Le gourou de Monflanquin a-t-il espoir d'alléger la sentence en appel??

Le
lareverendemere
Reclus de Monflanquin: le "gourou" fait appel
Par LEXPRESS.fr, publié le 22/11/2012
Thierry Tilly et son complice présumés, condamnés à respectivement huit et
quatre ans de prison pour avoir séquestré une famille entière, ont décidé de
faire appel du jugement rendu le 13 novembre dernier.

PIERRE ANDRIEU / AFP
Thierry Tilly, condamné à huit ans de prison dans l'affaire "des reclus de
Monflanquin", et son complice présumé Jacques Gonzalez, condamné à quatre
ans de prison, ont décidé de faire appel du jugement rendu le 13 novembre
par le tribunal correctionnel de Bordeaux, ont indiqué jeudi leurs avocats.
Dix ans de prison, le maximum encouru, avaient été requis contre M. Tilly,
48 ans, détenu depuis octobre 2009, et plusieurs commentateurs avaient vu
dans la peine plus modérée prononcée par le tribunal, malgré des attendus
extrêmement fermes, une décision qui pourrait le dissuader de faire appel.
/
suite:
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/reclus-de-monflanquin-le-gourou-fait-appel_1190705.html
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Christian Navis
Le #24993862
lareverendemere a exposé le 24/11/2012 :

Dix ans de prison, le maximum encouru, avaient été requis contre M. Tilly, 48
ans, détenu depuis octobre 2009, et plusieurs commentateurs avaient vu dans
la peine plus modérée prononcée par le tribunal, malgré des attendus
extrêmement fermes, une décision qui pourrait le dissuader de faire appel.



Ce raisonnement peut être retourné comme une peau de lapin.
Si Tilly avait pris 4 ou 5 ans, il serait déjà dehors et n'aurait
aucun intérêt à interjeter appel. Parce que les juges agacés
par un appel sans motivation sérieuse pourraient alourdir
l'addition, en la motivant au nom de leur pouvoir dévolutif.

Par contre, lorsque la peine frôle le maximum, il est rare qu'ils
l'aggravent, sauf comportement inapproprié du prévenu ou du condamné
à l'audience, ou avant dans les média.
Dès lors, amha Tilly ne risque pas grand chose, car il devrait être
libéré en 2013 à mi-peine, compte tenu de la prévention, du fait
qu'il ne semble pas dangereux et pourrait convaincre qu'il a
un potentiel de réinsertion.

On peut alors se demander : quel intérêt de saisir la cour d'appel ?
Je risque une motivation psychologique assez fréquente : le condamné
a tendance à minorer la gravité des faits reprochés, et trouve donc
sa condamnaton sinon injuste, du moins excessive.
La faire diminuer, même légèrement, apparaît alors comme une sorte de
réparation symbolique.

--
Mort du journalisme citoyen :
http://christian.navis.over-blog.com
Publicité
Poster une réponse
Anonyme