Gérard Rancinan, le photographe français contemporain le plus coté aux enchères

Le
D. & J.P. Dubarry
La vente récente à l'hôtel Drouot d'un tirage du « Radeau des illusions »,
oeuvre du Talençais Gérard Rancinan, fait de lui le photographe français
contemporain le plus coté aux enchères
www.sudouest.com/020608/une.asp?Article0608aP2517776.xml
« Une photo responsable » :Jean-Paul Taillardas


C'est une oeuvre déraisonnable, sombre, dérangeante. La subtilité des
éclairages, l'ordonnancement des corps, la superposition des sujets, tout
laisserait croire à un montage. Il n'en est rien. « Le Radeau des
illusions » est une vraie scène immortalisée sans le moindre trucage. Elle
est le fruit d'un mois de préparation puis de deux jours de mise en place,
répétition et prise de vue. Elle vaut à son auteur, le Talençais Gérard
Rancinan, la reconnaissance de l'art contemporain : un tirage de 2,60 m sur
1,90 m de cette image vient de se vendre à Drouot, sous le marteau de Millon
& Associés, à plus de 71 000 euros. Ce qui fait de son auteur le photographe
contemporain français le plus cher aux enchères.


Géricault. Cette extraordinaire photo d'un nouveau « Radeau de la Méduse »,
peuplé de modèles issus de l'immigration et d'immigrés, est une nouvelle
étape dans la carrière éclectique de ce journaliste, reporter, créateur et
artiste. Il a commencé sa carrière à « Sud Ouest », le journal où son père
fut typographe pendant quarante ans, et où il rencontra deux hommes à qui il
voue, dit-il, une imprescriptible reconnaissance : « Vincent Olivar
(aujourd'hui disparu), mon chef de service, qui m'a donné ma chance, et
Michel André, qui m'a donné son goût de l'aventure photographique et sa
passion de la qualité. »
Dans une belle exagération, l'immortalisation du radeau s'est jouée devant
400 photographes de l'Hexagone réunis au studio Rouchon, à Paris (5e). Il
s'agissait de démontrer les qualités d'un nouveau boîtier Canon (21 millions
de pixels !). Pourtant, au-delà de la démonstration médiatique (9 pages dans
« Paris Match »), cette photo-là ne tombe pas gratuitement ici et
maintenant. Le photographe, qui a entrepris, entre autres travaux, de
visiter de grands thèmes de société, a réactualisé l'?uvre de Géricault
parce que, dit-il, elle lui parle.
« Je regardais ce tableau et je voyais des images du large de l'Afrique, de
l'Asie, de Cuba, de ces gens partant souvent pour des illusions, pour un
monde qui n'est finalement fait que de lumières. »


Prise de risques. Image politique ? Évidemment. « Politique au sens noble »,
précise-t-il. « C'est une photo engagée, responsable. C'est une
dénonciation, mais pas un jugement. Je regarde et je donne à voir. Je
voudrais être une sorte d'artiste éditorialiste. »
Et cette vente, son montant ? Rancinan s'inquiète qu'on croie qu'il se gave
sur le dos des immigrés. « L'argent n'est pas l'enrichissement »,
affirme-t-il. La photo a coûté plus cher que le fruit de la vente : 98 000
euros, rien que pour les préparatifs et la décoration. Il reversera une
partie de la recette de Drouot à Reporters sans frontières.
Sa conscience soulagée, il peut dire ce qui le satisfait vraiment dans cette
enchère : elle est la récompense de la prise de risques qu'il revendique
comme son carburant. « Ce prix payé par un particulier veut dire que porter
un thème comme celui-ci peut plaire, toucher, qu'on n'est pas obligé de
tomber dans la médiocrité, dans la Star Academy, dans la banalité de la
culture ou de l'information. » Il vient justement de signer une photo pour
le rideau du Châtelet. Le résultat est à la hauteur d'un moderne Jérôme
Bosch. On y voit une apocalypse cauchemardesque qui se veut une métaphore de
la destruction totale de l'humanité.


Le pouvoir du photographe. La page du radeau n'est qu'une dans l'immense
livre de Gérard le Talençais. Il poursuit donc ses travaux. Et va s'atteler
au thème de la malbouffe, va illustrer la quête par l'homme moderne de
l'éternelle jeunesse. Enfin, il poursuit sa recherche d'illustrations de
grands thèmes de société : dans quinze jours, il « shootera » la liberté
d'expression en réinterprétant Delacroix.
Mais derrière la création d'images léchées comme des tableaux de maître, il
n'aime rien moins que de reprendre la route, Leica M en bandoulière, pour
retrouver le dépouillement originel du noir et blanc.
Ainsi présentera-t-il cet automne, au palais de Tokyo, à Paris, le fruit de
sa dernière cueillette voyageuse : un tour du monde des grands de la photo
qu'il a immortalisés et interrogés, à la recherche de la réponse à la
question qui le taraude. Celle du pouvoir du photographe, ce simple mortel à
qui a été donné le pouvoir surnaturel de figer le temps. L'expo et le livre
qui va avec s'appelleront « Le Photographe ». Tout simplement.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 3
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Charles VASSALLO
Le #6777171
D. & J.P. Dubarry wrote:
La vente récente à l'hôtel Drouot d'un tirage du « Radeau des illusions »,
oeuvre du Talençais Gérard Rancinan, fait de lui le photographe français
contemporain le plus coté aux enchères
www.sudouest.com/020608/une.asp?Article0608aP2517776.xml
« Une photo responsable » :Jean-Paul Taillardas


C'est une oeuvre déraisonnable, sombre, dérangeante [bla bla bla]


Ce serait tout de mieux de citer la concurrence quand celle-ci permet de
mieux voir de quoi on parle. Un coup et gougueule et hop, sur
http://tinyurl.com/3z77t4
et surtout sur
http://tinyurl.com/3fbdh9
qui permet de vous balader dans l'image à la manière d'une hyper photo

Charles

GEKO4
Le #6781271
D. & J.P. Dubarry
Celle du pouvoir du photographe, ce simple mortel à
qui a été donné le pouvoir surnaturel de figer le temps.


Un peu prétentieux, ça... faut pas déconner.
S'il suffisait de se prendre en photo pour devenir immortel, ça se
saurait.

Bon, sinon, sa photo est magnifique, c'est clair... :)

--
La Réunion (mais pas seulement) comme vous ne l'avez jamais vue!
www.LaCase.com
Dernière mise à jour: dimanche 16 mars 2008

mikhailGuelovani
Le #6794361
RSF : son président M. Ménard (légion d'honneur) élu à vie comme un vieux
dictateur Nord-Coréen gagnerait 5000 euros par mois. On n'abordera pas le
financement de cette association ni du coût de ses nouveaux bureaux.
L'humanitaire parlons en sans tabou : comment gagner du fric sur le dos de
la misère en étant politiquement correct.

Salgado lui respecte les gens et fait un vrai travail de photographe.
GEKO4
Le #6795601
mikhailGuelovani
RSF : son président M. Ménard (légion d'honneur) élu à vie comme un vieux
dictateur Nord-Coréen gagnerait 5000 euros par mois. On n'abordera pas le
financement de cette association ni du coût de ses nouveaux bureaux.
L'humanitaire parlons en sans tabou : comment gagner du fric sur le dos de
la misère en étant politiquement correct.

Salgado lui respecte les gens et fait un vrai travail de photographe.



Blablabla.
Tout le monde il est pas beau, tout le monde il est pas gentil.
On sait.

Moi, c'est la photo qui m'intéresse. Pas les gens qui la font.


--
La Réunion (mais pas seulement) comme vous ne l'avez jamais vue!
www.LaCase.com
Dernière mise à jour: dimanche 16 mars 2008

Bour-Brown
Le #6795591
JmG a écrit
( 1ii5vzv.be3lj4qsg0arN% )

Moi, c'est la photo qui m'intéresse. Pas les gens qui la font.


+1

Dark_T
Le #6796761
JmG wrote:

Moi, c'est la photo qui m'intéresse. Pas les gens qui la font.


Marrant ça, c'est pas ton copain Alf qui disait que l'artiste est
indissociable de l'oeuvre ?

(cette remarque vaut aussi pour BB et son +1)

--
Alban

Bour-Brown
Le #6797991
Dark_T a écrit
( 2dm5p$a1h$ )

(cette remarque vaut aussi pour BB et son +1)


Préciser qu'un jour Alf92 a écrit quelque chose et qu'aujourd'hui moi j'en
écris une autre ne changera sans doute rien à ta jubilation de révéler au
grand jour les contradictions que tu construis tout seul.

Bof, si ça peut faire ton bonheur...

(et la photo dans tout ça ?)

Dark_T
Le #6797981
Bour-Brown wrote:

Préciser qu'un jour Alf92 a écrit quelque chose et qu'aujourd'hui moi j'en
écris une autre ne changera sans doute rien à ta jubilation de révéler au
grand jour les contradictions que tu construis tout seul.


C'est un signe d'intelligence non, de faire des rapprochements entre deux
choses éloignées au premier abord ? :)

Bof, si ça peut faire ton bonheur...


Ca me va oui.

(et la photo dans tout ça ?)


Je te retourne la question. Et j'ajoute "et l'artiste dans tout ça ?".

--
Alban

Bour-Brown
Le #6798431
Dark_T a écrit
( g2e1v5$c2d$ )

(et la photo dans tout ça ?)


Je te retourne la question.


Oui, c'est tellement plus facile, hein. Mais moi ça va, en ce moment je
m'amuse avec mes lis :
http://cjoint.com/?ghp3Xh3ewv


Et j'ajoute "et l'artiste dans tout ça ?"


Je ne sais pas de quoi tu parles.

Si c'est de Rancinan, je n'en ai pas grand chose à faire - en plus les
resucées de tableaux, il n'y a quand même pas de quoi casser trois pattes à
un canard...


Ghost Rider
Le #6798421

Si c'est de Rancinan, je n'en ai pas grand chose à faire - en plus le s
resucées de tableaux, il n'y a quand même pas de quoi casser trois pattes à
un canard...


Et c'est pas très rentable comme photographie : coût: 87000 euros,
vendue: 70000 euros, perte: 17000 euros.
Même moi, je fais mieux: je ne vends rien, mais mes photos ne coûtent
rien non plus.
Ceci dit, je partage l'opinion de Bour-brown: à part faire un pastiche
pour rigoler, l'imitation en art n'est guère créatrice. Bien sûr, o n
apprend le métier, comme les copistes dans les musées. Oui, au fond, ça
sert à ça, ce n'est ni inutile, ni néfaste, c'est purement pédago gique.

Ghost Rider

Publicité
Poster une réponse
Anonyme