Piratage de logiciels : des entreprises françaises à l'amende

Le par  |  15 commentaire(s)
pirate drapeau

Au premier semestre, les actions en justice de la Business Software Alliance ont coûté plus de 460 000 euros à des entreprises françaises pour l'utilisation de logiciels piratés.

La BSA | The Software Alliance regroupe de gros éditeurs de logiciels et défend leurs intérêts. Comme pour signifier qu'elle veille aussi dans l'Hexagone, la BSA refait parler d'elle en indiquant qu'au premier semestre 2013 ses actions menées en justice ont coûté 465 000 € à des entreprises françaises.

Par rapport à la même période l'année dernière, l'addition totale a grimpé de 25 %. Pour une seule entreprise sur plus d'une quarantaine concernées, la note a été de 110 000 €. Une telle somme prend en compte les dommages-intérêts et les coûts liés à l'achat de licences logicielles pour une mise en conformité.

Pour l'année 2012, la BSA avait indiqué que ses procédures avaient coûté 1,053 million d'euros à des entreprises qui utilisaient des logiciels piratés.

" L'utilisation de logiciels sans licence est encore très répandue en France. Cependant les entreprises ne doivent pas oublier que les logiciels légaux sont plus fiables et sécurisés, et permettent une meilleure productivité "

, écrit François Rey, Président du comité France de la BSA.

BSA-logoIl met ainsi l'accent sur le fait qu'un logiciel piraté peut avoir un comportement erratique susceptible de compromettre les données d'une entreprise. Sans compter sur la présence éventuelle de malwares et un manque de mises à jour de sécurité.

Pour confondre des entreprises ayant recours à des logiciels sans licence, l'une des armes de la BSA est... le signalement qui est une appellation plus édulcorée de la dénonciation. Via son site Web, la BSA permet ainsi à des individus de signaler un cas de piratage.

On peut y lire : " soyez un acteur de la lutte contre le piratage. […] BSA s'engage à maintenir la confidentialité de toutes les données vous concernant ". Plusieurs choix de signalement sont proposés  et cela va au-delà du cadre de l'entreprise :

  • Utilisateur final - Piraterie dans l'entreprise où vous avez travaillé, ou travaillez toujours
  • Distributeur - Entreprises qui vendent ou distribuent illégalement des logiciels
  • Internet - Sites internet ou particuliers qui vendent illégalement des logiciels
Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1547612
Sans cautionner l'utilisation de software piraté en entreprise, je ne vois pas trop ce que l'utilisateur (donc l’employé) a à gagner en faisant de la délation auprès de la BSA ?
A part les droits au chômage quand l'entreprise devra licencier pour payer les licences et les amendes, je ne vois pas trop !
Le #1547642
Tant qu’à aller dans le sordide, si la Business Software Alliance reversait 50% de l’amende au délateur...

… en trois mois il n’y aurait plus aucun logiciel piraté en entreprise
Le #1547652
Si les processus de sécurité étaient moins chiant, je pense qu'il y aurait nettement moins de piratage. Combien de fois j'ai du péter un loader sur des bécannes en 7 alors que j'avais une license en bonne et due forme sous la main.

L'outil informatique sert pour travailler et pas l'inverse. Certains n'ont pas le temps de se prendre la tête avec des activations qui prennent au bas mot plus de 30 minutes et 25 reboot.
Le #1547662
Il y a aussi le prix des licences , qui fait nettement la balance vers le piratage , que ça soit pour les petites entreprises (qu in'ont pas forcément les moyens de se payées celles-ci ou qui ne trouve pas ce qu'elles veulent dans les logiciels open source) ou les grandes entreprises qui ont besoin de plusieurs licences.
Le #1547742
" L'utilisation de logiciels sans licence est encore très répandue en France. Cependant les entreprises ne doivent pas oublier que les logiciels légaux sont plus fiables et sécurisés, et permettent une meilleure productivité "

Euh, ils parlent de Windows XP?

Qu'on shoote une bonne fois pour toute ces OS et logiciels de m...., et tous sous Linux, LibreOffice, FireFox, et autres
Le #1547752
Le piratage, c'est mal, c'est clair.
Mais le prix des licences est trop souvent pas adapté au produit.
Lorsque je regarde chez moi, j'ai plein d'applis sous Android que j'ai payé, parce que moins de 5€. J'ai aussi payé ma licence Win8, car moins de 30€.

Par contre, jamais je n'aurais payé Office à 500€ par PC, ni photoshop à 1400€ par PC, j'ai pris de l'équivalent libre et/ou gratuit, vu mes "petits" besoins. J'utilise à peine 20% des fonctions de ces logiciels.
Les entreprises peuvent se tourner vers Libre Office sans soucis, il est rare de ne pas pouvoir avec ce qu'on fait avec la version Micro$oft.
Pour les retouches d'images, "paint.net", c'est pas si mal, si on n'a pas de gros besoins. On y retrouve tout ce qu'il faut au traitement "classique" (filtres, calques, etc..)


Le #1547772
@ ViktorE
M'kay !

Il faut aussi prendre en compte le fait qu'une entreprise paie ses logiciels non pas au prix public et sans la TVA (normalement ?) et, très souvent, ce sont des contrats qui font que la note peut se révéler salée à la fin mais moins lourde car adapté aux besoins de l'entreprise (ajout d'un poste, retrait de deux postes) ce qui permet une certaine flexibilité des coûts.

L'autre souci est l'ultra-dominance de Microsoft sur le marché, donc la majorité des logiciels n'existent que sous Windows. Une minorité Mac. Linux c'est presque anecdotique. Même si je partage le point de vue de frenchcat, le tout Linux n'est actuellement pas forcément possible, spécialement en entreprise. Pas pour toutes en tout cas.
Sans oublier les problèmes de communication entre les suites bureautiques libres et la principale du marché aussi bien pro que perso : Microsoft Office.
Malheureusement, si Microsoft documente de A à Z pour que toutes les suites puissent bien partager les documents, la plus-value Microsoft pour la majorité des boites disparait comme des bénéfices pour Microsoft.

Sujet sensible et relativement difficile à équilibrer pour que tout le monde puisse y gagner.
Maintenant, si Linux gagne en PDM de manière assez exceptionnelle, la donne peut très bien changer. Le problème.. ça ne changera pas demain. Sans oublier que les DSI sont généralement de vieux incapable de faire leur boulot et veulent juste se contenter de toujours appliquer la même tambouille jusqu'à leur départ à la retraite.. Aussi les utilisateurs qui, si tu leur bouge une icône, s'y perde facilement alors qu'ils savent s'habituer à leur nouveau micro-onde ou voiture.

Bien difficile de souffler du changement dans les entreprises.
Il faut d'abord faire changer les habitudes au domicile. Ce qui n'est pas jouable tant ils sont accrocs à leurs habitudes. Ce qui est, tristement, compréhensible.
Le #1547852
La délation comme en 40.
Le #1548132
Dénonciation... Délation pure et dure oui! Celui qui se fait licencier n'a plus qu'à aller balancer son ancien employeur. Heureusement que peu de gens ont conscience de l'ampleur que peut prendre un simple logiciel piraté!
Le #1548162
alucardx77 a écrit :

Si les processus de sécurité étaient moins chiant, je pense qu'il y aurait nettement moins de piratage. Combien de fois j'ai du péter un loader sur des bécannes en 7 alors que j'avais une license en bonne et due forme sous la main.

L'outil informatique sert pour travailler et pas l'inverse. Certains n'ont pas le temps de se prendre la tête avec des activations qui prennent au bas mot plus de 30 minutes et 25 reboot.


+10.
Et Microsoft qui complique encore le downgrade d'OS participe aussi au piratage le BSA devraient leurs demander le nom des intellectuels qui pondent des systèmes pareil

@frenchcat c'est bien de troller mais sur le terrain c'est pas si simple !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]