méthodes de sondage

Le
Abc
Mon numéro de fixe est sur liste rouge depuis de nombreuses années, et il a
été "doublé" par le numéro de ma box lorsque j'ai demandé le dégroupage
total car je souhaitais conserver mon numéro FT. Ce qui fait que j'ignore
lequel des deux a été appelé.

En décembre dernier, la sofres m'a téléphoné plusieurs jours de suite pour
un sondage. J'ai eu beau leur dire que j'étais en liste rouge et que par
conséquent mon numéro leur était interdit, ils ont refusé ma plainte et
décrété avec arrogance qu'ils avaient le droit de m'appeler quand même
(effectivement il est indiqué sur leur site qu'ils composent des numéros
aléatoirement). Ils estiment donc que les gens sont à leur disposition et
que ça justifie leurs méthodes.

Malgré que des la première fois je leur ai dit d'aller se faire voir
ailleurs (ce qui traduit en français signifie: "je souhaite exercer mes
droits à refuser de répondre" qui aurait entrainer l'arrêt des appels), ils
ont rappelé plusieurs jours de suite, y compris le soir et le samedi. Il se
trouve que je n'étais pas là pour répondre.

Si je n'avais pas pu bloquer leur numéro d'appel sur le site de ma box,
j'aurais fini par porter plainte pour harcèlement.

J'aurais voulu déjà porter plainte auprès de la CNIL mais outre que leurs
méthodes de contact sont lourdes, ils ne sont pas très coopératifs: ils
m'auraient certainement répondu que puisque j'avais bloqué le numéro il n'y
avait rien de plus à faire.

J'ai écris à la sofres qui a accusé réception du message mais n'a jamais
condescendu à me répondre.

Il n'y a plus de motif de porter plainte tout court puisque les appels ont
cessé, même si ça vient de moi et pas d'eux. Mais je voudrais écrire à un
ministère. Mais je ne vois pas lequel pourrait être le plus concerné. D'où
ma question ici ?
Questions / Réponses high-tech
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
none
Le #26343910
Abc avait prétendu :
Mon numéro de fixe est sur liste rouge depuis de nombreuses années, et il a
été "doublé" par le numéro de ma box lorsque j'ai demandé le dégroupage total
car je souhaitais conserver mon numéro FT. Ce qui fait que j'ignore lequel
des deux a été appelé.

En décembre dernier, la sofres m'a téléphoné plusieurs jours de suite pour un
sondage. J'ai eu beau leur dire que j'étais en liste rouge et que par
conséquent mon numéro leur était interdit, ils ont refusé ma plainte et
décrété avec arrogance qu'ils avaient le droit de m'appeler quand même
(effectivement il est indiqué sur leur site qu'ils composent des numéros
aléatoirement). Ils estiment donc que les gens sont à leur disposition et que
ça justifie leurs méthodes.

Malgré que des la première fois je leur ai dit d'aller se faire voir ailleurs
(ce qui traduit en français signifie: "je souhaite exercer mes droits à
refuser de répondre" qui aurait entrainer l'arrêt des appels), ils ont
rappelé plusieurs jours de suite, y compris le soir et le samedi. Il se
trouve que je n'étais pas là pour répondre.

Si je n'avais pas pu bloquer leur numéro d'appel sur le site de ma box,
j'aurais fini par porter plainte pour harcèlement.

J'aurais voulu déjà porter plainte auprès de la CNIL mais outre que leurs
méthodes de contact sont lourdes, ils ne sont pas très coopératifs: ils
m'auraient certainement répondu que puisque j'avais bloqué le numéro il n'y
avait rien de plus à faire.

J'ai écris à la sofres qui a accusé réception du message mais n'a jamais
condescendu à me répondre.

Il n'y a plus de motif de porter plainte tout court puisque les appels ont
cessé, même si ça vient de moi et pas d'eux. Mais je voudrais écrire à un
ministère. Mais je ne vois pas lequel pourrait être le plus concerné. D'où ma
question ici ?



Faites leur perdre leur temps. Ca défoule
Publicité
Poster une réponse
Anonyme