Le pilotage d'avions désormais possible par la pensée

Le par  |  3 commentaire(s) Source : Université de Munich
pilotage pensée

À l'heure où les interfaces de contrôle par la pensée se multiplient et que l'on pourrait croire qu'elles ne sont pas suffisamment développées pour proposer des interactions poussées, un groupe de chercheurs allemands vient de prouver le contraire en annonçant qu'il était désormais possible de piloter des avions simplement par le pouvoir de la pensée.

Faire décoller un avion simplement par la force mentale ne sera plus un simple scénario de science-fiction dans un avenir proche, c'est ce que promet un groupe de scientifiques allemands. Les chercheurs tentent ainsi de balayer les idées préconçues et de démontrer que l'on dispose aujourd'hui de suffisamment de précision dans le contrôle par la pensée pour réaliser des tâches multiples et complexes.

pilotage pensée Sept pilotes ont pris part à l'expérience menée par les chercheurs, chacun disposant de différents niveaux de pilotage et d'expérience, du pilote n'ayant que l'expérience du simulateur de vol aux pilotes confirmés exerçant depuis plusieurs années auprès de compagnies aériennes réputées.

Les sujets ont porté des casques équipés d'un réseau d'électrodes similaires aux EEG, et positionnés dans un cockpit relié à un simulateur de vol. Le casque enregistrait alors les ondes cérébrales et on demandait aux pilotes de penser à l'ensemble des commandes à réaliser pour effectuer un décollage, d'effectuer des corrections et ajustements au cours du vol, et de penser à l'ensemble de la procédure d'atterrissage.

Un puissant algorithme interprétait alors les ondes cérébrales et se chargeait de convertir les pensées en commandes sur le simulateur.

Les résultats se sont montrés bien au-delà des espoirs des chercheurs. Non seulement l'ensemble des commandes a bien été reconnu par le simulateur, mais plusieurs pilotes ont même réussi à poser leur avion avec une déviation infime y compris dans des conditions simulées de basse visibilité.

Bien entendu, tout cela se limite pour l'instant aux simulateurs de vol et l'idée n'est pas tant de développer immédiatement un module adapté aux avions que de démontrer la précision qu'il est possible d'atteindre avec ces interfaces cérébrales.

Néanmoins, les chercheurs espèrent pouvoir recréer un système comparable dans un véritable avion pour voir s'il est possible de renvoyer des informations vers le pilote, notamment concernant la résistance dans les commandes, ou trouver une parade lui permettant de pouvoir réagir plus rapidement à des situations complexes.

À défaut de remplacer totalement les commandes physiques, de tels dispositifs pourraient venir en complément des outils déjà embarqués dans les cockpits. Cela permettrait aux pilotes de se montrer plus efficaces en dirigeant une partie des commandes par la pensée et le reste avec leur corps.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1760262
mais est ce qu'il faut penser en russe ?

Le #1760282
mogg a écrit :

mais est ce qu'il faut penser en russe ?


J'allais écrire "c'est Eastwood qui va être content", mais tu m'as devancé. GG .
Le #1760912
Faudrait pas que le gars ce mettent à penser à baiser!

Les passagers et les passagères vont tous se faire baiser
par un avions en déroute.


Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]