PNCD : les services de renseignement à l'écoute de vos données, sans véritable contrôle

Le par  |  5 commentaire(s) Source : Le Monde
Hokkaido Japon espionnage trou de serrure

La Plate-forme PNCD donne accès aux services de renseignements français à de vastes quantités de données personnelles quasiment sans contrôle pour les différents services qui y ont accès, rapporte Le Monde.

Les Etats-Unis doivent composer avec les révélations sur les pratiques d'écoutes de la NSA et un fonctionnement qui dépasse parfois le cadre légal mais la France n'aurait pas grand-chose à leur envier en matière de programme secret d'écoutes.

Le journal Le Monde revient sur la PNCD (Plate-forme Nationale de Crytage et de Décryptement) installée dans les locaux de la DGSE, véritable Big Brother doté des plus puissants calculateurs du territoire  mais dont l'existence et le financement sont camouflés dans d'autres programmes.

Hokkaido Japon espionnage trou de serrure Le journal évoque pourtant sa "place exorbitante au sein de l'organisation du renseignement en France", sa capacité à récupérer des milliards de données concernant les citoyens par des moyens satellitaires, hertziens et via les câbles sous-marins et l'échange des données recueillies avec différents services de renseignement et militaires français, mais aussi avec des services étrangers.

Le côté sombre de ce programme est qu'il fonctionne sans aucun contrôle, ni ministériel ni de la CNCIS (Commission Nationale de contrôle des interceptions de sécurité) pourtant chargée de vérifier la légalité des écoutes administratives.

Le Monde souligne également que la PNCD est "reliée aux centres de stockage de tous les opérateurs installés en France", avec la possibilité de faire remonter rapidement les métadonnées utiles en cas de requêtes.

Et si la plate-forme d'écoute est censée fonctionner pour intercepter les échanges hors de France, de nombreux services y ont accès depuis 2007 : Tracfin (finance), DNRED (douanes), DPSD (militaire), DRM (militaire), direction du renseignement de la préfecture de police de Paris...et DGSI (sécurité intérieure).

L'absence de distinction nette entre données étrangères et données françaises dans une collecte qui se rapproche d'une "pêche au chalut" semble laisser faire un peu tout et n'importe quoi, profitant d'un flou juridique et d'une mutualisation des moyens techniques qui permet finalement de dépasser les cadres légaux en captant des masses de données plutôt qu'en réalisant des écoutes ciblées.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1839274
..//mais la France n'aurait pas grand-chose à leur envier en matière de programme secret d'écoutes.//..

Il y aurait encore des gens qui en doute ?

Le #1839277
mapool a écrit :

..//mais la France n'aurait pas grand-chose à leur envier en matière de programme secret d'écoutes.//..

Il y aurait encore des gens qui en doute ?


Et oui !

Il y a encore des gens qui ne croient pas à Big Brother.

La série Person of Interest n'est plus de l'anticipation.

Pôvre de nous...
Le #1839281
Ah ben si ça leur intéresse tant que ça de voir ce que j'écrit sur GNT.. loll
Le #1839294
C'est une coquille, le "décryptement" ??? Ou un illustre académicien a décidé qu'on ne dirait plus décryptage ???
Le #1839366
"...dont l'existence et le financement sont camouflés dans d'autres programmes...."


oui le budget defense ne tombe pas que dans quelques rafales et 1 porte-navions. Sinon il a une vilaine erreur de caisse.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]