NXP : 100 millions de puces pour e-passeport écoulées

Le par  |  1 commentaire(s)
NXP logo

Le fondeur hollandais NXP annonce avoir franchi le cap des 100 millions de puces pour passeports biométriques durant le troisième trimestre 2008, profitant des déploiements dans plusieurs pays.

NXP logoNXP Semiconductors, branche de conception de composants électroniques issue de Philips, annonce qu'elle a passé le cap des 100 millions de puces pour passeports biométriques écoulées au cours du troisième trimestre 2008, soulignant sa position de leader auprès des gouvernements du monde entier.

NXP détient plus de 80% du marché du passeport biométrique, en étant présent dans 55 des 67 pays déployant une telle solution, grâce à sa technologie de puce SmartMX. Parmi ces derniers, on trouve les Etats-Unis, la France, l'Allemagne, l'Italie ou l'Espagne, mais aussi plus à l'Est Singapour, la Thailande ou la Nouvelle-Zélande.

" La capacité de NXP à fournir une technologie sécurisée, robuste et interopérable de puce pour passeport biométrique a conduit SmartMX à devenir la solution de choix des gouvernements partout dans le monde ",
se félicite Günter Schlatte, responsable des projets eGovernment de NXP.

" En plus des e-passeports, la technologie de NXP est utilisée dans de nombreux projets liées à l'identification, comme les cartes d'identité, les cartes de santé et les permis de conduire ", poursuit-il. Le marché de l'identification est en effet très en vogue et les demandes des gouvernements et des citoyens sont élastiques, demandant de pouvoir s'adapter constamment.

" Les critères des chipsets pour passeports biométriques sont très stricts du point de vue de la sécurité, de la confidentialité des données et de la robustesse ", explique ainsi Anoop Ubhey, analyste spécilalisé dans les solutions Smart Cards & ICT de Frost & Sullivan.


Une puce SmartMX plus rapide et mieux sécurisée
passeport biometriqueLes premiers passeports biométriques ont été lancés en 2004 avec pour objectif de renforcer le niveau de sécurité aux frontières en réduisant les risques de contrefaçons de documents officiels et la fraude. Ce qui n'a pas été sans controverse, le dispositif initial de sécurité, dit BAC ( Basic Access Control ), ayant rapidement montré ses limites, obligeant à repenser la protection des passeports.

NXP était pourtant déjà présent sur le marché en 2005 en lançant la puce P5CD072 compatible avec les spécifications BAC de l' ICAO ( International Civil Aviation Organization ) et disposant de niveaux de certification de sécurité Common Criteria et EAL5+.

C'est sur cette base qu'est née en 2007 la famille SmartMX ( P5CD080 ), la première puce certifiée EAL5+ à être compatible EAC ( Enhanced Access Control, la version renforcée du BAC initial ). La dernière puce de la famille, baptisée P5CD081, lancée en septembre 2008, présente l'avantage de pouvoir être lue en 3.5 secondes en mode EAC, contre 14 secondes en moyenne pour les puces de la génération précédente.

Cela peut ne sembler pas grand-chose, mais l'un des gros problèmes des passeports biométriques est le temps nécessaire à leur vérification, ce qui occasionne de longues files d'attente. La nouvelle puce SmartMX possède aussi une technologie Secure Fetch améliorant sa sécurité au niveau du matériel.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #365421
Passons-nous la pommade nous-mêmes, c'est toujours mieux.
Philips avait eu le même discours dans les années 90 puis NXP dans les années 2000 au sujet des puces MiFare classic : sécurité, fiabilité, meilleures ventes.
On sait ce qu'il en est aujourd'hui.
db

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]