Jacqueline Sauvage restera en prison

Le
Desmond
Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de
son mari en 2012, a vu jeudi 24 novembre sa demande de libération
conditionnelle une nouvelle fois rejetée.


C'est une bonne nouvelle concernant le fonctionnement de la Justice en
France.

Hors cas de légitime défense, on ne tue pas impunément.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 5
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
anyone.
Le #26418445
Le 25/11/2016 à 14:44, Desmond a écrit :
Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son
mari en 2012, a vu jeudi 24 novembre sa demande de libération
conditionnelle une nouvelle fois rejetée.
C'est une bonne nouvelle concernant le fonctionnement de la Justice en
France.
Hors cas de légitime défense, on ne tue pas impunément.


L'extension de la notion de légitime défense était justement justement
l'objectif de la médiatisation de ce procès par les féministes
françaises à l'image de ce qu'ont réussi les féministes canadiennes.
http://tinyurl.com/h6vnfay
http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion3605.asp
anyone.
Le #26418450
Le 25/11/2016 à 14:44, Desmond a écrit :
Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son
mari en 2012, a vu jeudi 24 novembre sa demande de libération
conditionnelle une nouvelle fois rejetée.
C'est une bonne nouvelle concernant le fonctionnement de la Justice en
France.
Hors cas de légitime défense, on ne tue pas impunément.


L'extension de la notion de légitime défense pour les femmes supposées
battues était justement l'objectif de la médiatisation de ce procès par
les féministes françaises à l'image de ce qu'ont réussi les féministes
canadiennes.
http://tinyurl.com/h6vnfay
http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion3605.asp
alain191
Le #26418464
Desmond
Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de
son mari en 2012, a vu jeudi 24 novembre sa demande de libération
conditionnelle une nouvelle fois rejetée.
C'est une bonne nouvelle concernant le fonctionnement de la Justice en
France.
Hors cas de légitime défense, on ne tue pas impunément.


Affirmation ridicule, un flic peut le faire et l'armée de la grande
démocratie française a fait un grand nombre de victimes en libye en
2011, sans qu'aucune attaque n'ait été lancée par la Libye contre la
france.
Alain
Desmond
Le #26418512
anyone. a écrit :
Le 25/11/2016 à 14:44, Desmond a écrit :
Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son
mari en 2012, a vu jeudi 24 novembre sa demande de libération
conditionnelle une nouvelle fois rejetée.
C'est une bonne nouvelle concernant le fonctionnement de la Justice en
France.
Hors cas de légitime défense, on ne tue pas impunément.


L'extension de la notion de légitime défense était justement justement
l'objectif de la médiatisation de ce procès par les féministes françaises à
l'image de ce qu'ont réussi les féministes canadiennes.
http://tinyurl.com/h6vnfay
http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion3605.asp


Proposition d'article de loi:
"Art. 122-1-1. – N’est pas pénalement responsable la personne qui était
atteinte, au moment des faits, en raison de la répétition de violences
conjugales, d’un trouble psychique ou neuropsychique, ayant altéré son
discernement ou entravé le contrôle de ses actes."
Ce n'est pas une extension de la notion de légitime défense, c'est la
dépénalisation d'une situation qui constitue habituellement une
circonstance atténuante.
Pourquoi seulement lors de la "répétition de violences conjugales" ? Et
comment la preuve de cette répétition est-elle établie ? Dans le cas de
Jacqueline Sauvage, il n'y a aucune preuve et aucun risque que la
victime rende compte de son point de vue.
Il n'y a aucun vide juridique puisque depuis longtemps, la loi tient
compte de la notion de discernement lors de l'acte criminel et appelle
à tenir compte de circonstances atténuantes.
Pour se donner le beau rôle, les parlementaires qui proposent cette loi
surfent simplement sur une affaire ultra-médiatisée, à une époque où le
féminisme névrotique est à la mode.
Bravo à la Justice de ne pas s'être laisser prendre.
Cl.Massé
Le #26418534
"anyone." a écrit dans le message de groupe de discussion :
5838568d$0$3307$
L'extension de la notion de légitime défense pour les femmes supposées
battues était justement l'objectif de la médiatisation de ce procès par
les féministes françaises à l'image de ce qu'ont réussi les féministes
canadiennes.

