Il faut aussi publier...

Le
René
alors voici une photo - qui date un peu, 2008, le temps passe vite - et que
je soumet à vos commentaires.
J'expliquerai après le pourquoi de cette photo et la démarche qu'elle a
demandée.

http://cjoint.com/?0FldtLSZGLz

René
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
PiLS
Le #23450441
René
alors voici une photo - qui date un peu, 2008, le temps passe vite - et que
je soumet à vos commentaires.
J'expliquerai après le pourquoi de cette photo et la démarche qu'elle a
demandée.

http://cjoint.com/?0FldtLSZGLz




Ca va titiller les integristes de l'horizontal. -2 degres serait parfait.
J'aime bien.

--
PiLS
MELMOTH
Le #23450531
Ce cher mammifère du nom de René nous susurrait, le samedi 11/06/2011,
dans nos oreilles grandes ouvertes mais un peu sales tout de même, et
dans le message mélismes suivants :

J'expliquerai après le pourquoi de cette photo et la démarche qu'elle
a demandée.

http://cjoint.com/?0FldtLSZGLz



Je l'aurais préférée en couleurs !...

--
Car avec beaucoup de science, il y a beaucoup de chagrin ; et celui qui
accroît sa science accroît sa douleur.
[Ecclésiaste, 1-18]
MELMOTH - souffrant
delestaque
Le #23450691
"René" discussion :
alors voici une photo - qui date un peu, 2008, le temps passe vite - et que je
soumet à vos commentaires.
J'expliquerai après le pourquoi de cette photo et la démarche qu'elle a
demandée.

http://cjoint.com/?0FldtLSZGLz

René


Parfois je me demande si faut " publier " pour moi, ce serait surtout il faut
"oublier " je me demande pourquoi ça a besoin d'explications, ça commence mal.

--
Ricco
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #23450771
Le 11/06/11 03:23, René a écrit :
alors voici une photo - qui date un peu, 2008, le temps passe vite - et
que je soumet à vos commentaires.
J'expliquerai après le pourquoi de cette photo et la démarche qu'elle a
demandée.

http://cjoint.com/?0FldtLSZGLz

René


Hihi...
bon, tout d'abord l'intention ; clairement, quoique par anticipation
(prémonition ?) c'est un hommage appuyé à nôtre grand chevalier fantôme,
comme le montre bien la présence tutélaire du cheval, discrète certes
par la taille mais puissante par le regard qui domine le spectateur. La
veuve et l'orpheline sont dans un embrassement fermé. Comme beaucoup de
femmes seules avec enfant, elle se tourne vers entierement celui-ci, se
mets à sa portée, tout en ayant eu le sens pratique de s'équipper d'une
troisième main bien nécessaire.
Pour le moment, elle ne s'en sert pas, sinon pour faire un bras
d'honneur au destin, ou bien soutenir le ciel telle Atlas, au choix de
vos convictions religieuses. L'autre porte un parapluie alors qu'il fait
beau, et que les arbres donnent de l'ombre. Ce n'est pas un objet
pratique (sinon peut-être pour le photographe, qui lui a dit tiens moi
ça, ça fera plus joli sur le visage) mais un symbole protecteur, souvent
utilisé par les assurances comme AXA.
La compo :
Cette scène est quelque peu posée, voire composée. En fait, elle est
même très super-posée, si j'ose dire. Même l'herbe a bénéficié d'un
traitement pour lui ôter tout aspect naturel suceptible de causer un
rhume des foin, elle a un genre d'aspect IR ou d'utilisation d'un film
fait pour autre chose que l'herbe. Dans ce cadre, on se demande pourquoi
le parapluie tutélaire (lui aussi) est moitié coupé. Protection qui fait
défaut ? Symbole phallique brisé ? Ou plus simplement, symbole de
l'imprévisble hors champs, qui ici guide le regard vers le ciel (amen).
Le photographe sait ce qu'il fait, manisfestement. On a un paquet de
jolis triangles qui s'entrecroisent, poupée fille maman, regards, les
mains, de trilogies sur les vêtements noir blanc rayé, l'opposition
entre les matières et teintes et cheveux.
Les proportions des personnes sont étranges aussi, mais que ne fait-on
pas avec un tabouret ou un coussin !
Une recherche sur les positions de points forts, et un gros paquet
d'ironie ? Manifestement cette photo a demandé plusieurs poses, un
travail de conception avant...Techniquement, je ne sais pas, en 2008 ça
peut être fait en numérique ou colle ciseaux.

Noëlle Adam
Charles Vassallo
Le #23451611
Le 11/06/11 03:23, René a écrit :
alors voici une photo - qui date un peu, 2008, le temps passe vite - et
que je soumet à vos commentaires.
J'expliquerai après le pourquoi de cette photo et la démarche qu'elle a
demandée.
http://cjoint.com/?0FldtLSZGLz



Je ne veux pas savoir si l'image résulte d'un montage ou non : seul le
résultat compte

Elle est surréaliste
— à cause du traitement du décor végétal (infrarouge ?) qui lui donne
une forte dimension onirique
— à cause de la mise en scène manifestement artificielle

Quand on part comme ça, tout peut faire sens, mais nous n'avons pas tous
les mêmes dictionnaires pour déchiffrer. Personnellement, je n'ai jamais
cru aux dictionnaires de symboles et j'en reste à mon cablage personnel.

Bref, je vois notamment une mise en abyme psychologique de la tendresse
maternelle. L'irréalisme est accentué par le dessin artificiel du cheval
(j'ai même cherché une corne sur le front... mais non, dommage). Si on
objecte que la poupée n'a rien de très naturel, OK, mais ça vient du
fond des âges ; celle-la est très traditionnelle et rentre très bien
dans la scène.

Je ne vois pas trop ce que le pépin vient faire dans l'histoire, sinon
que c'est un ustensile très prisé des photographes. J'accorde que ça
meuble très bien le cadre de la photo, mais qu'il soit ainsi coupé me
chagrine. Sinon, j'aime bien le dessin de tous ces bras et ces mains
(poupée incluse) côte à côte et bien distincts les uns des autres (le
blotissement dans la chaleur maternelle?) même si le bras de la maman a
l'air un petit peu trop loin.

charles
René
Le #23453951
"René" a écrit dans le message de groupe de discussion :


J'expliquerai après le pourquoi de cette photo et la démarche qu'elle a
demandée.



Merci à tous. Alors voici:
Pils: Penchée, a vrai dire non, le paysage était ainsi. Oui, je l'ai fait
mais je trouvais alors la fillette un peu trop penchée. Dans ce sujet la
terre aurait pu basculer encore plus. Voir la suite.
Melmoth: Moi aussi mais alors cette photo en couleur n'aurait pu servir le
but recherché. Voir la suite.
Ricco: Cette photo est une demande (pas une commande) et par cela elle
devait satistaire à certaines exigences. Tu verras dans la suite.
Noëlle: Je crois que tu veux trop en faire ou trop en déduire. La réalité
est à la fois plus simple et plus complexe. Hors contexte comme présentée
ici, tu as droit à toutes les analyses. La suite te suggérera quelques
nuances.
Charles: En écrivant "en abyme psychologique de la tendresse maternelle" tu
touches à l'essentiel et tu me fais grand plaisir.

Un jour Isa, une ex-étudiante de ma conjointe, me demande de la
photographier avec sa fille dans le but de participer à un évènement
photographique de sensibilisation et promotion de la recherche sur le cancer
au Canada, Cancer Connections organisé pas PhotoSensitive. Isa est atteinte
et est à haut risque pour d'autres cancers plus graves. Inquiet j'accepte et
m'informe du projet photo, les contraintes sont N&B, 40x50 cm, 300 dpi. Je
ne fais jamais de commande en photo, que de la photo utilitaire et pour mon
plaisir.

Ma conjointe et moi rencontrons Isa afin de mieux comprendre son désir. Elle
n'a aucune réticence sur le type de photo; sa seule exigence est d'être
photographiée avec sa fille car elle a peur de ne plus être là pour la
guider dans son apprentissage de la vie. Que faire? Où? Quel genre? Troublés
ma conjointe et moi élaborons quelques mises en scènes possibles. Le jour
venu de se rendre chez Isa pour discuter du meilleur scénario et
s'organiser - à 3 heures de route - ma vieille auto s'épuise dans les côtes.
Raté. Autre rencontre impossible, le temps passe vite... Nous voici pris de
court. Isa peut venir en banlieu, nous la rejoindront demain dans un parc.

Nous sommes à 3 jours de la date de tombée, en route vers le parc avec un
ciel menaçant et le parapluie! Isa arrive, Ansha a un jouet, le cheval.
Poupée, ciseaux et mèche de cheveux sont des accessoires à transposer la
maladie sur la poupée. Sa fille Ansha ne me connait pas; je ne connais pas
le parc; rien n'est préparé, les scénarios tombent. Il faut improviser et
ainsi cette photo que l'on voulait planifiée ne l'est donc pas du tout.
Heureusement il n'a pas plu et le soleil s'est montré en intermittence. J'ai
pris plus de 250 photos de plusieurs jeux entre Isa et Ansha. Et oui je
mitraille: la main, le baiser ne sont pas tels sur les autres photos.

De retour à l'ordi je suis découragé: toutes ces photos sont trop joyeuses
ou insignifiantes. Isa portait un pantalon et c'est en faisant disparaitre
la ligne entre les jambes que je l'ai vu disparaitre dans le sol. Elle s'y
enfonce doucement en disant adieu à Ansha et en tentant de la protéger le
plus longtemps possible. Exactement ce que Isa avait exprimé!

Le reste est plus technique. J'avais le sujet mais la photo trop belle en
couleur ne sortait pas de l'ordinaire en N&B. Je devais la rendre plus
onirique et non pas simple photo réaliste. L'original est au format portrait
et une branche pendouillait déplaisamment au dessus des têtes. En recadrant
à l'horizontal je devait choisir entre le parapluie et le sol... Somme
toute c'est une photo récupérée.

