Gédéon photo

Le
J.P. & D. Dubarry
www.sudouest.com/280708/vil_gir_rivegauche.asp?Article&0708aP2810929.xml

Ancrée dans la commune de Mérignac, Gédéon privilégie les gens qu'elle aime
photographier dans leur contexte. Hier à Beaudésert, aujourd'hui dans le
Médoc

Sa famille est mérignacaise et elle vient d'acheter une maison dans la
commune. Elle ne veut surtout pas décliner son identité et se contente
d'avancer son pseudonyme, Gédéon. « Ah, pourquoi ?.». « C'est mon nom
d'artiste. Celui d'un roi et d'un vilain petit canard, il est ambigu, je
n'ai pas d'explication. Il me plaît. » Gédéon, donc, a eu son premier déclic
à 15 ans, lors d'une exposition à la Vieille Eglise. « J'ai su que j'en
ferai mon métier. » Après un bac scientifique, elle part pour Montpellier
décrocher un DEUG images-spectacle-audiovisuel. Retour à Bordeaux pour
préparer une licence et une maîtrise d'arts plastiques. Direction Arles pour
passer le diplôme de l'école nationale de photo. « On peut exercer cette
profession sans ce titre mais l'enseignement et la bibliothèque de cet
établissement valent bien le détour ! »


Corps dénudés. En 1999, Gédéon va passer un an dans le quartier de
Beaudésert, à Mérignac, en cours de réhabilitation. « J'ai fait des
portraits des habitants dans leur lieu de vie. » Rebelote à la piscine de
Thouars à Talence : « J'ai pris les gens en situation, des corps dénudés,
libres. J'avais mis un mot à l'entrée pour prévenir au cas où des baigneurs
s'y opposeraient. Personne n'a jamais trouvé à redire. » Ce travail a été
exposé à Pessac et à Orléans. À Pessac, justement, elle a aussi trimbalé son
appareil sur le chantier de l'école Pierre-Castaing : « J'ai photographié
les écoliers, les enseignants, les ouvriers. Des visages toujours. »


Figures médocaines. On l'a compris, Gédéon est attachée à l'être humain. Et
à son environnement. Sensible au problème du logement, elle s'est
intéressée, dans le cadre d'un travail sur l'habitat collectif pour Arc en
rêve, à la résidence sociale Poyenne aux Chartrons : « Les pensionnaires ont
leurs chambres et une cuisine commune. Une réussite. » Jusqu'au 17 août,
elle est l'un des dix-sept artistes qui participent à l'exposition «
Photographies en Aquitaine ». Elle y présente des figures du Médoc : « Je
leur ai demandé comment ils se voyaient. Mes clichés sont une reconstitution
de leur vision. » Les chasseurs ont été photographiés fusil sur l'épaule,
chiens au pied devant leur 4x4. Les gendarmes ont préféré une scène de
relationnel sur le marché. Les naturistes se sont prêtés au jeu sur leur
terrasse. Il y a un châtelain, des surfeurs, des rugbymen, des pêcheurs, des
gens du voyage : « Je ne suis pas derrière l'appareil mais avec eux. Un
portrait permet d'approcher les gens et le territoire amène le contexte. »
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
markorki
Le #16431141
J.P. & D. Dubarry a écrit :
www.sudouest.com/280708/vil_gir_rivegauche.asp?Article&0708aP2810929.xml

Ancrée dans la commune de Mérignac, Gédéon privilégie les gens qu'elle aime
photographier dans leur contexte. Hier à Beaudésert, aujourd'hui dans le
Médoc


<couic>
On l'a compris, Gédéon est attachée à l'être humain. Et
à son environnement. Sensible au problème du logement, elle s'est
intéressée, dans le cadre d'un travail sur l'habitat collectif pour Arc en
rêve, à la résidence sociale Poyenne aux Chartrons : « Les pensionnaires ont
leurs chambres et une cuisine commune. Une réussite. » Jusqu'au 17 août,
elle est l'un des dix-sept artistes qui participent à l'exposition «
Photographies en Aquitaine ». Elle y présente des figures du Médoc : « Je
leur ai demandé comment ils se voyaient. Mes clichés sont une reconstitution
de leur vision. » Les chasseurs ont été photographiés fusil sur l'épaule,
chiens au pied devant leur 4x4. Les gendarmes ont préféré une scène de
relationnel sur le marché. Les naturistes se sont prêtés au jeu sur leur
terrasse. Il y a un châtelain, des surfeurs, des rugbymen, des pêcheurs, des
gens du voyage : « Je ne suis pas derrière l'appareil mais avec eux. Un
portrait permet d'approcher les gens et le territoire amène le contexte. »




moui, bon, à part recopier du texte...

Quel intérêt ce lien sur un site bourré de pub, où on trouve un baratin
qui nous explique le génie d'une photographe dont on ne peut voir
**aucune** image ?

Si c'est pour racoler pour une expo "en vrai", un affichage papier
**sur_les_lieux** suffit peut-être ??;-(

Tiens, je me demande si je ne serais pas un peu de mauvais poil...
Den
Le #16432281
markorki a écrit :
J.P. & D. Dubarry a écrit :
www.sudouest.com/280708/vil_gir_rivegauche.asp?Article&0708aP2810929.xml


Ancrée dans la commune de Mérignac, Gédéon privilégie les gens qu'elle
aime photographier dans leur contexte. Hier à Beaudésert, aujourd'hui
dans le Médoc


<couic>
On l'a compris, Gédéon est attachée à l'être humain. Et à son
environnement. Sensible au problème du logement, elle s'est
intéressée, dans le cadre d'un travail sur l'habitat collectif pour
Arc en rêve, à la résidence sociale Poyenne aux Chartrons : « Les
pensionnaires ont leurs chambres et une cuisine commune. Une réussite.
» Jusqu'au 17 août, elle est l'un des dix-sept artistes qui
participent à l'exposition « Photographies en Aquitaine ». Elle y
présente des figures du Médoc : « Je leur ai demandé comment ils se
voyaient. Mes clichés sont une reconstitution de leur vision. » Les
chasseurs ont été photographiés fusil sur l'épaule, chiens au pied
devant leur 4x4. Les gendarmes ont préféré une scène de relationnel
sur le marché. Les naturistes se sont prêtés au jeu sur leur terrasse.
Il y a un châtelain, des surfeurs, des rugbymen, des pêcheurs, des
gens du voyage : « Je ne suis pas derrière l'appareil mais avec eux.
Un portrait permet d'approcher les gens et le territoire amène le
contexte. »




moui, bon, à part recopier du texte...

Quel intérêt ce lien sur un site bourré de pub, où on trouve un baratin
qui nous explique le génie d'une photographe dont on ne peut voir
**aucune** image ?

Si c'est pour racoler pour une expo "en vrai", un affichage papier
**sur_les_lieux** suffit peut-être ??;-(

Tiens, je me demande si je ne serais pas un peu de mauvais poil...



nan, y'a aut' chose.
Dubarry est le (rayer la mention inutile):
père, fils, frère, cousin de Laetitia.

Den

--
Pour me répondre en privé, enlever "pubpasglop" de mon adresse.
markorki
Le #16433881
Den a écrit :


nan, y'a aut' chose.
Dubarry est le (rayer la mention inutile):
père, fils, frère, cousin de Laetitia.



comment t'as su que'elle s'appelle
Laetitia (L a, e dans l'a, t i, t i a ) ?? hein ?

T'essaies de m'exciter, là ? Pas sympa, je suis en plein célibat
temporaire ;-(
( Ceci n'est pas un appel d'offre :-)
Pierre Pallier
Le #16442361
Hello, Den a écrit dans
[36 lignes citées masquées, tout de même]



nan, y'a aut' chose.
Dubarry est le (rayer la mention inutile):
père, fils, frère, cousin de Laetitia.



Ça volait haut ce matin...
--
thème à choisir : le numérique est-il soluble dans le jus d'orange /
Pour ou contre le dpi d'écran / Dieu, l'hyperfocale, ma mère et moi / le
round-ball à travers les âges/ Faut-il libéraliser la vente de Rodinal... )
-+- Frédéric sur frp. Z'avez deux heures pour rendre les copies -+-
Den
Le #16445481
Pierre Pallier a écrit :
Hello, Den a écrit dans
[36 lignes citées masquées, tout de même]


nan, y'a aut' chose.
Dubarry est le (rayer la mention inutile):
père, fils, frère, cousin de Laetitia.



Ça volait haut ce matin...




Bonjour,

Les interventions des Bubarry sont moins intrigantes que celles de
Laetitia, mais aussi ennuyeuses, amha.

> --
> thème à choisir : le numérique est-il soluble dans le jus d'orange /
> Pour ou contre le dpi d'écran / Dieu, l'hyperfocale, ma mère et moi /
> le round-ball à travers les âges/ Faut-il libéraliser la vente
> de Rodinal... )
> -+- Frédéric sur frp. Z'avez deux heures pour rendre les copies -+-

Chacun son humour, c'est ça qui fait la richesse...
--
Pour me répondre en privé, enlever "pubpasglop" de mon adresse.
Pierre Pallier
Le #16450151
Hello, Den a écrit dans
Les interventions des Bubarry sont moins intrigantes que celles de
Laetitia, mais aussi ennuyeuses, amha.



Pourquoi, quand on s'en prend à quelqu'un, est-on obligé de déformer son
patronyme ?
Pourquoi le fait de poster de temps à autres une information strictement en
charte, sans crosspost dans X forums contrairement à l'autre taré(e), est
ennuyeux ?
Pourquoi simplement ne pas lire lesdites interventions, grâce à une règle
ad-hoc dans son logiciel de coloriage ?
--
Ou alors, fais un non-site, avec tout plein de non-photos...


Ben c'est exactement ce que je fais, et Daniel est non-content !
-+- Noëlle sur frp : Contre les non-dits. -+-
Publicité
Poster une réponse
Anonyme