La pénurie d'adresses IP menace les terminaux convergents

Le par  |  3 commentaire(s)
OCDE logo

Un rapport de l'OCDE met en garde les pouvoirs publics et les entreprises contre le risque de pénurie d'adresses IP qui pourrait perturber l'économie liée à Internet. Seule solution envisagée : l'accélération du déploiement de l'IPv6.

OCDE logoL' OCDE ( Organisation de coopération et de développement économiques ) tire la sonnette d'alarme, dans un rapport, sur la pénurie d'adresses IP fournies par le protocole IPv4. En mai 2008, 85% des adresses sont attribuées et ce qui reste laisse trois ans d'avance.

Or, de nouveaux types d'appareils vont être connectés en continu à Internet ces prochaines années, dont des téléphones portables, des gadgets électroniques, des matériels de type MID ( Mobile Internet Device ) et des capteurs. Un déficit d'adresses IP libres pourrait donc affecter l'économie liée à Internet.

Pour prévenir cette catastrophe annoncée, l' OCDE veut attirer l'attention des pouvoirs publics et des entreprises sur l'importance de la migration du protocole IPv4 à l' IPv6, qui fournira une réserve quasi inépuisable de nouvelles adresses.


IPv6
Comparaison IPv4 et IPv6

Une migration en ordre dispersé
L'organisation note que les fournisseurs de services ont jusqu'à présent peu préparé d'investissements en ce sens du fait d'une faible demande de la part de leurs clients. Les gouvernements, en tant qu'utilisateurs majeurs de services Internet ( par les institutions publiques ), doivent montrer la voie afin d'amplifier la demande pour l'IPv6.

L'OCDE déconseille de mettre en place un système à deux vitesses, avec certaines régions passant à l'IPv6 tandis que d'autres resteraient en IPv4, dans le sens où cela créerait des goulots d'étranglement et risquerait d'affecter les développements économiques.

Le Japon montre l'exemple avec l'utilisation de l' IPv6 pour connecter des milliers de capteurs sismologiques pour la prévention des séismes dans l'archipel, fournissant des données en temps réel et reliés à un système informatique pouvant réagir immédiatement à une menace en diffusant un message d'alerte sur les réseaux télévisés et en faisant passer tous les feux de circulation au rouge. Cette architecture demande des millions d'adresses IP qui ne peuvent être fournies qu'en IPv6.

D'autres pays ont également prévu des migrations, comme les Etats-Unis, dont les agences gouvernementales devront fonctionner en IPv6 à partir du mois de juin 2008, la Corée qui fera de même pour ses institutions publiques d'ici 2010, ou la Chine, qui profitera des J.O de Beijing cet été pour tester des équipements mobiles et autres systèmes logistiques sur son réseau IPv6. En Europe, on réfléchit également à la question.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #230941
C'est presque une publicité commerciale pour le IPv6 plus qu'autre chose, les entreprises, gouvernements et autres utilisent le NAT ce qui ne monopolise pas les IPs et les rends disponible à l'infini.
Le #231201
Le problème c'est surtout lorsqu'on offre un octet complet à une instution, pour le fun, alors qu'ils n'en utilisent pas le 10eme.
Si la gestion de l'ip v4 avait été meilleure je pense qu'il n'y aurait pas la pénurie qu'on a aujourd'hui.
Par contre un truc dont je ne suis pas sûr, l'ipv6 met-elle un terme au NAT ?
Le #231331
Tu peux toujours faire du NAT. Mais le but de l'IPV6 est de supprimer le NAT justement.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]