient même plus semer leurs graines pour obtenir des récoltes et se nourrir, car Mosanto veut imposer au monde ses graines stériles. L'humanité serait condamnée à disparaître... (ou à s'entredévorer). En outre, on constate que ces OGM finissent par contaminer les récoltes non-OGM, ce qui signifie que tôt ou tard, il n'y aura plus que ça.

Par ailleurs, pour ce qui est des produits OGM tels que le maïs, le tapioca ou le soja, pour ne parler que des produits où les OGM sont les plus répandus, on ne dispose pas du recul nécessaire pour connaître à coup sûr leurs effets à long terme sur l'organisme. On se souvient des farines animales destinées aux bovins. On se souvient que l'amiante était largement utilisé avant que l'on ne commence à découvrir ses effets nocifs. Idem pour le tabac. Idem pour le plomb, etc. etc. Ce n'est pas les 10 ou 15 ans de recul qu'on a sur les OGM qui vont me rassurer. On ne peut malheureusement pas les éviter à coup sûr (d'autant que des gouvernements, comme le gouvernement canadien, se rendent complices de cette industrie en refusant de rendre obligatoire l'étiquetage des produits contenant des OGM) mais en évitant, dans le doute, les produits comme le maïs, le tapioca et le soja, qui sont les plus susceptibles d'en contenir, on diminue déjà notablement son exposition à ces substances.
patheticcockroach Hors ligne VIP 7663 points
Le #689011
@gandalf79: "Il est dangereux d'associé les technologies aux risques de voir disparaître le droit à la vie privée"
=>certes, mais vu les gouvernants que nous avons (surtout en ce moment), il est encore plus dangereux de laisser couler sans surveiller un minimum. Si Sarko le pouvait, je suis pas sûr qu'il resisterait longtemps à la tentation de greffer une caméra et un traceur GPS dans la tête de tous "ses" citoyens ("pour notre sécurité", of course). Et dans le cas où cela serait trop coûteux, probablement qu'Eric Schimdt viendrait sponsoriser tout ça, moyennant le placement d'une oreillette Adwords et l'installation d'un plugin Google Map Analytics dans le GPS...
Le #689501
La cnil c'est une enemie pour notre sécurité. En interdisant la constitution de fichier pour les services de sécurité pour des raisons plus proche du monde tel qu'il devrait être du monde tel qu'il est, on privilégie les délinquants aux détriments de tous.

Je trouve qu'aucune distinction n'est faites pour séparé l'usage commercial d'un usage axé sur la sécurité.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]