Ben oui mais chez les féministes canadiennes, les femmes en cause étaient
réellement battues. Assassiner son mari de trois coups de fusil dans le dos
sans autre raison que de changer la loi, c'est un peu abuser non?
Il y a plutôt un problème de pousse au crime dans les pays francophones, sur
la base d'une pseudo-science qui répond au barbarisme de victimologie.
C'est la même stratégie de la terreur que pour les musulmans, qui n'ont même
plus le droit d'appeler leur fils Mohamed sans être menacé de déchéance de
la nationalité, et même que pour les hétéros. Il faut que l'homme ait sans
arrêt peur, qu'il se sente traqué, qu'il n'ose plus faire le moindre geste
de crainte d'être accusé de n'importe quoi.
-- ~~~~ clmasse chez libre Hexagone
Liberté, Egalité, Sale assisté.
Cl.Massé
Le #26418533
"Desmond" a écrit dans le message de groupe de discussion :
o1a7tf$7tu$
Proposition d'article de loi:
"Art. 122-1-1. – N’est pas pénalement responsable la personne qui était
atteinte, au moment des faits, en raison de la répétition de violences
conjugales, d’un trouble psychique ou neuropsychique, ayant altéré son
discernement ou entravé le contrôle de ses actes."
Ce n'est pas une extension de la notion de légitime défense, c'est la
dépénalisation d'une situation qui constitue habituellement une
circonstance atténuante.
Pourquoi seulement lors de la "répétition de violences conjugales" ? Et
comment la preuve de cette répétition est-elle établie ? Dans le cas de
Jacqueline Sauvage, il n'y a aucune preuve et aucun risque que la victime
rende compte de son point de vue.
Il n'y a aucun vide juridique puisque depuis longtemps, la loi tient
compte de la notion de discernement lors de l'acte criminel et appelle à
tenir compte de circonstances atténuantes.
Pour se donner le beau rôle, les parlementaires qui proposent cette loi
surfent simplement sur une affaire ultra-médiatisée, à une époque où le
féminisme névrotique est à la mode.
Bravo à la Justice de ne pas s'être laisser prendre.

La différence, c'est que maintenant ils se basent sur une pseudo-science.
Les violences répétée ne provoquent pas en elles-mêmes un manque de
discernement, ni même de trouble psychique, ou alors c'est sous l'emprise
d'une forte émotion qui n'intervient qu'au moment d'une violence, répétée ou
non. L'explication que nous a pondu Sauvage est psychologiquement une
grosse galéjade, elle n'a pu le lire que dans un de ces magazines féminins à
la con qui ont été investis par les charlatans de tous poils. Aucun expert
psychiatrique sérieux n'a confirmé le fameux trouble psychique fantasmé,
sauf peut-être une légère mythomanie et le refus de toute autorité, aggravé
par une sévère misandrie.
-- ~~~~ clmasse chez libre Hexagone
Liberté, Egalité, Sale assisté.
jr
Le #26418540
Desmond
anyone. a écrit :
Le 25/11/2016 à 14:44, Desmond a écrit :
Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son
mari en 2012, a vu jeudi 24 novembre sa demande de libération
conditionnelle une nouvelle fois rejetée.
C'est une bonne nouvelle concernant le fonctionnement de la Justice en
France.
Hors cas de légitime défense, on ne tue pas impunément.


L'extension de la notion de légitime défense était justement justement
l'objectif de la médiatisation de ce procès par les féministes françaises à
l'image de ce qu'ont réussi les féministes canadiennes.
http://tinyurl.com/h6vnfay
http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion3605.asp

Proposition d'article de loi:
"Art. 122-1-1. – N’est pas pénalement responsable la personne qui était
atteinte, au moment des faits, en raison de la répétition de violences
conjugales, d’un trouble psychique ou neuropsychique, ayant altéré son
discernement ou entravé le contrôle de ses actes."
Ce n'est pas une extension de la notion de légitime défense, c'est la
dépénalisation d'une situation qui constitue habituellement une
circonstance atténuante.
Pourquoi seulement lors de la "répétition de violences conjugales" ? Et
comment la preuve de cette répétition est-elle établie ? Dans le cas de
Jacqueline Sauvage, il n'y a aucune preuve et aucun risque que la
victime rende compte de son point de vue.
Il n'y a aucun vide juridique puisque depuis longtemps, la loi tient
compte de la notion de discernement lors de l'acte criminel et appelle
à tenir compte de circonstances atténuantes.
Pour se donner le beau rôle, les parlementaires qui proposent cette loi
surfent simplement sur une affaire ultra-médiatisée, à une époque où le
féminisme névrotique est à la mode.
Bravo à la Justice de ne pas s'être laisser prendre.

Que d'infinitifs.

--
https://vimeo.com/71196521
jr
Sylvain
Le #26418546
"Desmond" a écrit dans le message de groupe de discussion :
o1a7tf$7tu$
Proposition d'article de loi:
"Art. 122-1-1. – N’est pas pénalement responsable la personne qui était
atteinte, au moment des faits, en raison de la répétition de violences
conjugales, d’un trouble psychique ou neuropsychique, ayant altéré son
discernement ou entravé le contrôle de ses actes."


Un peut grave ce texte
Déja ce n'est même pas précisé s'il s'agit de violence conjugale physique ou
violence conjugale psychologique
Parce que si c'était violence conjugale psychologie, dans ce cas j'aurai pu
tuer au moins deux de mes ex sans être pénalement responsable
- s'amuser avec sa voiture d'essayé de m'écrasé parce que je revenais des
courses a pied avec un petit sac et que ça faisait PD
- exiger de faire l'amour toute suite or que l'on était a table
- Télephoner 80 fois par jours en laissant que des insultes sur les
répondeurs du fixe et du mobile
- Prendre de la nourriture dans les assiettes et la jeter dans la pièce, (
elle c'est retrouvée instantanément dehors dans le jardin en sous-tif)
-...................
Jamais vu un mec faire ça
La violence conjugale c'est plutôt la femme qui l'a fait. Juste une stat
dans les couples de lesbiennes la violence conjugale est plus importante que
dans les couples hétéro alors c'est toujours l'homme qui fait la violence
conjugale ?
Santa Claup
Le #26418566
jr a écrit :
Desmond
"Art. 122-1-1. – N’est pas pénalement responsable la personne qui était
atteinte, au moment des faits, en raison de la répétition de violences
conjugales, d’un trouble psychique ou neuropsychique, ayant altéré son
discernement ou entravé le contrôle de ses actes."
Ce n'est pas une extension de la notion de légitime défense, c'est la
dépénalisation d'une situation qui constitue habituellement une
circonstance atténuante.
Pourquoi seulement lors de la "répétition de violences conjugales" ? Et
comment la preuve de cette répétition est-elle établie ? Dans le cas de
Jacqueline Sauvage, il n'y a aucune preuve et aucun risque que la
victime rende compte de son point de vue.
Il n'y a aucun vide juridique puisque depuis longtemps, la loi tient
compte de la notion de discernement lors de l'acte criminel et appelle
à tenir compte de circonstances atténuantes.
Pour se donner le beau rôle, les parlementaires qui proposent cette loi
surfent simplement sur une affaire ultra-médiatisée, à une époque où le
féminisme névrotique est à la mode.
Bravo à la Justice de ne pas s'être laisser prendre.

Que d'infinitifs.

Qui confirment que la dernière phrase est bien de lui, si besoin était.
anyone.
Le #26418596
Le 26/11/2016 à 01:55, Cl.Massé a écrit :
"anyone." a écrit dans le message de groupe de discussion :
5838568d$0$3307$
L'extension de la notion de légitime défense pour les femmes supposées
battues était justement l'objectif de la médiatisation de ce procès
par les féministes françaises à l'image de ce qu'ont réussi les
féministes canadiennes.

Ben oui mais chez les féministes canadiennes, les femmes en cause
étaient réellement battues.

heu... Ça semble être comme en France: les 2/3 des plaintes pour
violence conjugales sont classées sans suite.
Assassiner son mari de trois coups de fusil
dans le dos sans autre raison que de changer la loi, c'est un peu abuser
non?

Vous avez la liste des députés qui ont soutenu ce texte. Il faudra avoir
un peu me mémoire.
A notre que le texte n'est pas passé pour des raisons juridiques, mais
pour des raisons morales.
Il y a plutôt un problème de pousse au crime dans les pays francophones,

Il me semble qu'aux USA ce n'est pas mieux...
sur la base d'une pseudo-science qui répond au barbarisme de
victimologie. C'est la même stratégie de la terreur que pour les
musulmans, qui n'ont même plus le droit d'appeler leur fils Mohamed sans
être menacé de déchéance de la nationalité, et même que pour les
hétéros. Il faut que l'homme ait sans arrêt peur, qu'il se sente
traqué, qu'il n'ose plus faire le moindre geste de crainte d'être accusé
de n'importe quoi.
-- ~~~~ clmasse chez libre Hexagone
Liberté, Egalité, Sale assisté.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme