La fin du Kodachrome ...

Le
Claudio Bonavolta
Pour ceux qui se débrouillent en anglais:
<http://www.kodak.com/eknec/PageQuerier.jhtml?pq-path=2/6868&pq-
locale=fr_CH&_requestid=13781>
ou http://minilien.com/?ouPB73VMex

Pour faire court, Kodak a annoncé l'arrêt de la production du
Kodachrome après 74 ans.

Claudio Bonavolta
http://www.bonavolta.ch
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Fernand Naudin
Le #19618921
>Pour faire court, Kodak a annoncé l'arrêt de la production du
Kodachrome après 74 ans.



Avec Paul Simon (re)versons une larme :

http://www.youtube.com/watch?v=ujhdf9_IO4w&feature=related
Pierre Pallier
Le #19618911
Hello, Claudio Bonavolta a écrit dans

ou http://minilien.com/?ouPB73VMex

Pour faire court, Kodak a annoncé l'arrêt de la production du
Kodachrome après 74 ans.



Ah oui, ça devait arriver...
Développement assuré en Europe jusqu'au 30-10-2010, toutefois.
Bien maigre consolation, je l'admets.
--
Pierre.
Mes photographies : http://perso.wanadoo.fr/pierre.pallier
La FAQ de frp : http://pierre.pallier.free.fr/frp
Les news avec 40tude Dialog : http://perso.wanadoo.fr/pierre.pallier/Dialog
Rosalie Mignon
Le #19618901
Kodak annonce la disparition du film Kodachrome, 74 ans après son lancement
De Julien GIRAULT

PARIS (AFP) — Le groupe d'imagerie américain Eastman Kodak a annoncé lundi
arrêter la commercialisation du Kodachrome, qui avait été, il y a 74 ans, la
première pellicule photographique couleur destinée au grand public.
Introduite en 1935, le Kodachrome, caractérisé par la finesse de son grain,
des couleurs saturées et des contrastes importants, avait séduit des
générations de photographes, tant amateurs que professionnels, qui
appréciaient aussi bien son rendu que ses qualités de conservation. Pour le
chanteur Paul Simon, du duo Simon & Garfunkel, qui l'a célébré dans le tube
"Kodachrome" de 1973, ce film, qui avait été décliné en plusieurs formats,
était capable de "nous rendre le vert de nos étés, de nous faire croire que
le monde entier est une journée enseillée". "Le Kodachrome a été pour moi le
crible visuel dont mon regard s'est nourri. La richesse des nuances, le
rendu extraordinairement réel (...) me fournissaient un terrain
d'expérimentation vivant pour affiner ma vision du monde", confirme le
reporter-photographe américain Peter Guttman, dans l'une des vidéos
d'hommage publiées sur le site internet de Kodak.La technique développée par
Kodak, utilisée pour immortaliser des moments historiques tels que la
conférence de Yalta en 1945, fit le bonheur des familles américaines dans
l'après-guerre, tout en étant mise à profit par des artistes, parmi lesquels
le photographe de mode français Guy Bourdin. "La première partie de ma
carrière a été dominée par le Kodachrome, que j'ai employé pour saisir mes
plus mémorables clichés", témoigne de son côté le photographe Steve McCurry,
dont le portrait d'une jeune fille afghane, publié en une du magazine
National Geographic en 1985, a fait le tour du monde. "Toutefois, quand je
suis retourné voir cette Afghane, dix-sept ans plus tard, ce n'est pas en
Kodachrome que je l'ai à nouveau photographiée, mais avec Ektachrome", un
autre film de Kodak, reconnaît malgré tout M. McCurry. Complexe et onéreux à
développer, détrôné depuis des décennies par d'autres modèles de pellicules,
le Kodachrome a vu le recul de ses ventes s'accélérer ces dernières années,
jusqu'à représenter moins de 1% des ventes totales de films photographiques
du groupe américain. "La majorité des photographes d'aujourd'hui expriment
leur préférence de fixer leurs clichés avec de nouvelles techniques, à la
fois en argentique et en numérique", explique Mary Hellyar, présidente de la
division Photo et divertissement de Kodak, citée dans un communiqué.Déjà
confidentiel depuis de nombreuses années, le développement des pellicules
Kodachrome n'est plus assuré aujourd'hui que par un unique laboratoire,
Dwayne's Photo, situé dans le Kansas (centre des Etats-Unis).

"Le manque d'accessibilité aux services de développement des pellicules,
tout comme l'introduction de nouveaux films, ont contribué au recul de la
demande pour le Kodachrome", souligne Kodak.

Le groupe estime que, au rythme de vente actuel, les stocks de Kodachrome
qu'il détient devraient être épuisés d'ici le début de l'automne. De son
côté, Dwayne's Photo a précisé qu'il continuerait le traitement des
pellicules jusqu'à fin 2010.

Les dernières pellicules, dont le photographe Steve McCurry aura le
privilège de disposer pour prendre ses ultimes clichés en Kodachrome, seront
offertes au Musée international de la photographie Eastman House, à
Rochester (nord-est des Etats-Unis).

"Maman, ne me prends pas mon Kodachrome", chantait Paul Simon en 1973. Le
refrain était repris lundi sur le net américain par des blogueurs amoureux
de photographie, dont l'un confie: "J'ai l'impression d'avoir perdu un vieil
ami (...) Je continuais de prendre des clichés à l'ancienne et de les
visionner avec un projecteur. Adieu, Kodachrome, et merci pour les
souvenirs".

Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme