2° lettre au Recteur de l'académie de Rouen (droit de retrait et 3° cas de violences physiques dans l'école m aternelle)

Le
Julie Amadis
http://monsyte.blogspot.com/2008/06/2-lettre-au-recteur-de-lacadmie-de.html
http://monsyte.blogspot.com/search/label/Varlin

==


2° lettre au Recteur de l'académie de Rouen (droit de retrait et 3°
cas de violences physiques dans l'école maternelle)
Julie Amadis
Assistante pédagogique
Collège Eugène Varlin
Le Havre

à

Monsieur le Recteur
de Seine Maritime
Rouen

Objet :
- Refus de prendre un coup de compas dans le dos
- Droit de retrait
en PS : 3° cas de violences physiques
Monsieur le Recteur,

Monsieur Cagnotis, responsable de la SEGPA, m'a retiré des classes de
6e et de 5e SEGPA, le jeudi 29 mai. Il a considéré que ma sécurité =
n'y
était pas assurée (insultes d'élèves, simulacre de rassemblement
hostile au supermarché "ED" du quartier).

Mme Hervieu, principale du collège Varlin Le Havre, a alors fait
injonction formelle de m'y placer de nouveau, le mercredi 4 juin.
Cela apparaît effectivement comme une sanction déguisée.

"C'est votre punition" m'a déclaré le fonctionnaire de police,
capitaine, qui m'a auditionné le mercredi 11 juin, suite à la plainte
en diffamation, déposée par ma principale à l'encontre de celui qui
n'a fait que rapporter la vérité concernant les brutalités sur les
petits (plainte en diffamation déposée de concert avec la directrice
de maternelle, Véronique Combret, que j'accuse formellement de s'être
vantée d'avoir tapé le petit Luciano sans avoir "culpabilisé pour
autant").

Le choix de Mr Cagnotis était d'autant plus pertinent qu'à la date du
16 juin, 5 jours après mon audition au commissariat de police, la
professeur débutante enseignant dans cette classe depuis le début
janvier, a reçu un compas dans le dos.

Le choix de Mme Hervieu de m'imposer une classe où je me fais traiter
de "pute" a intrigué un nombre très important de gens à qui j'ai
demandé conseil.

Je suis persuadée que la principale, madame Carole Hervieu, cherche à
construire une situation déclenchant à mon encontre l'hostilité des
élèves.
Et cela dans le but d'empêcher ou de freiner le mouvement d'opinion en
ma faveur dans le quartier : personne n'aime savoir que son petit
enfant de 3 ou 4 ans, son petit frère ou sa petite sœur risque de
recevoir une fessée en allant à la maternelle Varlin.

Je mène actuellement une enquête sur la façon dont mon témoignage d=
es
incidents qui se sont produits dans cette classe de SEGPA est
finalement reproduit. En effet, un délégué de classe croisé par has=
ard
en ville (il chantait hier 21 juin) m'a rapporté que mon témoignage
concernant une élève aurait été utilisé dans l'acte d'accusation =
pour
exclure un autre élève.

Ce climat délétère fait suite à l'abandon complet depuis janvier 20=
08
d'une professeur dans sa classe.
Le coup de compas dont elle a été victime, j'aurais pu tout aussi bien
en être victime.

C'était ma punition pour la fessée que j'ai vu le petit Kévin 3 ans
subir, c'était ma punition pour avoir rapporté la vantardise de Mme
Véronique Combret d'en faire autant contre le petit Luciano, 4 ans.

Ces scandales à répétition qui font suite au refus complet de
signalement concernant le petit Jordan, claqué sur le sol par la mère
et recousu à l'hôpital montre qu'il est plus que temps que le Conseil
de l'Europe applique sa sagesse à cette école Varlin, à ce quartier,
ce département, à ce pays : "Aucune religion, situation économique ou
méthode d'éducation ne saurait justifier de frapper un enfant, de le
gifler, de lui donner la fessée, de le maltraiter, de l'humilier ou de
recourir à toute pratique qui porte atteinte à sa dignité".

Le témoin de la fessée contre le petit Kévin en maternelle que je sui=
s
refuse, à compter du lundi 23 juin, de prendre le risque de prendre un
coup de compas dans la classe de la 6e ou de la 5e SEGPA.

Pour autant, je considère que les élèves qui m'ont insultée ou
entourée au supermarché ED sont eux aussi les victimes de l'incapacit=
é
de Mme Hervieu à diriger un établissement : Quand on est occupé à
monter une cabale, à organiser des représailles, à inventer des
punitions contre les témoins de fessées, on n'a pas de temps suffisant
pour sortir de son bureau et aller visiter la classe du prof qui se
fait insulter depuis le mois de janvier. (Le témoignage de son abandon
est de la professeur elle-même. Devant son isolement, elle venait de
prendre contact avec la solidarité laïque, peu de temps avant le coup
de compas.)

Quand on met des débutants dans de pareilles classes, au lieu d'y
mettre des enseignants chevronnés, il faut en assumer les
conséquences.

L'absence de règle, en amont, l'absence de sanctions dès les première=
s
infractions, ensuite, aboutit à un laxisme total dont l'apogée
effrayant est le coup de compas reçu par cette convalescente.

Cette classe d'enfants posés sur des voies de garage, dès la sixième,
dès l'age de 11 ans mérite des soins particuliers.
C'est précisément ce genre d'élèves qui m'a motivée à être
enseignante.
Mais pas dans un établissement qui part à vau-l'eau, ni un
établissement dans lequel les témoins de châtiments corporels sont
insultés et sanctionnés.

Je ne suis pas une menteuse. Et vos services auront, au besoin,
l'occasion de s'en convaincre dans les années qui viennent.
Dès lundi, j'utilise mon droit de retrait et refuse de travailler
dorénavant dans ces deux classes.

Recevez, Monsieur le Recteur, l'expression de mes sentiments les plus
dévoués à l'avenir des élèves.

Julie Amadis
Victime de licenciement abusif depuis le 19 juin d'un poste
d'assistante pédagogique par non reconduction de son contrat.-
licenciement à compter du 31 août 2008. (après 28 mois d'embauche
précaire)


Post-scriptum : un 3° cas de violences physiques dans cette école
Varlin :

Après la rédaction de ce courrier, en promenade sur la plage du Havre,
ce dimanche, à 19 heures, je croise une mère d'élève de la maternel=
le
Varlin dont l'enfant, le petit Houssine me reconnaît et me sourit.

J'informe la mère de la situation, des fessées, de l'omerta, des
accusations de mensonge et de la sanction finale, le licenciement
déguisé du témoin
Cette mère m'informe alors de sa visite qu'elle a effectué auprès de
la directrice de l'école en début d'année, suite à la plainte de so=
n
petit enfant qui s'était fait tirer les cheveux par sa maîtresse.

C'est le troisième cas d'agression physique contre un enfant de
l'école maternelle Varlin

Cette mère s'est, de facto, fait traité de menteuse : sans mener
aucune enquête la directrice a accusé le petit Houssine d'être un
menteur.

Compte tenu de ce que j'ai vu et de la façon dont je suis traitée
(insultée par cette directrice qui récuse le témoignage de mes sens),
j'accorde, pour ma part bien plus de poids au témoignage de cet enfant
et de sa mère.

Le petit Houssine, interrogé, alors, par Yanick Toutain, a précisé qu=
e
cette maîtresse ne lui a plus tiré les cheveux de l'année. Ce dernier
a conseillé à cette mère d'utiliser son ordinateur pour effectuer un
enregistrement audio du témoignage de son enfant.
Yanick Toutain a conseillé à Houssine de dire la vérité parce que s=
es
mots seront mis sur Internet, et que l'enregistrement y restera pour
toute sa vie.
Le petit Houssine a parfaitement compris qu'il pourra réécouter son
témoignage quand il sera devenu grand.
Il a eu alors un large sourire : le sourire des victimes qui trouvent
enfin l'écoute institutionnelle pour les sévices qu'elles ont subis.

J'ai engagé la mère à porter plainte. Elle m'a dit, alors, en avoir
énoncé la menace à l'institutrice de son enfant au début de l'ann=
ée si
les sévices se reproduisaient.
Je suis témoin de la façon dont, tout au long de l'année, cette mèr=
e
d'élève a été systématiquement dénigrée et calomniée par la=
maîtresse
de Houssine, sans jamais, naturellement, que les mobiles de cette
enseignante calomniatrice ne soient énoncés : j'ignorais que cet
enfant avait été victime de sa maîtresse et donnait crédit à ces
propos calomnieux.

Je lui ai conseillé, par ailleurs, si elle le souhaitait de placer son
témoignage sur Internet à la suite des textes ou de la chanson "La
brute soutient la brute".
Je lui ai conseillé, enfin, de susciter une réunion de parents, ainsi
que de recueillir les témoignages d'autres coups éventuels.

Trois agressions physiques découvertes par hasard ne peuvent,
statistiquement, pas être isolées. Il est quasiment certain que nous
en découvrirons d'autres.

Vous pourrez facilement comprendre, monsieur le Recteur, que puisque
la police est occupée à instruire des plaintes en diffamation dépos=
ées
par des fonctionnaires menteurs, (se prévalant, dans leur plainte,
d'un statut dont elles ne sont plus dignes, d'ailleurs), cette police,
n'a, donc, pas le temps d'instruire, au fond, sur les cas réels des
coups portés à ces petits enfants.
Ce seront donc les parents de ces enfants qui devront pallier à ce
manque de temps fort dommageable en cherchant les noms des autres
éventuelles victimes de cette école maternelle Varlin.


Le harcèlement moral dont je suis victime a maintenant son mobile :
l'omerta pour les coups portés aux petits.

PPS : Suite à mon licenciement (déguisé) arbitraire - sous la forme d=
u
non-renouvellement de mon poste d'assistante pédagogique - je vous
prie de m'indiquer, monsieur le Recteur, la liste des chefs
d'établissements dont vous connaîtriez l'hostilité à l'usage des
châtiments corporels (en particulier contre les petits de 3 et 4 ans),
chefs d'établissement dont l'hostilité à ces sévices barbares les a=
ura
amené a en avoir éradiqué l'usage sur le secteur dont ils ont la
charge (primaire et maternelle inclus), chefs d'établissement dont le
sens du service public les aurait amenés à me féliciter d'avoir pris
autant de risques pour témoigner dans l'intérêt des enfants.
Une telle liste me permettra de savoir où postuler pour la rentrée de
septembre.
Après le scandale Léo Lagrange dont j'ai témoigné auprès de vos
services, le scandale Varlin rend nécessaire et urgent pour moi, comme
d'ailleurs pour le public, la réception et la connaissance d'une telle
liste.


erratum : sur la chronologie, les faits cités pour la date du mardi 3
juin, sont du mercredi 4 juin.

Je réitère ma demande de remise en ligne des histoires des CP rédig=
ées
au printemps 2007. Personne n'a le droit d'effacer d'Internet les
travaux des enfants. Ils devront pouvoir tout lire lorsqu'ils seront
adultes.
Google n'est tout de même pas chargé d'archiver la totalité de la
production de l'humanité.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Xavier Roche
Le #14348901
Julie Amadis a écrit :
2° lettre au Recteur de l'académie de Rouen (droit de retrait et 3°



fr.soc.politique et fr.misc.droit.internet n'ont que faire de vos
conneries. Merci de cesser de crossposter n'importe où;
Xavier Roche
Le #16072441
Julie Amadis a écrit :
2° lettre au Recteur de l'académie de Rouen (droit de retrait et 3°



fr.soc.politique et fr.misc.droit.internet n'ont que faire de vos
conneries. Merci de cesser de crossposter n'importe où;
FdF
Le #14348881
Julie Amadis wrote:
Monsieur le Recteur
de Seine Maritime
Rouen

Objet :
- Refus de prendre un coup de compas dans le dos
- Droit de retrait
en PS : 3° cas de violences physiques
Monsieur le Recteur,




Après le scandale Léo Lagrange dont j'ai témoigné auprès de vos
services, le scandale Varlin rend nécessaire et urgent pour moi, comme
d'ailleurs pour le public, la réception et la connaissance d'une telle
liste.



quel beau roman, un nouveau" Petit Chose" ?
FdF
Le #16072291
Julie Amadis wrote:
Monsieur le Recteur
de Seine Maritime
Rouen

Objet :
- Refus de prendre un coup de compas dans le dos
- Droit de retrait
en PS : 3° cas de violences physiques
Monsieur le Recteur,




Après le scandale Léo Lagrange dont j'ai témoigné auprès de vos
services, le scandale Varlin rend nécessaire et urgent pour moi, comme
d'ailleurs pour le public, la réception et la connaissance d'une telle
liste.



quel beau roman, un nouveau" Petit Chose" ?
Yanick Toutain
Le #14348841
On 24 juin, 16:58, Xavier Roche
Julie Amadis a écrit :

> 2° lettre au Recteur de l'académie de Rouen (droit de retrait et 3 °

fr.soc.politique et fr.misc.droit.internet n'ont que faire de vos
conneries. Merci de cesser de crossposter n'importe où;



Je vous ai démasqué comme parfait exemple de censeur de totale
mauvaise foi.
A nouveau vous révélez de quoi vous êtes capable.

UN problème de fessé dans une école
fr.education.divers,
débouche sur des pressions sur le témoin
fr.misc.droit,
une menace d'interruption du salaire
fr.misc.droit.travail
et finalement, les coupables des coups contre les petits portent
plainte en diffamation CONCERNANT LES TEXTES POSTES EN LIGNE
fr.misc.droit.internet,

A la suite de la gifle de Bayrou et du soutien de Darcos à José
Laboureur, on va vers un problème au plus haut point politique
fr.soc.politique


Vous auriez du faire votre office de bourreau délateur de mauvaise foi
aux temps de la Venise; vous vous seriez senti à l'aise.
Pour ma part, je vous récuse totalement concernant toute intervention
de votre part dans les forums (fora) abuse.

