« Je réclame une commission d’enquête parlementaire sur l’affaire des fr égates »

Le
o.gehaime
http://www.bakchich.info/article4713.html

COUPS DE BOULE
« Je réclame une commission d’enquête parlementaire sur l’affaire des
frégates »
mardi 12 août par Gérard Bapt, député PS


La décision de Jean-Claude Marin, procureur de la République de Paris,
de réclamer un non-lieu général dans l’affaire des frégates de Taiwan,
survenue comme par hasard en période de vacances de nos concitoyens, est
scandaleuse à plus d’un titre. Le silence assourdissant des politiques
l’est tout autant.

Cette affaire qui a jeté l’opprobre sur la classe politique et
industrielle de notre pays pendant tant d’années méritait une autre fin.
Qui s’étonnera désormais que le citoyen juge la classe dirigeante
complice de tous les coups tordus puisque l’enquête est close sans que
des coupables aient été désignés ? Résoudre cette affaire était une
chance de réconcilier la justice avec les citoyens. Le non lieu général
réclamé par Jean-Claude Marin ruine pour longtemps le sentiment d’équité
devant la justice et donne le signe aux corrupteurs et aux corrompus de
tous poils qu’ils peuvent continuer, y aller de plus belle, puisque la
corruption est impunie dans ce pays. Il eut été pourtant aisé de
résoudre cette affaire. Il aurait suffit de répondre à la demande des
juges Xavière Siméoni et Renaud Van Ruymbeke de lever le secret défense.
Le secret défense levé, les juges auraient pu remonter la piste des
rétrocommissionnaires.

Mais cela leur a été refusé par tous les ministres des Finances
successifs. J’imagine, aujourd’hui, la déception de ces juges qui ont
tant bataillé pour instruire cette affaire. Que peut faire aujourd’hui
le juge Renaud Van Ruymbeke, alors que l’affaire des frégates lui a valu
d’être pris dans la tourmente de l’affaire Clearstream ? Sur ce dossier
sa position ne lui permet pas de s’opposer au parquet. A l’aune de ce
réquisitoire, il est légitime de se demander si le juge dont personne ne
doute de l’intégrité n’était pas la cible réelle de l’affaire
Clearstream. Il faisait peur aux bénéficiaires des rétrocommissions,
chacun connaissait son acharnement pour résoudre ce genre d’affaire. La
première victime de l’affaire Clearstream est sans aucun doute le juge
Van Ruymbeke et sa probité.

La France se retrouve donc dans une position tragique : le contribuable
français va devoir rembourser les quelques 500 millions d’euros de
rétrocommissions versées de manière illicite et réclamées aujourd’hui
par Taïwan. Les bénéficiaires des rétrocommissions pourront continuer,
eux à dépenser sans crainte un argent si mal gagné. Privatisations des
profits et nationalisations des pertes est sans conteste un mot d’ordre
bien admis sous l’ère Sarkozy : avec l’arbitrage Tapie c’est un milliard
d’euros qui passe à la charge du contribuable. Comme pour l’affaire
Tapie, l’affaire des frégates mérite une commission d’enquête
parlementaire que je réclamerai dès l’ouverture de la session parlementaire.


--
"Spéculation et crises : ça suffit !" Déjà plus de 30 000 signatures.
http://www.stop-finance.org
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
kyrios
Le #16535861
"o.gehaime" 48a29478$0$12019$

http://www.bakchich.info/article4713.html

COUPS DE BOULE
« Je réclame une commission d’enquête parlementaire sur l’affaire des
frégates »
mardi 12 août par Gérard Bapt, député PS


La décision de Jean-Claude Marin, procureur de la République de Paris, de
réclamer un non-lieu général dans l’affaire des frégates de Taiwan,
survenue comme par hasard en période de vacances de nos concitoyens, est
scandaleuse à plus d’un titre. Le silence assourdissant des politiques l’est
tout autant.

Cette affaire qui a jeté l’opprobre sur la classe politique et
industrielle de notre pays pendant tant d’années méritait une autre fin.
Qui s’étonnera désormais que le citoyen juge la classe dirigeante complice
de tous les coups tordus puisque l’enquête est close sans que des
coupables aient été désignés ? Résoudre cette affaire était une chance de
réconcilier la justice avec les citoyens. Le non lieu général réclamé par
Jean-Claude Marin ruine pour longtemps le sentiment d’équité devant la
justice et donne le signe aux corrupteurs et aux corrompus de tous poils
qu’ils peuvent continuer, y aller de plus belle, puisque la corruption est
impunie dans ce pays. Il eut été pourtant aisé de résoudre cette affaire.
Il aurait suffit de répondre à la demande des juges Xavière Siméoni et
Renaud Van Ruymbeke de lever le secret défense. Le secret défense levé,
les juges auraient pu remonter la piste des rétrocommissionnaires.

Mais cela leur a été refusé par tous les ministres des Finances
successifs. J’imagine, aujourd’hui, la déception de ces juges qui ont tant
bataillé pour instruire cette affaire. Que peut faire aujourd’hui le juge
Renaud Van Ruymbeke, alors que l’affaire des frégates lui a valu d’être
pris dans la tourmente de l’affaire Clearstream ? Sur ce dossier sa
position ne lui permet pas de s’opposer au parquet. A l’aune de ce
réquisitoire, il est légitime de se demander si le juge dont personne ne
doute de l’intégrité n’était pas la cible réelle de l’affaire Clearstream.
Il faisait peur aux bénéficiaires des rétrocommissions, chacun connaissait
son acharnement pour résoudre ce genre d’affaire. La première victime de l’affaire
Clearstream est sans aucun doute le juge Van Ruymbeke et sa probité.

La France se retrouve donc dans une position tragique : le contribuable
français va devoir rembourser les quelques 500 millions d’euros de
rétrocommissions versées de manière illicite et réclamées aujourd’hui par
Taïwan. Les bénéficiaires des rétrocommissions pourront continuer, eux à
dépenser sans crainte un argent si mal gagné. Privatisations des profits
et nationalisations des pertes est sans conteste un mot d’ordre bien admis
sous l’ère Sarkozy : avec l’arbitrage Tapie c’est un milliard d’euros qui
passe à la charge du contribuable. Comme pour l’affaire Tapie, l’affaire
des frégates mérite une commission d’enquête parlementaire que je
réclamerai dès l’ouverture de la session parlementaire.


--
"Spéculation et crises : ça suffit !" Déjà plus de 30 000 signatures.
http://www.stop-finance.org


_______________________________________________________
Je ne voudrais pas vous paraître pessimiste, mais Gérard Bapt s' attaque à
un trop gros morceau pour lui. Un grand mafieux comme Pas......qua (Je ne
mets que les initiales, par prudence) est passé au travers de tout et finira
dans son lit, blanc comme neige, ainsi que sa famille et ses proches.
Personne n'est dupe, mais son pouvoir dépasse celui de la justice Française.
Van Rutmbeke et denis robert entre autres ne le savent que trop et vont
payer toute leur vie leur désir de vérité.
Mais ce n'est peut-être qu'un effet d'annonce. En grattant un peu, le PS
n'est pas en dehors du coup.(supposition personnelle).
On va donc payer et fermer notre gu...eule.
Comme d'hab.
--
K
Publicité
Poster une réponse
Anonyme