Entre piles et virus, le courant passe !

Le par  |  4 commentaire(s) Source : Reuters
virus souris

Au Massachussetts Institute of Technology ( MIT ), on ne chôme pas, c'est même tout l'inverse puisque des chercheurs ont réussi à utiliser des virus pour fabriquer des électrodes pour batteries microscopiques.

Au Massachussetts Institute of Technology ( MIT ), on ne chôme pas, c'est même tout l'inverse puisque des chercheurs ont réussi à utiliser des virus pour fabriquer des électrodes pour batteries microscopiques.

Virus sourisLes virus bactériophages utilisés sont des M13; grâce à eux, l'équipe de chercheurs internationaux a réussi à fabriquer des électrodes microscopiques qui pourront être utilisées sur des piles ion-lithium. Ces dernières, ultra-puissantes, serviront à alimenter de petits appareils.

Le groupe de chercheurs explique :

" Nous utilisons des virus pour synthétiser et assembler des fils nanoscopiques d'oxyde de cobalt à température ambiante. "

Faciles à manipuler et simples en structure, les scientifiques transforment les gènes du M13 afin que sa couche extérieure, son enveloppe, s'attache à certains ions métalliques.

Ils font ensuite incuber les virus dans une solution de chlorure de cobalt afin que les cristaux d'oxyde de cobalt s'assemblent uniformément en longueur. Il suffit alors d'ajouter d'un peu d'or pour conférer les propriétés électriques désirées.

Les virus ne peuvent pas se reproduire d'eux-mêmes et doivent donc être cultivés dans des cellules, dans ce cas-ci des bactéries. Les chercheurs injectent ainsi aux bactéries le matériel génétique des virus pour leur faire produire des copies du virus. Selon les chercheurs du MIT, les virus forment des couches ordonnées et les fils nanoscopiques qui en résultent fonctionnent comme les électrodes positives d'une pile.

A terme, ils espèrent fabriquer des piles dont la taille irait d'un grain de riz à celle des batteries utilisées dans les prothèses auditives. Auparavant, de telles manipulations avaient déjà été effectuées mais pas dans la même branche :

" Nous avions utilisé par le passé des virus pour assembler des semi-conducteurs et des fils nanométriques magnétiques. "

Chaque virus, et par voie de fait, chaque fil, ne mesure que 6 nanomètres de diamètre ( 6 milliardièmes de mètre ) et 880 nanomètres de longueur.

Article publié cette semaine dans la revue Science ( Etats-Unis )
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #98973
euh juste pour un tit mot comme ça lol au passage faudrait peut etre plus pensé a les enlevé qu'a les produires pour les mettres dans des batteries bref ce n'est que mon avis
Le #99011
Sur le coup je me suis demandé comment un virus pouvait être capable de ça. Je suis bête on parle pas de virus informatique (c'est pas précisé c'est pour ça).
Le #99025
" Les virus bactériophages utilisés sont des M13 "

Tu appelles ça " pas précisé " '''' Bactériophages quand même...
Le #99038
En tout cas, c'est baleze ! Et de toute facon, on va de plus en plus passer a des technologies produites graces a des virus/bacteries car ce sont des bons ouvriers capables de produire a moindre cout des élements tres petits !

A quand les processeurs fait par des bacteries !!!
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]