Piratage : Bittorrent Unlimited Tracker fermé suite à une perquisition

Le par  |  3 commentaire(s) Source : Numerama
Unlimited tracker

Les opérations des autorités visant les plateformes de piratage se multiplient ces derniers jours, et c'est aujourd'hui en France que la gendarmerie a mis un terme aux activités d'un portail BitTorrent.

Selon nos confrères de Numerama, le site de liens BitTorrent Unlimited-Tracker.net a ainsi été suspendu suite à une perquisition menée dans le cadre d'une enquête préliminaire motivée par une plainte déposée directement par la Sacem.

bittorrent C'est la gendarmerie de Melun qui serait intervenue la semaine dernière au domicile du créateur du site pour mener à bien la perquisition qui s'est soldée par la saisie de matériel informatique et la mise en veille des activités du site.

Le tracker avait été créé en 2007 et était quelque peu tombé dans l'oubli après avoir rencontré un grand succès. Malgré 180 000 membres affichés, il ne comptabilisait en réalité que 40 000 inscrits.

Le site en question répond désormais aux abonnés absents, il a été désactivé à distance, mais le nom de domaine et les serveurs n'ont pas été saisis. Il fait désormais partie d'une liste grandissante de sites de piratage démantelés par les autorités.

L'événement fait suite à une plainte déposée en 2012 par la Sacem. Si la procédure a été si longue, c'est que le créateur du site avait bien orchestré sa couverture, et s'était offert un relatif anonymat en réglant les factures afférentes au site grâce à une carte bancaire associée à un compte bancaire situé à Hong Kong et alimenté par les dons des internautes. En deux ans, ce seraient 100 000 euros qui auraient été dépensés par cette voie.

Au final, c'est une régie publicitaire qui aura permis d'identifier précisément l'auteur du site, la police n'a pas souhaité en dire davantage sur les conditions de cette révélation.

La Sacem a indiqué que plus de 800 albums musicaux étaient partagés illégalement via le tracker, une paille comparée aux catalogues complets des plus grandes plateformes de piratage. Si des films et jeux vidéo étaient également proposés depuis le site, seule la Sacem s'est portée partie civile. L'enquête poursuit son cours avec l'espoir de remonter une filière plus importante.

Dans ce type d'affaires, on peut se demander si les moyens mis en oeuvre pour mettre un terme à ce type de plateforme de taille réduite et à la popularité moindre ne coutent eux même pas plus cher que le préjudice estimé par la Sacem.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1817679
Un Torrent de perdu ... 10 de retrouvés
Le #1817692
On avait la même chose à l'époque des radios pirates dans les années 80 avec la autorités et la SACEM : "on va tous mourir ! la création ! la qualité !"...

C'est bon, on connait la musique... ♪♫♫♪♪ (libre de droit)
Le #1817960
Au lieu de fermer ces sites, il (Sacem) devrait proposé au site illégale de se convertir et payer l'amende via une cote. C'est une idée.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]