CentOS nuit-il beaucoup à Red Hat?

Le
Yugo
CentOS nuit-il beaucoup à Red Hat? C'est la question que se pose Jeff
Gould dans le texte suivant:

<http://www.interopnews.com/news/how-badly-is-centos-hurting-red-hat.html>

Il semble accorder beaucoup d'influence à Google Trends pour juger de
la popularité des deux distributions, mais je suis loin d'être certain
que les gens qui paient pour le service Red Hat passent autant de
temps à faire des recherches sur le net:

<http://www.google.com/trends?q=rhel,+centos>

De plus, -- il est vrai que je ne connais pas Google Trends, mais --
il semble que le nombre de recherches sur Red Hat qui est relativement
stable sur le graphique précédent, diminue beaucoup ici:

<http://www.google.com/trends?qÞbian%2C+%22red+hat%22>
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 5
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Laurent
Le #6002911
On 6 nov, 07:40, Yugo
CentOS nuit-il beaucoup à Red Hat?


CentOS ne fait que repackager la RHEL. Donc ils ne fournissent pas de
suppport et surtout ils ne développent rien. Ca peut convenir à
beaucoup (surtout que certaines SSLL font des offres de support
CentOS), mais pour les applications critiques nécessitant de grosses
garanties de maintenance (genre développement sur mesure, assignation
d'un dev RedHat à plein temps sur ton problème, etc) CentOS est un
risque qui peut coûter très cher.

Je pense donc que même si les binaires sont les mêmes, le marché vis é
lui n'a rien à voir. Il n'y a donc que très peu de concurrence entre
les deux. A mon humble avis évidement.

--
Laurent C.

Manuel Leclerc
Le #6002901

CentOS ne fait que repackager la RHEL. Donc ils ne fournissent pas de
suppport et surtout ils ne développent rien. Ca peut convenir à
beaucoup (surtout que certaines SSLL font des offres de support
CentOS), mais pour les applications critiques nécessitant de grosses
garanties de maintenance (genre développement sur mesure, assignation
d'un dev RedHat à plein temps sur ton problème, etc) CentOS est un
risque qui peut coûter très cher.

Je pense donc que même si les binaires sont les mêmes, le marché visé
lui n'a rien à voir. Il n'y a donc que très peu de concurrence entre
les deux. A mon humble avis évidement.


Si j'ai bien tout suivi, CentOS fournit les correctifs très rapidement
suite aux mises à jours officielles de la RHEL. Donc quand tu dis qu'ils
ne fournissent pas de "support", c'est au sens "assistance". Mais pour
quelqu'un qui n'a pas besoin d'assistance, mais qui veux des mises à
jour régulières sur plusieurs années, il y a bel et bien une sorte de
"concurrence".

La vraie différence, en fait, c'est que ce ne sont justement *pas* les
mêmes binaires puisqu'il y a recompilation.

Autrement dit, tu veux la garantie "Red Hat", ou tu fais confiance
à CentOS.

Après, s'il y a "applications critiques" et paquet de brouzoufs
en jeu, de toute façon la question ne se pose même pas : les trucs
gratuits communautaires machin bidule sont hors sujets, A mon humble
avis évidement aussi.

--
Apparently some people don't want those Red Hat guys
to become billionaires. Shocking.
--forbes.com

Laurent
Le #6002861
On 6 nov, 13:11, Manuel Leclerc

CentOS ne fait que repackager la RHEL. Donc ils ne fournissent pas de
suppport et surtout ils ne développent rien. Ca peut convenir à
beaucoup (surtout que certaines SSLL font des offres de support
CentOS), mais pour les applications critiques nécessitant de grosses
garanties de maintenance (genre développement sur mesure, assignation
d'un dev RedHat à plein temps sur ton problème, etc) CentOS est un
risque qui peut coûter très cher.

Je pense donc que même si les binaires sont les mêmes, le marché visé
lui n'a rien à voir. Il n'y a donc que très peu de concurrence entre
les deux. A mon humble avis évidement.


Si j'ai bien tout suivi, CentOS fournit les correctifs très rapidement
suite aux mises à jours officielles de la RHEL. Donc quand tu dis qu'ils
ne fournissent pas de "support", c'est au sens "assistance".


C'est exactement ce que j'ai voulu dire en effet.

Mais pour
quelqu'un qui n'a pas besoin d'assistance, mais qui veux des mises à
jour régulières sur plusieurs années, il y a bel et bien une sorte de
"concurrence".


Sur le papier oui. Mais en pratique, quelqu'un n'ayant aucun besoin de
l'assistance pourrait très bien se rabattre sur une distrib comme
Debian ou OpenSusE, si CentOS n'existait pas. Le seul intérêt de
CentOS c'est qu'elle fonctionne et s'administre comme comme une RHEL,
il y a donc un plus faible temps d'adapatation pour un admin ayant
suivi une formation sur RH. Mais après tout, un Linux c'est un Linux.

Si ce n'est qu'une histoire de mises à jours, tout autre distribution
Linux importante sait le faire aussi bien que CentOS.


La vraie différence, en fait, c'est que ce ne sont justement *pas* les
mêmes binaires puisqu'il y a recompilation.


Oui certes, mais recompilés à partir des SRPMs (packages sources) de
RedHat. On peut donc penser qu'au final, le code compilé est
équivalent (ça m'étonnerait que CentOS s'amuse à patcher ces choses
là).


Autrement dit, tu veux la garantie "Red Hat", ou tu fais confiance
à CentOS.

Après, s'il y a "applications critiques" et paquet de brouzoufs
en jeu, de toute façon la question ne se pose même pas : les trucs
gratuits communautaires machin bidule sont hors sujets, A mon humble
avis évidement aussi.


Voilà, c'est pour ça qu'à mon avis, les deux offres ciblent un march é
différent. Même si rien n'empêche une part de concurrence, genre
serveur de prod en RHEL et celui de dev/test en CentOS, celle-ci doit
être vraiment minime.

--
Laurent C.


nicolas vigier
Le #6002831
On 2007-11-06, Laurent

Mais pour
quelqu'un qui n'a pas besoin d'assistance, mais qui veux des mises à
jour régulières sur plusieurs années, il y a bel et bien une sorte de
"concurrence".


Sur le papier oui. Mais en pratique, quelqu'un n'ayant aucun besoin de
l'assistance pourrait très bien se rabattre sur une distrib comme
Debian ou OpenSusE, si CentOS n'existait pas. Le seul intérêt de
CentOS c'est qu'elle fonctionne et s'administre comme comme une RHEL,
il y a donc un plus faible temps d'adapatation pour un admin ayant
suivi une formation sur RH. Mais après tout, un Linux c'est un Linux.

Si ce n'est qu'une histoire de mises à jours, tout autre distribution
Linux importante sait le faire aussi bien que CentOS.


Effectivement, les gens qui ne veullent pas payer pourraient très bien
passer sur une autre distrib gratuite. RedHat n'a pas tellement d'interet
à empecher completement l'utilisation de leur OS pour les gens qui ne
veullent pas paier, car si c'était le cas ils iraient pour beaucoup voir
ailleurs, alors que RedHat a plutot interet à ce qu'ils utilisent une
distrib comme CentOS plutot qu'une autre gratuite :
- plus facile de migrer vers RedHat ensuite si il y a besoin de support
- plus de remontés de bugs pour RedHat
- plus de gens qui connaissent les spécificités de l'admin de machines
sous RedHat, et donc plus de gens tentés de passer sous RedHat ensuite


Jerome Lambert
Le #6002801
On 6 nov, 13:11, Manuel Leclerc (...)

Mais pour
quelqu'un qui n'a pas besoin d'assistance, mais qui veux des mises à
jour régulières sur plusieurs années, il y a bel et bien une sorte de
"concurrence".


Sur le papier oui. Mais en pratique, quelqu'un n'ayant aucun besoin de
l'assistance pourrait très bien se rabattre sur une distrib comme
Debian ou OpenSusE, si CentOS n'existait pas. Le seul intérêt de
CentOS c'est qu'elle fonctionne et s'administre comme comme une RHEL,
il y a donc un plus faible temps d'adapatation pour un admin ayant
suivi une formation sur RH.


Sauf que dans ce rôle, Fedora avait plutôt la cote jusqu'à la sortie de
CentOS, celle-ci apportant en plus une stabilité faisant cruellement
défaut à Fedora.


Yugo
Le #6002711
Jerome Lambert wrote:

Sauf que dans ce rôle, Fedora avait plutôt la cote jusqu'à la sortie de
CentOS, celle-ci apportant en plus une stabilité faisant cruellement
défaut à Fedora.


Cruellement? À ce point-là?

Jerome Lambert
Le #6002591
Jerome Lambert wrote:

Sauf que dans ce rôle, Fedora avait plutôt la cote jusqu'à la sortie
de CentOS, celle-ci apportant en plus une stabilité faisant
cruellement défaut à Fedora.


Cruellement? À ce point-là?


Oui: la question n'est pas savoir si quelque chose va foirer, mais quand
ça va foirer. Actuellement je me bats avec une Fedora 7 dont le noyau
2.6.22 me fait de jolis kernel panic au boot, là où le 2.6.20 précédent
tournait sans aucun problème. Et des idioties comme ça, j'en ai tout un
rayon, ce qui me pousse d'ailleurs à migrer les Fedora vers justement
des CentOS pour avoir la paix.


Emmanuel Florac
Le #6002581
Le Tue, 06 Nov 2007 13:11:30 +0100, Manuel Leclerc a écrit :


La vraie différence, en fait, c'est que ce ne sont justement *pas* les
mêmes binaires puisqu'il y a recompilation.

Autrement dit, tu veux la garantie "Red Hat", ou tu fais confiance
à CentOS.


Si tu aimes le style RedHat, les outils, l'administration mais que tu n'as
pas de budget, tu mets du CentOS. Corollaire : l'admin piqué au redHat
reste au RedHat, sans CentOS peut-être qu'il maquetterait sur Debian...
Conclusion, CentOS favorise RedHat (en terme de part de marché dans les
esprits).

Après, s'il y a "applications critiques" et paquet de brouzoufs en jeu,
de toute façon la question ne se pose même pas : les trucs gratuits
communautaires machin bidule sont hors sujets, A mon humble avis
évidement aussi.


Comme je disais, pour maquetter, développer avec pour cible du RedHat en
production, CentOS est bien commode.

--
Toutes les organisations ont leur règles, et les Femmes Algériennes
doivent avoir aussi leurs règles.
Aït Ahmed.

Emmanuel Florac
Le #6002571
Le Tue, 06 Nov 2007 13:29:07 -0500, Yugo a écrit :


Sauf que dans ce rôle, Fedora avait plutôt la cote jusqu'à la sortie de
CentOS, celle-ci apportant en plus une stabilité faisant cruellement
défaut à Fedora.


Cruellement? À ce point-là?


Il paraît que les dernières Fedora sont mieux, mais jusqu'à la 4
c'était épouvantable.

--
A human being should be able to change a diaper, plan an invasion,
butcher a hog, conn a ship, design a building, write a sonnet, balance
accounts, build a wall, set a bone, comfort the dying, take orders, give
orders, cooperate, act alone, solve equations, analyze a new problem,
pitch manure, program a computer, cook a tasty meal, fight efficiently,
die gallantly. Specialization is for insects.
Robert A. Heinlein.


Yugo
Le #6002461
Jerome Lambert wrote:

Jerome Lambert wrote:

Sauf que dans ce rôle, Fedora avait plutôt la cote jusqu'à la sortie
de CentOS, celle-ci apportant en plus une stabilité faisant
cruellement défaut à Fedora.



Cruellement? À ce point-là?



Oui: la question n'est pas savoir si quelque chose va foirer, mais quand
ça va foirer. Actuellement je me bats avec une Fedora 7 dont le noyau
2.6.22 me fait de jolis kernel panic au boot, là où le 2.6.20 précédent
tournait sans aucun problème. Et des idioties comme ça, j'en ai tout un
rayon, ce qui me pousse d'ailleurs à migrer les Fedora vers justement
des CentOS pour avoir la paix.


Justement, Fedora est prévu pour être mis à jour tous les six mois
avec un nouvel kernel et tout et tout, mais si tu joues à
l'apprenti-sorcier, c'est sûr que les problèmes vont être au rendez-vous.

Avec CentOS, tu n'auras pas le dernier kernel. Si tu insistes, tu
risques aussi d'avoir des problèmes.



Publicité
Poster une réponse
Anonyme