Un projet de super fondeur européen pour contrer Intel

Le par  |  4 commentaire(s) Source : EE Times
drapeau Europe UE

Constat : les acteurs européens de l'industrie des semiconducteurs ne font pas le poids face au rouleau compresseur américain nommé Intel. Solution : les réunir en une super entité européenne ?

drapeau Europe UEJoseph Borel, ancien vice-président exécutif Recherche et Développement de STMicroelectronics ( ST ) s'inquiète de la tournure que prend le marché européen des semiconducteurs, littéralement laminé par le géant américain Intel. Les grands groupes européens ont accumulé les pertes en 2007 : 477 millions de dollars pour un chiffre d'affaires ( CA ) de 10 milliards de dollars chez ST, 750 millions de dollars pour un CA de 7,04 milliards de dollars chez le hollandais NXP Semiconductors et un petit profit de 121 millions de dollars pour 6,27 milliards de dollars de CA chez Infineon, mais qui avait accusé 27,7 milliards de dollars de pertes en 2006.

Le tableau n'est pas brillant, d'autant plus que les coûts de recherche et développement, de conception et de fabrication explosent du fait du passage à la gravure en 45 nm. Dans ce contexte, le chiffre d'affaires annuel du rival américain Intel dépasse celui, cumulé, de ST, Infineon et NXP.


A la recherche de volontés politiques

La solution que Joseph Borel vient de soumettre au Sénat, c'est la création d'un super entité européenne des semiconducteurs en regroupant les trois sociétés précédemment citées, ce qui apporterait une masse critique susceptible de concurrencer efficacement le fondeur américain, plutôt que d'agir chacun de son côté, dans une position défavorable.

" La seule façon de sauver le marché européen est de se placer juste derrière Intel et de faire travailler tout le monde ensemble afin d'éviter les redondances ", explique-t-il. Cela signifierait consolider les positions des acteurs existants, renforcer les liens avec les centres de recherche européens, partager les ressources.

Mais pour édifier un tel projet, il faut des volontés politiques et surtout arrêter les politiques de préférence nationale, qui n'offrent des avantages qu'à court terme. Cette unification passerait par une structure commune, avec un directeur et des gestionnaires pour la fabrication, la conception et la R&D, capables de faire avancer tout le monde dans le même sens.

Pour Joseph Borel, ce rapprochement est à la hauteur de l'enjeu en cours, à savoir la survie d'un pôle semiconducteurs européen qui finira par sombrer s'il ne rassemble pas ses énergies.
Complément d'information
  • ST-NXP Wireless : STMicro rachète les parts de NXP
    Comme cela était convenu lors de la création de la co-entreprise ST-NXP Wireless, STMicroelectronics a racheté les 20% de parts détenues par NxP pour un montant de 92 millions de dollars, pour amorcer son rapprochement avec Ericsson.
  • La jeune co-entreprise ST-NXP Wireless dégraisse déjà
    Sur fond de crise économique et d'avenir incertain, la co-entreprise ST-NXP Wireless décide de se séparer de 500 employés en vue d'économiser 50 millions de dollars. Le contexte n'est plus aussi favorable pour cette société qui a ...

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #198788
un peu de concurrence ne fait jamais de mal mais sérieux j'ai du mal a croire qu'il pourrais ne serai ce que rattraper amd voir même via..
Le #198792
Un petit partenariat avec AMD histoire de les aider ?

Concernant la qualité d'un produit, dans ce genre de domaine cela dépend fortement de la qualité des créateurs de l'architecture.
Les architectures des processeur AMD et d'intel sot connu donc ils ont une bonne base, il suffit juste de trouver comment l'améliorer.
Le #198921
l'idée de Mr Borel fait tout à fait sens, a condition de ne pas limiter la problèmatique à la domination d'Intel et d'AMD, même si ce dernier est bien implanté en Europe (Dresde). Il faut voir aussi les autres domaines de la production de "logiques" tout aussi sensibles du "mixte analogiques", de la securité, des mem's, où domine sans partage ou presque les intégrateurs US.
L'Europe devient dépendante !
Si pour les mémoires la dépendance est devenue asiatique pour les logiques elle est incontestablement US.
Le #198922
75% du CA d'Intel se fait dans les microprocesseurs, le reste est en grande partie sur les mémoire flash.
Nos champions Européens, eux, couvrent une large part du marché de l'électroniques, allant des produits analogiques aux Baseband de téléphone, domaines ou Intel est très marginal
Justifier ce regroupement comme une réponse à "l'hégémonie" d'Intel est donc totalement absurde ...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]