Pour la curiosité: je n'ai utilisé que Nikon Capture comme logiciel. La
photo au Nikon D-200 avec un Sigma 70-200.
René
Le #23456281
Et j'ai oublié de préciser que Isa s'en est remise; elle va bien, c'est une
jeune femme toujours souriante et joyeuse.

René
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #23456701
Le 12/06/11 10:39, René a écrit :


De retour à l'ordi je suis découragé: toutes ces photos sont trop
joyeuses ou insignifiantes. Isa portait un pantalon et c'est en faisant
disparaitre la ligne entre les jambes que je l'ai vu disparaitre dans le
sol. Elle s'y enfonce doucement en disant adieu à Ansha et en tentant de
la protéger le plus longtemps possible. Exactement ce que Isa avait
exprimé!



C'est une belle histoire. Enorme hors-champs.
Ce qu'on fait de mieux contient toujours un peu de ce qui nous échappe.
Dans une image complexe ou simple, je cherche d'instinct ce qui n'est
pas là. Cette image archi-composée t'a échappée à un moment, et c'est ce
qui fait qu'elle est la bonne de la série.
C'est aussi une image que les protagonistes doivent lire de façon
différente, puisqu'ils sont une part du contexte, qu'elle fait partie de
leur histoire à eux.
(ce que je dis en plaisantant je le dis pour de bon quand même...).
Ce que je vois en plus à la lumière de l'histoire racontée :
Le cheval dont on se demande bien pourquoi il vous regarde autant et
bénéficie d'une telle mise en vedette sur un point fort est le vrai
jouet de la gamine : la poupée elle est juste un accessoire de mise en
scène. Il est à mis l'écart, elle est focalisée sur ce qui est important
en vrai, sa mère. Le parapluie est symbolique (et oui, cliché quand tu
nous tiens) mais dans l'attitude corporelle, c'est l'enfant debout, un
peu plus haute que sa mère, qui a un geste enveloppant protecteur caché.
Pour un lecteur sans contexte, comme moi, ce jeu de bonneteau de
triangles entrecroisés (regards, mains, jouets-accessoires, cheveux...)
et la fusion entre les 2 personnes amène tout de suite l'absence du
père, qu'il soit dieu aux abonnés absents ou juste pas le mauvais
cheval, un peu loin. D'où mes blagues. Et la corne manquante de la
licorne (les licornes sont toujours mâles, c'est d'ailleurs pour ça que
l'espèce est éteinte), ça c'est Charles qui l'a dit.
Il y a avait certainement des photos plus simples, avec plus d'impact
dans celles que tu as rejetées. Elles ne convenaient pas.
Je ne prétend pas que ma lecture est la bonne, la seule possible : ce
qui fait la valeur d'une image c'est sa capacité à échapper à son
auteur. Prends le comme un compliment. Se laisser traverser, c'est ça
qui est bien.

Noëlle Adam
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #23456801
Le 11/06/11 08:37, MELMOTH a écrit :
Ce cher mammifère du nom de René nous susurrait, le samedi 11/06/2011,
dans nos oreilles grandes ouvertes mais un peu sales tout de même, et
dans le message mélismes suivants :

J'expliquerai après le pourquoi de cette photo et la démarche qu'elle
a demandée.



http://cjoint.com/?0FldtLSZGLz



Je l'aurais préférée en couleurs !...



Voici :
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Invisible_Pink_Unicorn.png

Noëlle Adam
René
Le #23459061
"YouDontNeedToKnowButItsNoëlle" a écrit dans le message de groupe de
discussion : it4ihj$b1h$

C'est une belle histoire. Enorme hors-champs.
Ce qu'on fait de mieux contient toujours un peu de ce qui nous échappe.
Dans une image complexe ou simple, je cherche d'instinct ce qui n'est pas
là. Cette image archi-composée t'a échappée à un moment, et c'est ce qui
fait qu'elle est la bonne de la série.
Noëlle Adam



Merci de ce retour

Il y eu des moments très intenses et émouvants dans cette expérience. Je
suis un photographe-voyeur c'est-à-dire un photographe qui ne fait pas de
mise en scènes, qui photographie ce qu'il voit. Et souvent je me modifie pas
mais je corrige une photo afin de la faire parler plus intensément du sujet
à auquel elle est destinée. Aucune des mises en scène prévues n'ont été
essayées. Isa dansait, tournoyait et jouait avec sa fille, le soleil est
apparu, j'ai suggéré un autre coin du parc. J'avais fait le tour, ce que je
voyait me plaisait imparfaitement mais il fallait terminer, j'ai dit
"embrassez-vous", clic clic clic. Rien de composé pour un
photographe-voyeur! L'herbe, les feuilles étaient d'un vert pétant, le
parapluie rouge vif...

Un livre a été publié de cet évènement avec 1000 photos en très petites
dimensions sauf 150 qui font de 1/4 à 2 pages. La mienne a été retenue pour
faire une page, un honneur pour moi.

René
Publicité
Poster une réponse
Anonyme