Une batterie pour appareils mobiles fine comme du papier

Le par  |  2 commentaire(s)
prototype batterie souple

Des chercheurs américains ont mis au point un prototype de batterie aussi fin que du papier. Une nouvelle direction pour les produits mobiles ?

Prototype batterie soupleL'autonomie est un problème récurrent des appareils mobiles et malgré les avancées techniques et les promesses des piles à combustible, les technologies des batteries peinent à suivre le rythme des autres évolutions.

Des chercheurs du Rensselaer Polytechnic Institute de Troy, dans l'état de New York, ont mis au point un prototype de batterie flexible fin comme une feuille de papier. Cette batterie atypique fonctionne de la même façon qu'une batterie Li-Ion mais tous ses composants ont été intégrés dans un format souple.

A l'heure actuelle, le prototype est tout juste capable d'éclairer une ampoule mais son conditionnement permet d'envisager une utilisation future pour alimenter des gadgets électroniques. D'autant qu'il est possible d'empiler les feuillets pour gagner en puissance.

" Nous avons déjà réalisé une expérimentation avec dix feuillets, mais rien n'empêche d'en utiliser 500, et ils peuvent être roulés, courbés ou adaptés à n'importe quelle forme. Les possibilités de design sont infinies ", explique le professeur Robert Linhardt, à la tête du projet.


Une multitude d'applications
Avec la tendance à la miniaturisation des appareils mobiles, les composants prennent de moins en moins de place, mais les batteries restent un des derniers éléments à résister et deviennent souvent le composant le plus volumineux de l'ensemble.

En remplaçant les électrodes conventionnelles par des nanofilaments de carbone en association avec une solution ionique, et de la cellulose agissant comme séparateur, les chercheurs sont parvenus à obtenir un dispositif qui a la consistance et les caractéristiques physiques du papier.

Avec sa composition faite à 90% de cellulose, garantissant sa légèreté et sa souplesse, ses concepteurs voient des applications, au-delà des produits électroniques grand public, dans les domaines automobile, nautique ou aérien, dans lesquels l'encombrement et la masse sont des facteurs critiques.

Il reste désormais à envisager une production de masse, ce qui ne devrait pas être excessivement difficile du fait du faible coût des constituants (en dehors des nanofilaments) et de l'intérêt d'un tel système pour l'ensemble de l'industrie. A noter que ce n'est pas la première fois que des prototypes de batteries souples sont envisagés.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #180488
Ridicule...
Pathétique...
Navrant...
Inutile...

Pas loin de chez moi (au Québec), il y a une usine qui produit des batteries lithium-métal-polymère à électrolyte solide formant une cellule de base flexible dont l’épaisseur totale, en incluant les collecteurs de courant, est comprise entre 100 et 200 micromètres.

Et cela depuis plus de 15 ans !

Et au lieu de ne pouvoir éclairer qu'une ampoule, les batteries Québécoises ACEP (ACcumulateurs à Électrolyte Polymère) pourraient facilement alimenter des voitures électriques.

Même que le consortium américain US ABC (US Advanced Battery Consortium), qui regroupe les trois constructeurs automobiles Ford, General Motors et Chrysler ainsi que le DOE (US Department Of Energy) ont commandé des prototypes qui seront testés par ANL (Argonne National Laboratories) et devront répondre au cahier des charges des véhicules électrique.

En terme d’énergie spécifique les ACEP atteignent 200 wh/kg pour la cellule de base et 130 wh/kg pour la batterie complète, ce qui représente environ 4 fois plus qu’une batterie au plomb étanche et 3 fois plus qu’une batterie nickel/cadmium.

Les tests de tenue au cyclage, réalisés en laboratoire, ont jusqu’à présent montré que ces batteries étaient capables de supporter plus de 1 000 cycles de charge/décharge, ce qui correspondrait à une utilisation comprise entre 250 et 300 000 kms dans un véhicule électrique.

Et rien n'empèche de produire des batteries ACEP ayant un format compatible avec les cellulaires, GPS et autres appareils mobiles.


Le #180498
@Illuminati : LA différence je pense est ici au niveau des matériaux : la batterie ci-dessus est composée de cellullose ce qui est un énorme pas en avant pour l'écologie par rapport aux ACEP dont tu nous parle ci-dessus... (qui sont composés de métaux lourds...)

Ce n'est donc pas pathétique ni ridicule non...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]