6809 en Master

Le
willpot
en fouillant, j'ai découvert cette thèse d' un Master en sciences
sur le multiprocessor avec le MC6809 (1 maître et 3 esclaves)
http://www.ohiolink.edu/etd/view.cgi?ohiou1183654502
de bonnes idées à l' époque (1984)
c' est presque un PC à plusieurs coeurs avant l' heure
Questions / Réponses high-tech
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 4
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Thierry Mella
Le #21914331
willpot wrote:

c' est presque un PC à plusieurs coeurs avant l' heure



sauf que le 6809 est autrement mieux conçu qu'un 80x86 !! :-)

J'avais entendu parler de cette caractéristique du 6809 mais
c'est la première fois que j'en vois une réalisation ...
Guillaume Tello
Le #21914311
"willpot" fg72lt$ec4$
en fouillant, j'ai découvert cette thèse d' un Master en sciences
sur le multiprocessor avec le MC6809 (1 maître et 3 esclaves)
http://www.ohiolink.edu/etd/view.cgi?ohiou1183654502
de bonnes idées à l' époque (1984)
c' est presque un PC à plusieurs coeurs avant l' heure




Il me semble que pas mal de processeurs Motorola avaient des capacités
pour être montés en multiprocesseurs. Mais quelle machine réelle en a
vraiment profité?

Guillaume.
G.T
Le #21914301
Salut,

Il me semble que pas mal de processeurs Motorola avaient des capacités
pour être montés en multiprocesseurs. Mais quelle machine réelle en a
vraiment profité?


Ca me dit quelque chose. Il me semble que les microcontrôleurs dérivés
(68HC11x) disposaient de la même fonction (mais il était toujours possible
de bidouiller en SPI par exemple).

Plus proche de nous, un paquet de microcontrôleurs PIC disposent d'un PSP
(Parallel Slave Port) conçu à cet usage.

a+,
--
G.T
Miod Vallat
Le #21914281
Il me semble que pas mal de processeurs Motorola avaient des capacités
pour être montés en multiprocesseurs. Mais quelle machine réelle en a
vraiment profité?



Liste non exhaustive :

88110 : Motorola MVME197DP, Data General AViiON
88100 : Motorola MVME188, Data General AViiON, OMRON Luna-88k,
Encore 91, Harris Nighthawk
68040 : CES FIC8234
68030 : Olivetti LSX-3040
68020 : Bull DPX-20 (multiprocesseur asymétrique)
Thierry Mella
Le #21914241
Miod Vallat wrote:
Il me semble que pas mal de processeurs Motorola avaient des capacités
pour être montés en multiprocesseurs. Mais quelle machine réelle en a
vraiment profité?




Liste non exhaustive :

88110 : Motorola MVME197DP, Data General AViiON
88100 : Motorola MVME188, Data General AViiON, OMRON Luna-88k,
Encore 91, Harris Nighthawk
68040 : CES FIC8234
68030 : Olivetti LSX-3040
68020 : Bull DPX-20 (multiprocesseur asymétrique)




S'agit-il de "PC" ? (modèles totalement inconnus pour moi)

Quelles étaient les applications de prédilection de ces
machines multi-processeurs ?


D'avance Merci,

Thierry
Thierry Mella
Le #21914231
willpot wrote:

en fouillant, j'ai découvert cette thèse d' un Master en sciences
sur le multiprocessor avec le MC6809 (1 maître et 3 esclaves)
http://www.ohiolink.edu/etd/view.cgi?ohiou1183654502




C'est passionnant ! Comment as-tu trouvé cela ? (recherche
brute sur Google ?)
Benoit T
Le #21914211
Miod Vallat a écrit :

> Il me semble que pas mal de processeurs Motorola avaient des capacités
> pour être montés en multiprocesseurs. Mais quelle machine réelle en a
> vraiment profité?

Liste non exhaustive :

88110 : Motorola MVME197DP, Data General AViiON
88100 : Motorola MVME188, Data General AViiON, OMRON Luna-88k,
Encore 91, Harris Nighthawk
68040 : CES FIC8234
68030 : Olivetti LSX-3040
68020 : Bull DPX-20 (multiprocesseur asymétrique)



Nixdorf Computer : Targon 31; jusqu'à 3 x 68030; OS: Unix SVR3

A+
Benoît.
--
attention, adresse email non valide, ne répondez que sur le forum.
K7+2lap
Le #21914171
"Guillaume Tello" 47278488$0$5070$

"willpot" fg72lt$ec4$
en fouillant, j'ai découvert cette thèse d' un Master en sciences
sur le multiprocessor avec le MC6809 (1 maître et 3 esclaves)
http://www.ohiolink.edu/etd/view.cgi?ohiou1183654502
de bonnes idées à l' époque (1984)
c' est presque un PC à plusieurs coeurs avant l' heure




Il me semble que pas mal de processeurs Motorola avaient des capacités
pour être montés en multiprocesseurs. Mais quelle machine réelle en a
vraiment profité?

Guillaume.



