Les ambassadeurs

Le
albert
Bonjour,

"Les ambassadeurs", ou crânement ils fixèrent leurs ombres :
http://photo.imaginaire.free.fr/panoramique/ambassadeurs/ambassadeurs.html

Amitiés,
albert
-
Photographies imaginaires
http://photo.imaginaire.free.fr
-
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Ghost-Rider
Le #24292891
Le 02/03/2012 18:35, albert a écrit :

"Les ambassadeurs", ou crânement ils fixèrent leurs ombres :
http://photo.imaginaire.free.fr/panoramique/ambassadeurs/ambassadeurs.html



C'est le monde des deux soleils.

--
Ghost Rider
albert
Le #24293131
"Ghost-Rider"
C'est le monde des deux soleils.



Dans une image panoramique à 360° il arrive que les deux soleils se
rejoignent. C'est un peu hermétique. Ne préfères-tu pas admirer le cadavre
de mes ambassadeurs ? Qu'est-ce qu'une ambassade ? Quand une porte est
ouverte aux deux extrémités. Chez Hans Holbein, il n'y en avait qu'une
seule.
filh
Le #24294701
albert
Bonjour,

"Les ambassadeurs", ou crânement ils fixèrent leurs ombres :
http://photo.imaginaire.free.fr/panoramique/ambassadeurs/ambassadeurs.html



De face et de profil, ils présentent bien...

FiLH

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
albert
Le #24297031
"FiLH"
De face et de profil, ils présentent bien...



De face de profil, cela me fait irrésistiblement penser à la
cartographie du crime par Alphonse Bertillon. Une aventure dans la
photographie que l'on n'a pas encore fini d'analyser et de fantasmer. Dans
le siècle de la fée electricité, beaucoup de vérités se dirent et se
défèrent maintenant.

Pourquoi s'arrêter aux visages alors que l'espace est si grand, et le
temps aussi. Personne n'a remarqué que pour prendre une photo de face, et de
profil, il faut un certain temps. Voilà une dimension importante que l'on ne
doit pas sous estimer. Le temps dans la photographie est essentiel. Il est
imaginaire forcément, puisque la photographie est toujours réduite à deux
dimensions, et qu'elle n'a qu'une valeur d'illusion, ceci grâce au temps.
Les amateurs de flou, de bougé comme de l'instant décisif en savent quelque
chose.

Le temps est un concept abstrait, pour un photographe il n'a pas lieu
d'être, au sens propre. C'est une dimension qui se fige dans chaque déclic
d'une photographie. N'avez-vous jamais eu cette satisfaction d'arrêter le
temps quand vous appuyez sur le déclencheur ? Moi si.

Mais cette satisfaction est bien pauvre, c'est celle du dompteur qui
domine mais ne possède pas. Arrêter le temps dans une photographie est à la
portée de tous ; créer à l'intérieur de la photographie un temps imaginaire
est plus difficile.

Amitiés,
albert
Den
Le #24297331
albert wrote:


"Les ambassadeurs", ou crânement ils fixèrent leurs ombres :
http://photo.imaginaire.free.fr/panoramique/ambassadeurs/ambassadeurs.html



Bonjour,
C'est une nouvelle version de "Mais où est Spot?" (ou charlie, je ne
sais plus) ?

Cordialement,
Den
albert
Le #24297751
"Den"
C'est une nouvelle version de "Mais où est Spot?" (ou charlie, je ne sais
plus) ?



Exporté dans une scène des Men in Black, ca se pourrait,... Comme
référence on peut trouver mieux, mais pourquoi pas. Je préfère rester sur la
première. Au cas où, et pour ceux que cela n'a pas intéressé, il s'agit du
tableau de Hans Holbein, les Ambassadeurs, qui contient la plus célèbre
anamorphose de l'histoire de la peinture. J'ai trouvé amusant de faire la
comparaison avec un des deux objets de la photographie qui est comme tout le
monde l'a vu le profil de l'autre. Mais d'un simple profil il semble prendre
l'apparence d'une anamorphose, ce n'est qu'une illusion, pourtant dans la
réalité à la prise de vue j'y ai presque cru, un objet vraiment fascinant,
une sculpture magnifique que, comme Giuseppe Penone j'aurais bien aimé
couler dans le bronze.

Amitiés,
albert
----------------------------------------------------------
Photographies imaginaires
http://photo.imaginaire.free.fr
----------------------------------------------------------
filh
Le #24302151
albert
"FiLH"
> De face et de profil, ils présentent bien...

De face de profil, cela me fait irrésistiblement penser à la
cartographie du crime par Alphonse Bertillon. Une aventure dans la
photographie que l'on n'a pas encore fini d'analyser et de fantasmer. Dans
le siècle de la fée electricité, beaucoup de vérités se dirent et se
défèrent maintenant.

Pourquoi s'arrêter aux visages alors que l'espace est si grand, et le
temps aussi. Personne n'a remarqué que pour prendre une photo de face, et de
profil, il faut un certain temps. Voilà une dimension importante que l'on ne
doit pas sous estimer. Le temps dans la photographie est essentiel. Il est
imaginaire forcément, puisque la photographie est toujours réduite à deux
dimensions, et qu'elle n'a qu'une valeur d'illusion, ceci grâce au temps.
Les amateurs de flou, de bougé comme de l'instant décisif en savent quelque
chose.

Le temps est un concept abstrait, pour un photographe il n'a pas lieu
d'être, au sens propre. C'est une dimension qui se fige dans chaque déclic
d'une photographie. N'avez-vous jamais eu cette satisfaction d'arrêter le
temps quand vous appuyez sur le déclencheur ? Moi si.

Mais cette satisfaction est bien pauvre, c'est celle du dompteur qui
domine mais ne possède pas. Arrêter le temps dans une photographie est à la
portée de tous ; créer à l'intérieur de la photographie un temps imaginaire
est plus difficile.



On transforme le temps en espace.

FiLH

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
albert
Le #24302651
"FiLH"
On transforme le temps en espace.



Très beau raccourci. C'est exactement le résultat. Dans l'éprouvette du
photographe imaginaire se produit une précipitation du temps. J'admire les
couleurs du bleu de méthylène au rouge arc-en-ciel que donne le temps dans
l'espace ainsi résolu. Sans rire, c'est une définition parfaite que tu me
donnes là.

Amitiés,
albert
----------------------------------------------------------
Photographies imaginaires
http://photo.imaginaire.free.fr
----------------------------------------------------------
Octave
Le #24303681
Le 02/03/2012 18:35, albert a écrit :
Bonjour,

"Les ambassadeurs", ou crânement ils fixèrent leurs ombres :
http://photo.imaginaire.free.fr/panoramique/ambassadeurs/ambassadeurs.html




On dirait un paysage avec un gros coup de flash sur les racines, et un
écrasement du ciel et des branchages, en haut.

Je me demande si ce que disait, je ne sais plus quel intervenant, de tes
travaux, n'est pas réel. C'est-à-dire que tu t'enlises dans tes forêts,
et surtout dans tes montages. Tu y vois quelque chose qui n'existe pas
pour les autres. Tes jeux d'ombres sont parfois trop subtils pour être
vraiment marquants, ou parfois trop visibles comme sur ces racines.
Tu me sembles coincé, là. Alors, s'il y vraiment quelque chose à
montrer, montre-le, et s'il n'y a rien, fais autre chose.
Je sais que tu as des moyens entre les mains.


--
www.octav.fr
albert
Le #24303791
"Octave"
Tu me sembles coincé, là. Alors, s'il y vraiment quelque chose à montrer,
montre-le, et s'il n'y a rien, fais autre chose.
Je sais que tu as des moyens entre les mains.




Bonjour Octave,

C'est étrange le regard porté sur les autres. Quand on ne s'est jamais
senti aussi bien qu'aujourd'hui, on vous dit que vous êtes coincé. Cela me
laisse songeur. Une photographie pour correspondre doit-elle transmettre
absolument les angoisses de son créateur ?

Amitiés,
albert
Publicité
Poster une réponse
Anonyme