Projet PASION : ajouter du non-verbal aux communications

Le par  |  1 commentaire(s)
Projet PASION EU

Si les outils de communications se multiplient, très peu sont capables d'aller au-delà de l'information formelle. Le projet européen PASION cherche les moyens d'ajouter de l'information contextuelle et non-verbale pour enrichir la compréhension des messages échangés.

Projet PASION EUMessagerie, SMS, messagerie instantanée sont autant de moyens de communications électroniques à notre disposition au quotidien. S'ils sont efficaces pour transmettre un message, ils perdent en revanche pratiquement tout leur contenu non-verbal permettant de le comprendre dans un contexte donné.

Cela peut se traduire par des erreurs d'interprétation sur la finalité du message, voire parfois sur sa compréhension directe. Les études tournées vers la psychologie des échanges de messages dans le cadre des TIC font souvent état d'une compréhension incomplète du contexte, pouvant conduire à comprendre un email décontextualisé comme une agression, induisant des réactions erronées ou disproportionnées.

Des chercheurs européens ont imaginé des solutions pour ajouter des informations non-verbales ou contextuelles aux communications électroniques dans le cadre du projet PASION ( Psychology Augmented Social Interaction Over Networks ) financé par la Communauté européenne.


Appréhender un message dans son contexte
Les outils développés via le projet PASION permettent de renforcer les interactions au sein d'un groupe en donnant plus d'informations sur les activités, la géolocalisation et l'état d'esprit des membres d'un groupe et en renforçant leurs modes de communication.

" Beaucoup des problèmes rencontrés dans le travail collaboratif ne découlent pas de la nécessité de communiquer et de partager des informations explicites, ce qui est déjà à l'oeuvre dans les outils actuels, mais bien de la coordination des différents processus à un plus haut niveau "

, explique Richard Walker, l'un des responsables du projet. " Par exemple, les compréhensions erronées ou les mauvaises interprétations d'intentions peuvent créer des problèmes au sein du groupe ', poursuit-il.

Les outils du projet PASION mettent donc en évidence des informations supplémentaires comme la disponibilité des membres du groupe, leur position dans celui-ci ou leur humeur, pour le moment de façon directe mais bientôt automatiquement selon des algorithmes d'extraction d'humeur.


Des débouchés dans le travail collaboratif et les réseaux sociaux
Les protocoles ont été développés pour une utilisation sur des ordinateurs de bureau mais un prototype d'application existe également sur téléphone portable puisque cette interface est de plus en plus souvent utilisée et permet à des collaborateurs en mobilité de participer aux décisions au sein des groupes de travail.

Les chercheurs voient également l'intérêt de l'information non-verbale dans les applications ludiques, transformant le jeu en réseau social et permettant de renforcer la qualité des liens entre les membres. Il ne s'agit plus alors de considérer le nombre d' " amis " dans un réseau, notion qui n'a finalement pas une grande signification, mais bien la qualité des relations entre ceux-ci.

Les débouchés peuvent également servir dans des applications verticales comme la télé-psychiatrie ou l'e-learning, dans lesquelles les expressions faciales et le ton de la voix peuvent donner des indications sur l'état nerveux ou la compréhension des individus. Certaines de ses composantes sont d'ailleurs déjà à l'oeuvre dans certaines activités, comme le marketing.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #445601
Ya des gens qui ont trop de pognon et ne savent pas quoi en faire, sérieusement !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]