Bonjour,

Les premiers processeurs étaient faits en Pmos ou Nmos, et en logique
synchrone. Chaque instruction était divisée en 2 temps: phi1 et phi2. Les
processeurs Motorola du début s'inspiraient de ce mode de fonctionnement, il
y avait toujours la notion des ces 2 phases phi1 et phi2. Et cela divisait
les timings en 2 parties égales: la 1ère pour générer l'adresse et la
seconde pour récupérer les données.
Quand un besoin de puissance se faisait sentir, on décidait de mettre 2
processeurs avec un décalage de phase: quand l'un exécutait la phase phi1,
l'autre faisait la phase phi2, puis on basculait sur la phase suivante phi2
pour l'un et phi1 pour l'autre et ainsi de suite...
Nous avions fait ce genre de manip aussi avec des 1802 de RCA (les premiers
cmos! design tout cmos... pas mal de pb!). En général, le 1er processeur
s'occupait de l'application (transaction) et le second processeur s'occupait
de la phase on-line (dialogue avec un ordinateur central)
Chaque processeur occupait sa zone mémoire, et une zone boite-aux-lettres
permettait le dialogue entre les 2.
Le 6502 devait aussi avoir 2 phases (à vérifier)
On utilisait couramment les processeurs en mode distribué (multiprocesseurs
mais chacun sa tache, chacun sa ram, ses roms)
L'appli typique était: (dans le domaine des appli pros, mais non ordinateur
central)
1- un monochip genre 8041 ou 8048 pour le clavier (qui pouvait faire des
tests de conformité, traitait le n-key roll-over, pilotait l'affichage pour
les machines sans écran CRT -dans ce cas il fallait un 6800-)
2- Une unité centrale avec 1 ou 2 processeurs
3- Un processeur pour la gestion datacom (voir sur mon site la carte
béryllium) Le boot de la machine (pour l'appli) pouvait se faire par DCO
4- un processeur pour l'imprimante spéciale (qui pouvait avoir une option
lecteur/writter de cartes, de ruban magnétiques genre livret de caisse
d'épargne)

L'arrivée des chips plus complexes a diminué l'intérêt de mettre des
processeurs en //. Par contre on a continué à faire du distribué: un uP ou
plusieurs uP pour l'imprimante, un pour les lecteurs/writter de cartes. De
toutes façons ces modules sont devenus autonomes.

On a refait le coup de mettre 2 DSP haut de gamme en // pour un problème de
capture d'images où la cadence était vraiment élevée. Chaque DSP faisait une
partie du travail, puis le résultat était mis dans une mémoire commune.
D'autres processeurs s'occupaient du reste.

La technologie actuelle reparle de multi cores car les possibilités
d'intégration se heurtent à des murs (puissance trop élevée, ...) mais il
reste pas mal de travail à faire du coté des applis pour exploiter toute
cette puissance disponible!

Ah au fait, les 6801 de Motorola avait aussi une fonction très intéressante,
il y avait un mode wake-up sur la liaison série (on pouvait commencer un
message avec une adresse de périphérique, et seul le périphérique concerné
s'éveillait) ainsi on pouvait spécialiser les uP... le maître envoyait un
message de traitement et faisait un polling pour connaitre la fin
d'exécution de la tâche... C'était très excitant pour des bidouilleurs car
le 6801 était monochip. et il existait en mode eprom et surtout en cmos
piggyback (Hitachi) [je me suis même créé un émulateur hardware pour ce
chip] Maintenant les monochip sont programmables in circuit! Tout est
devenu si simple! trop simple! ;-)

Bon, il fait si beau que je ne vais pas rester devant mon écran!

Bonne lecture et profitez du soleil!

JMP
G.T
Le #21914091
Salut,

S'agit-il de "PC" ? (modèles totalement inconnus pour moi)


Ben non, puisque Motorola inside :-)

Quelles étaient les applications de prédilection de ces
machines multi-processeurs ?


En ce qui concerne le DPX-20 (selon silicium.org, basé sur PPC601 mais
bon...), c'était une machine sous licence IBM, c'était carrément un terminal
RS/6000 rebadgé, donc plutôt une machine de réseau ou de CAO.

a+,
--
G.T
Pierre Pallier
Le #21914081
Hello, G.T a écrit dans
En ce qui concerne le DPX-20 (selon silicium.org, basé sur PPC601 mais
bon...), c'était une machine sous licence IBM, c'était carrément un terminal
RS/6000 rebadgé, donc plutôt une machine de réseau ou de CAO.



Avec un lecteur floppy 2.88 Mo. J'en ai deux qui tournent au taf, à part les
disques durs d'1 Go qui flanchent, rien à redire sur ces machines quasiment
increvables. Et c'est du lourd, boudiou... Ils mégotaient pas sur
l'épaisseur des tôles.
--
Pierre.
Mes photographies : La FAQ de frp : Les news avec 40tude Dialog : http://perso.wanadoo.fr/pierre.pallier/Dialog
Publicité
Poster une réponse
Anonyme