========================= ==============
fr.misc.droit, fr.education.divers, fr.soc.politique,
fr.misc.droit.internet, fr.misc.droit.travail
Yanick Toutain
Le #16071341
On 24 juin, 16:58, Xavier Roche
Julie Amadis a écrit :

> 2° lettre au Recteur de l'académie de Rouen (droit de retrait et 3 °

fr.soc.politique et fr.misc.droit.internet n'ont que faire de vos
conneries. Merci de cesser de crossposter n'importe où;



Je vous ai démasqué comme parfait exemple de censeur de totale
mauvaise foi.
A nouveau vous révélez de quoi vous êtes capable.

UN problème de fessé dans une école
fr.education.divers,
débouche sur des pressions sur le témoin
fr.misc.droit,
une menace d'interruption du salaire
fr.misc.droit.travail
et finalement, les coupables des coups contre les petits portent
plainte en diffamation CONCERNANT LES TEXTES POSTES EN LIGNE
fr.misc.droit.internet,

A la suite de la gifle de Bayrou et du soutien de Darcos à José
Laboureur, on va vers un problème au plus haut point politique
fr.soc.politique


Vous auriez du faire votre office de bourreau délateur de mauvaise foi
aux temps de la Venise; vous vous seriez senti à l'aise.
Pour ma part, je vous récuse totalement concernant toute intervention
de votre part dans les forums (fora) abuse.

========================= ==============
fr.misc.droit, fr.education.divers, fr.soc.politique,
fr.misc.droit.internet, fr.misc.droit.travail
Yanick Toutain
Le #14348831
On 24 juin, 20:28, "FdF" wrote:
Julie Amadis wrote:
> Monsieur le Recteur
> de Seine Maritime
> Rouen

> Objet :
> - Refus de prendre un coup de compas dans le dos
> - Droit de retrait
> en PS : 3° cas de violences physiques
> Monsieur le Recteur,
> Après le scandale Léo Lagrange dont j'ai témoigné auprès de v os
> services, le scandale Varlin rend nécessaire et urgent pour moi, comm e
> d'ailleurs pour le public, la réception et la connaissance d'une tell e
> liste.

quel beau roman, un nouveau" Petit Chose" ?



Etes vous partisan des coups contre les enfants ?
des coups de compas dans le dos des professeurs ?
Yanick Toutain
Le #16071331
On 24 juin, 20:28, "FdF" wrote:
Julie Amadis wrote:
> Monsieur le Recteur
> de Seine Maritime
> Rouen

> Objet :
> - Refus de prendre un coup de compas dans le dos
> - Droit de retrait
> en PS : 3° cas de violences physiques
> Monsieur le Recteur,
> Après le scandale Léo Lagrange dont j'ai témoigné auprès de v os
> services, le scandale Varlin rend nécessaire et urgent pour moi, comm e
> d'ailleurs pour le public, la réception et la connaissance d'une tell e
> liste.

quel beau roman, un nouveau" Petit Chose" ?



Etes vous partisan des coups contre les enfants ?
des coups de compas dans le dos des professeurs ?
Xavier Roche
Le #14348821
Yanick Toutain wrote:
Je vous ai démasqué comme parfait exemple de censeur



On dit "censseur" quand on veut se la péter.

A nouveau vous révélez de quoi vous êtes capable.



Non, c'est surtout vous qui révélez l'étendue de votre ridicule.

UN problème de fessé dans une école



J'en connais qui n'en ont visiblement pas eu assez quand ils étaient
encore à l'école :)

Laboureur, on va vers un problème au plus haut point politique
fr.soc.politique



Et fr.misc.humour aussi.

Vous auriez du faire votre office de bourreau délateur de mauvaise foi
aux temps de la Venise; vous vous seriez senti à l'aise.



Haha. Vous n'êtes pas loin du godwin, dommage.

Pour ma part, je vous récuse totalement concernant toute intervention
de votre part dans les forums (fora) abuse.



Je crois que l'on s'en branle totalement de votre avis.
Xavier Roche
Le #16071311
Yanick Toutain wrote:
Je vous ai démasqué comme parfait exemple de censeur



On dit "censseur" quand on veut se la péter.

A nouveau vous révélez de quoi vous êtes capable.



Non, c'est surtout vous qui révélez l'étendue de votre ridicule.

UN problème de fessé dans une école



J'en connais qui n'en ont visiblement pas eu assez quand ils étaient
encore à l'école :)

Laboureur, on va vers un problème au plus haut point politique
fr.soc.politique



Et fr.misc.humour aussi.

Vous auriez du faire votre office de bourreau délateur de mauvaise foi
aux temps de la Venise; vous vous seriez senti à l'aise.



Haha. Vous n'êtes pas loin du godwin, dommage.

Pour ma part, je vous récuse totalement concernant toute intervention
de votre part dans les forums (fora) abuse.



Je crois que l'on s'en branle totalement de votre avis.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme