HS: A lire

Le
Thierry Chatelet
http://www.ecrans.fr/Richard-Stallman-Il-faut-exiger-la,8951.html
Thierry

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers debian-user-french-REQUEST@lists.debian.org
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS listmaster@lists.debian.org
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Jean-Yves F. Barbier
Le #20983761
Thierry Chatelet a écrit :
http://www.ecrans.fr/Richard-Stallman-Il-faut-exiger-la,8951.html



Ben c'est plutôt mal barré au niveau des branques-ignobles qui
dirigent ce pays:
http://www.april.org/fr/rgi-le-cadeau-de-fillon-a-microsoft

(sans connotation politique aucune, les autres étant d'ignobles branques :)

--
That must be wonderful: I don't understand it at all.
-- Moliere

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS
Aurelien
Le #20984371
On Sat, Jan 16, 2010 at 03:27:01AM +0100, Thierry Chatelet wrote :
http://www.ecrans.fr/Richard-Stallman-Il-faut-exiger-la,8951.html
Thierry



Cool.
(ouf, il n'a pas trop parlé d'art !)


--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS




--
Aurélien

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS
Yves Rutschle
Le #20985091
On Sat, Jan 16, 2010 at 10:07:48AM +0100, Aurelien wrote:
(ouf, il n'a pas trop parlé d'art !)



Pourquoi? C'est mal quand il parle d'art?

Y.

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS
Aurelien
Le #20985691
On Sat, Jan 16, 2010 at 11:18:47AM +0100, Yves Rutschle wrote :
On Sat, Jan 16, 2010 at 10:07:48AM +0100, Aurelien wrote:
> (ouf, il n'a pas trop parlé d'art !)

Pourquoi? C'est mal quand il parle d'art?




D'Art Libre, oui, c'est assez mal. Ces propositions sont assez loin de
ce qu'on pourrait attendre d'un des pères fondateurs du libre. Je pense
qu'il s'agit plutôt de méconnaissance du contexte plus que de mauvaise
foi ou volonté.
Après, je ne sais pas si c'est le lieu pour en discuter plus avant, cela
dit.

--
Aurélien

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS
Jean-Yves F. Barbier
Le #20986991
Aurelien a écrit :
On Sat, Jan 16, 2010 at 11:18:47AM +0100, Yves Rutschle wrote :
On Sat, Jan 16, 2010 at 10:07:48AM +0100, Aurelien wrote:
(ouf, il n'a pas trop parlé d'art !)


Pourquoi? C'est mal quand il parle d'art?




D'Art Libre, oui, c'est assez mal. Ces propositions sont assez loin de
ce qu'on pourrait attendre d'un des pères fondateurs du libre. Je pense
qu'il s'agit plutôt de méconnaissance du contexte plus que de mauvaise
foi ou volonté.
Après, je ne sais pas si c'est le lieu pour en discuter plus avant, cela
dit.



Ben si tu 'gades bien, programmer ça a qq chose d'artistique quelque part...

--

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS
Thierry Chatelet
Le #20989121
On Saturday 16 January 2010 16:26:30 Jean-Yves F. Barbier wrote:
Aurelien a écrit :
> On Sat, Jan 16, 2010 at 11:18:47AM +0100, Yves Rutschle wrote :
>> On Sat, Jan 16, 2010 at 10:07:48AM +0100, Aurelien wrote:
>>> (ouf, il n'a pas trop parlé d'art !)
>>
>> Pourquoi? C'est mal quand il parle d'art?
>
> D'Art Libre, oui, c'est assez mal. Ces propositions sont assez loin de
> ce qu'on pourrait attendre d'un des pères fondateurs du libre. Je pense
> qu'il s'agit plutôt de méconnaissance du contexte plus que de mauvaise
> foi ou volonté.
> Après, je ne sais pas si c'est le lieu pour en discuter plus avant , cela
> dit.

Ben si tu 'gades bien, programmer ça a qq chose d'artistique quelque
part...



Moi, je parlerais plutôt de philo en ce qui concerne la progamation; c omme
pour une belle démonstration mathématique. Mais on samedi....
Thierry

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS
Jean-Yves F. Barbier
Le #20990551
Thierry Chatelet a écrit :
...
Ben si tu 'gades bien, programmer ça a qq chose d'artistique quelque
part...



Moi, je parlerais plutôt de philo en ce qui concerne la progamation; comme
pour une belle démonstration mathématique. Mais on samedi....
Thierry



tu as pewdu des cawactères d'en ti'clavier à toé là?

--
Here I am at the flea market but nobody is buying my urine sample bottles ...

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS
Serge SMEESTERS
Le #20992071
>> (ouf, il n'a pas trop parlé d'art !)





Pourquoi ? C'est mal quand il parle d'art ?



Ce que j'ai compris aux dernière RMLL, à propos de l'art :

Il y a semble-t-il une volonté de certains artistes de rejoindre le
mouvement "copyleft", avec les Creative Commons, notamment...

J'étais présent lors de discussion à ce sujet, et je voyais bien sur
quoi ça coinçait...

Alors que les participants aux logiciels libres on totalement fait le
deuil (quoi que, parfois...) de la partie rentière de la propriét é
intellectuelle et se contente (éventuellement) de la partie
prestation, les artistes de part leur nature on difficile a y arriver.

Fondamentalement, il n'y a pas de différence... si ce n'est qu'un
logiciel sert souvent à quelques choses de plus concret alors que
l'œuvre purement artistique à souvent une bonne part de narcissis me
dans sa raison d'être. Un artiste aura vraiment mal au cœur de vo ir
quelqu'un d'autre "tourner" autour d'une partie de son âme ou autres
émanation "divine" d'un esprit géniale :/

Et je pense bien que ça se retrouve également du côté d es logiciels...
Les logiciels libres proposent d'aller au-delà, de se "contenter"
(d'un point de vue narcissique) de la simple reconnaissance, pérennit é
du logiciel.

Ça, c'est ce que j'ai cru comprendre, pour l'instant, ...

Bernard Stiegler était là, et j'aimais vraiment beaucoup ce qu'il
disait à ce sujet...
→ http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Stiegler


Mince, on est pas vendredi !?.

Bon, je sort → []


Serge S.

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS
Aurelien
Le #21124831
Salut,

Ca fait un moment que je voulais préciser mon propos à ce sujet, mais en
fait, je ne suis jamais sur mon PC le Vendredi, donc, disons que ce mail
est à lire avec un certain retard, étant donné son potentiel trollesque.

On Sun, Jan 17, 2010 at 01:28:46PM +0100, Serge SMEESTERS wrote :
>> (ouf, il n'a pas trop parlé d'art !)

> Pourquoi ? C'est mal quand il parle d'art ?

Ce que j'ai compris aux dernière RMLL, à propos de l'art :

Il y a semble-t-il une volonté de certains artistes de rejoindre le
mouvement "copyleft", avec les Creative Commons, notamment...

J'étais présent lors de discussion à ce sujet, et je voyais bien sur
quoi ça coinçait...

Alors que les participants aux logiciels libres on totalement fait le
deuil (quoi que, parfois...) de la partie rentière de la propriété
intellectuelle et se contente (éventuellement) de la partie
prestation, les artistes de part leur nature on difficile a y arriver.

Fondamentalement, il n'y a pas de différence... si ce n'est qu'un
logiciel sert souvent à quelques choses de plus concret alors que
l'œuvre purement artistique à souvent une bonne part de narcissisme
dans sa raison d'être. Un artiste aura vraiment mal au cœur de voir
quelqu'un d'autre "tourner" autour d'une partie de son âme ou autres
émanation "divine" d'un esprit géniale :/

Et je pense bien que ça se retrouve également du côté des logiciels...
Les logiciels libres proposent d'aller au-delà, de se "contenter"
(d'un point de vue narcissique) de la simple reconnaissance, pérennité
du logiciel.



Alors, pour préciser, donc un peu. Effectivement, il y a un mouvement
assez important d'artistes qui se tournent vers des solutions Copyleft,
ou libres (genre Creative Commons, puisqu'une seule de leurs licences
est copyleft). C'est particulièrement vrai pour les arts numériques
et/ou facilement numérisables.
J'en suis depuis plusieurs années, et en fait, mes contributions sur
cette liste sont très souvent liées à mon travail de chargé de
production au sein d'un label/tourneur/collectif d'artistes sous
licences libres.

L'un des problèmes est effectivement le manque d'allant pour finalement
lâcher l'affaire sur ce que tu appelles la partie rentière de la
propriété intellectuelle. A mon sens, cela est pas mal dû aux Creative
Commons qui proposent des clauses à la licence de base, notamment une
clause de non-utilisation commerciale. A partir de là, on a dit à peu
près tout ce qu'il y avait à dire : l'artiste est OK pour être libre car
ça va tout à fait dans une certaine mouvance d'art alternatif (le punk,
etc.), mais fuck le system : pas question que quelqu'un fasse du fric
sur mon dos. En fait, c'est doublement pervers :
1. Ca brouille les pistes et rend plus difficile à comprendre l'essence
du copyleft, qu'on peut par exemple trouver dans la licence Art Libre.
2. Si l'on peut imaginer que "fuck the system: pas de pognon sur mon
dos" est presque noble, il cache en fait, en général, une forme de
narcissisme (je dirais plutôt de jalousie), car en gros "il est hros de
question de faire du pognon sur mon dos si moi-même je ne m'en fais
pas". Demandez à ces artistes s'ils sont OK pour avoir un manager, un
distributeur, un tourneur, ou quoi, et vous verrez qu'ils diront tous
oui.....
Bref.
Voilà où on en était.
Mais HADOPI est arrivé, levée de bouclier (normal), et en pratique la
question de la rémunération des artistes est tombée. La présentation
d'alternatives à HADOPI a fait mirroiter qu'on pourrait rémunérer des
artistes, y compris des artistes libres, pour leur création, cette
rémunération prenant des formes de redevances (perçues après coup).
Un certain nombre d'artistes du libre (en particulier, ceux-là même qui
sont allés sur du CC-by-nc plus par jalousie que par esprit punk) se
sont rués dessus, l'opportunité de toucher des sous de cette manière en
pouvant continuer à dire "fuck la SACEM, la SACD, etc." étant très
tentante.
En fait, là où le bât blesse c'est que :
1. Cette rémunération a posteriori est supposée aider/favoriser la
création. Or rien ne prouve que celui qui a créé recrééera, et, de toute
façon, on est dans la certitude totale de louper les créateurs à venir
pour les aider dans leur démarche.
2. Le fait de se poser la question de la rémunération des artistes est
légitime, mais celui d'imaginer une solution qui semble universelle n'a
pas de sens. Il y a de fortes différences entre un plasticien, un
auteur, un compositeur... Et puis il y a des différences entre un
musicien américain et un musicien français, par exemple.
3. Corollaire : il eût été intéressant d'observer l'existant
(intermittence du spectacle, artistes fonctionnaires -conservatoire-,
maison des artistes, etc.) et de se demander quels étaient réellement
les manques.
4. La question se pose surtout pour les créateurs n'interprétant pas
leur création. A mon sens, le principe de commande (je te commande un
texte, tu m'achètes un texte, et tu fais du libre avec) était le plus
pertinent, les arguments qu'on m'a tenus face à ça sont ineptes, et je
ne suis même pas à même de vous les présenter correctement.

Bon, donc, clairement, le premier semestre 2009 était un peu tendu dans
le milieu de l'art libre.

Là-dessus, tombe une initiative, le mécénat global, un principe de dons
qui seraient redistribués de manière non-équitables entre les artsites
en fonction (logarithmique, ou racine cubique) de leur popularité. Il
s'agirait d'un système en ligne, avec en gros, un bouton pour donner et
youpi.

Entre autres choses, c'est ça que Stallman a défendu lors de sa
conférence à Nantes. Ca, et le fait qu'en art, l'artiste devrait garder
des droits exclusifs sur ses oeuvres pendant 10 ans, et après => domaine
public. Le prétexte : il n'y a pas d'urgence à libérer les oeuvres. Je
pense qu'un artiste (mal informé) pourrait tenir le même discours à
propos de l'informatique. Il est clairement utile, sinon nécessaire, à
la communauté que les oeuvres soient libres dès le départ, qu'elles
s'insèrent au plus vite dans un flux qu'Antoine Moreau nomme l'Art et
qu'elles ne le stoppent pas, bref, qu'elles participent à une dynamique
de création salvatrice.
Et puis, le problème était toujours le même, cette solution ne concerne
que les arts numériques ou numérisables simplement, et du coup qui d des
autres (comme le théâtre), puisque cette solution prétend
(implicitement) à une forme d'universalité de la rémunération artistique
?
Quand j'ai posé la question à Stallman en prenant l'exemple du théâtre,
il m'a répondu que tous les arts n'avaient pas être libre, en
particulier le théâtre n'avait pas à l'être !!!!
S'il y a bien un art qui est naturellement et depuis toujours libre (y
compris depuis Beaumarchais, il a gardé intrinsèquement quelque chose de
libre), c'est bien le théâtre : on passe son temps à interpréter,
ré-interpréter, modifier le texte, la mise en scène, etc.
Bref, pour moi, ça a été la dégringolade (je place Stallman très haut
dans mon estime, mais là....).

Bon, derrière, je vous raconte pas la gueule du second semestre 2009
dans la communauté de l'art libre (en France, en tout cas).

Donc voilà, le pourquoi de ma remarque.
Ce qui est inquiétant, c'est que rien n'est terminé, et qu'à mon avis,
ça va revenir en force, notamment aux RMLL 2010.



Ça, c'est ce que j'ai cru comprendre, pour l'instant, ...

Bernard Stiegler était là, et j'aimais vraiment beaucoup ce qu'il
disait à ce sujet...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Stiegler



Alors, là par contre, perso, je n'ai pas apprécié du tout. J'ai vraiment
pris son intérêt à la chose comme un intérêt tardif, dicté par le fait
qu'HADOPI soit arrivé et médiatisé (ainsi que le libre via deux députés
au moins). Son logiciel d'analyse cinématographique est un logiciel
privateur. Son analyse cinamétographique en elle-même est privatrice.
Ses histoires sur le livret avec les partitions, etc. c'est transformer
l'art en maths, afin que pouvoir cartésiennement le décrire. Le fait est
que ça ne fonctionne pas tout à fait de cette manière. Je ne prétends
pas que c'est magique, il y a des choses qu'on peut décrire, etc., mais
ça n'est pas ça qui fait q'on accroche ou non à une oeuvre. Qu'il faille
un contexte, une éducation à la culture, c'est-à-dire en avoir vu, lu et
entendu beaucoup, c'est certain. Qu'il faille décrire les techniques
stylistiques pour apprécier l'art, c'est de la merde en boîte. L'avant
garde artistique (musique contemporaine, dadaïsme, ...) ont toujours
rompu les codes et étaient impossibles à décrire avant qu'on veuille les
ranger au rang de standard. Ca n'empêche qu'il était tout à fait
possible d'accrocher sur cela. Bref, le discours de Stiegler mène à une
catégorisation et une hiérarchie de l'art, ça n'est pas bon, et ça n'est
certainement pas le fait d'avoir un livret avec les partitions des 1ers
violons de la 9e de Beethoven qui fait de quelqu'un un mélomane.
Ca supposerait, pour faire le parallèle avec l'informatique, que seule
la personne ayant lu le code source d'OpenOffice est susceptible de
trouver que c'est un bon logiciel de bureautique. C'est faux.
En fait, Stiegler a voulu, à mon avis pour faire du pied aux
informaticiens, faire une transposition de l'open-source en libre.
Pourquoi pas, nous mettons nos partitions, nos pistes d'instruments, les
sessions des enregistrements multipistes, etc. en ligne, notre musique
est open-source. Mais il n'est pas obligatoire d'avoir lu et utilisé
tout ça pour écouter et apprécier notre musique (j'espère).


Un dernier point : en art, c'est les régions, les communautés, les
communautés de comunes, et éventuellement les départements qui comptent.
Pas les députés. Les députés ne font rien pour l'art concrètement. Ils
en parlent, éventuellement, ça peut un peu impacter sur le ministère de
la culture et donc sur ses antennes régionales (DRAC) qui ne concernent
qu'un nombre très limité d'artistes qui font plus de soirées pièces
montées et petits fours que d'action artistique à proprement parler.


Bon, c'est putain de long ce que je viens de vous écrire, c'est un
manifeste, quoi !

Tcho !




Mince, on est pas vendredi !?.

Bon, je sort → []


Serge S.

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS




--
Aurélien

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS
Kevin Hinault
Le #21128481
Le 4 février 2010 09:24, Aurelien
Entre autres choses, c'est ça que Stallman a défendu lors de sa
conférence à Nantes. Ca, et le fait qu'en art, l'artiste devrait gard er
des droits exclusifs sur ses oeuvres pendant 10 ans, et après => doma ine
public. Le prétexte : il n'y a pas d'urgence à libérer les oeuvres. Je
pense qu'un artiste (mal informé) pourrait tenir le même discours à
propos de l'informatique. Il est clairement utile, sinon nécessaire, à
la communauté que les oeuvres soient libres dès le départ, qu'elles
s'insèrent au plus vite dans un flux qu'Antoine Moreau nomme l'Art et
qu'elles ne le stoppent pas, bref, qu'elles participent à une dynamique
de création salvatrice.
Et puis, le problème était toujours le même, cette solution ne conc erne
que les arts numériques ou numérisables simplement, et du coup qui d des
autres (comme le théâtre), puisque cette solution prétend
(implicitement) à une forme d'universalité de la rémunération art istique
?



Pendant cette conférence à Nantes j'ai tout autant que toi été
décontenancé par cette position étonnante sur la libération des
oeuvres et sur l'exclusivité des droits pendant 10 ans (il avait même
parlé de plus 10 ans). Je me rappel en effet du prétexte donné sur la
non-urgence qui m'a fait bondir : comment ça pas d'urgence ?? Mais
l'art, la création, l'inspiration ne se commandent pas : l'envie de
créer aujourd'hui ne sera pas la même dans plusieurs années, elle
pourrait même disparaître et selon moi c'est justement urgent de
laisser les artistes disposer de tout ce qui peut les inspirer et ce
qui peut les laisser un trace à un moment où a un autre. Guernica
(Picasso) n'aurait pas eu la même réalité si la toile n'avait pas é té
peinte quelques jours après la destruction de la ville.
Typiquement le logiciel libre n'a pas de notion de temps limite et on
en voit les bénéfices tous les jours. Si l'on doit demander des délai s
pour créer alors on perd toute innovation.

Personnellement je défends un point de vue que beaucoup d'artistes des
XXè et XXIè siècles ne supportent pas d'entendre : la création n'es t
jamais pure ou issue du néant, elle est toujours inspiré du travail
d'autres personnes (dans le passé ou le présent).

Des exemples il y en a des tas, un des meilleurs que je connaisse c'est :
"Las Meninas" de Goya :
http://astripedarmchair.files.wordpress.com/2009/02/lasmeninas1.jpg
et voici ce que Picasso a fait :
http://gordondouglas.files.wordpress.com/2008/10/meninas-picasso.jpg

Comme toi je pense que le théâtre est quelque chose de très libre.
Cependant gangrené depuis longtemps par des droits d'auteurs envers
des ayants droits qui ne sont souvent que des héritiers. Il suffit de
regarder les débat virulents sur les droits d'auteurs pour Shakespeare
ou Molière.

Dernièrement l'ayant droit des oeuvre de Sir Arthur Conan Doyle a émis
des critiques très sévère sur le film sorti récemment. Selon elle, le
film ne respecterait pas l'esprit du Livre et aurait une connotation
trop gay. J'en envie de dire à cette brave dame que le droit d'auteur
ne lui confère pas l'esprit de Doyle et que la lecture de Guy Ritchie
est forcément différente de la sienne. Voilà où on est en avec la
suprématie dans la durée du droit d'auteur des oeuvres : des
aberrations contre-innovante.
Pour moi il est important de faire comprendre à notre société qu'il
faut remettre en cause cette stupidité selon laquelle les oeuvres
dérivés d'une autres oeuvre appartiennent forcément aux ayants droits .
Il devrait y avoir une forme de souplesse, le fait de changer trois
notes dans une chanson n'est pas suffisant pour en changer le sens, en
revanche la remixer, la bootlegger peut la bouleverser. Un juste
milieu existe dans tous les arts. Amha c'est la dessus que l'on
devrait chercher.

Suis complètement hors sujet pour le coup.

--
Kévin Hinault

--
Lisez la FAQ de la liste avant de poser une question :
http://wiki.debian.org/fr/FrenchLists

Pour vous DESABONNER, envoyez un message avec comme objet "unsubscribe"
vers
En cas de soucis, contactez EN ANGLAIS
Publicité
Poster une réponse
Anonyme