Mon ex-copine tape l'incruste / je me sens menace

Le
Un Homme
Bonjour

Je suis un homme, francais, je vis en France.
Je vivais avec une femme, nationalite etrangere (ni marie, ni pacse, loyer a
mon nom seul, paye par moi seul).
Certains de ses comportements me paraissant inacceptables, nous avons rompu
a l'occasion d'un de ses retours dans sa famille.

Elle est revenue et a sollicite mon hospitalite temporaire, ce que j'ai eu
l'imprudence d'accepter.

Par ailleurs, j'ai eu connaissance du climat de violence dans sa famille,
ses deux parents s'accusant mutuellement de violence conjugale. Aucune
condamnation criminelle, mais le jugement de divorce attribuait logement et
enfants au pere, avec interdiction a la mere d'approcher.

Je souhaite recuperer la pleine jouissance de mon domicile, mais elle ne
fait aucune demarche en vue de se trouver un logis.
Etant donne ses antecedents (elle avec moi, et dans sa famille), je crains
le pire, y compris et surtout les accusations les plus mensongeres.
-Je crois savoir que, dans l'etat du droit francais, si elle se plaignait de
"violence conjugale", il y aurait une presomption antimasculine qui
amenerait la police a me jeter dehors preventivement pour la "proteger".
-J'ose a peine penser aux consequences d'une accusation de viol.
-

Que faire?
Merci de vos conseils etayes.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
edgar
Le #23071411
"Un Homme" a écrit dans le message de groupe de discussion :
ii69rl$77a$

Bonjour

Je suis un homme, francais, je vis en France.
Je vivais avec une femme, nationalite etrangere (ni marie, ni pacse, loyer a
mon nom seul, paye par moi seul).
Certains de ses comportements me paraissant inacceptables, nous avons rompu
a l'occasion d'un de ses retours dans sa famille.

Elle est revenue et a sollicite mon hospitalite temporaire, ce que j'ai eu
l'imprudence d'accepter.

Par ailleurs, j'ai eu connaissance du climat de violence dans sa famille,
ses deux parents s'accusant mutuellement de violence conjugale. Aucune
condamnation criminelle, mais le jugement de divorce attribuait logement et
enfants au pere, avec interdiction a la mere d'approcher.

Je souhaite recuperer la pleine jouissance de mon domicile, mais elle ne
fait aucune demarche en vue de se trouver un logis.
Etant donne ses antecedents (elle avec moi, et dans sa famille), je crains
le pire, y compris et surtout les accusations les plus mensongeres.
-Je crois savoir que, dans l'etat du droit francais, si elle se plaignait de
"violence conjugale", il y aurait une presomption antimasculine qui
amenerait la police a me jeter dehors preventivement pour la "proteger".
-J'ose a peine penser aux consequences d'une accusation de viol.
-...

Que faire?
Merci de vos conseils etayes.

j'ai un peu de peine a croire que la police "vous jetterai dehors" sans
faire une enquete de voisinage
de toute maniere la police ne peut pas vous jeter dehors de votre domicile
dont vous etes SEUL locataire en titre, mais peut tout au plus vous mettre
en garde a vue pendant 2 jours et demander au procureur si elle doit vous
deferer ou vous liberer
Thalie
Le #23071731
Un Homme avait écrit le 31/01/11 :

Que faire?



invitez une autre personne à vivre avec vous = témoin.
emballez ses affaires, déposez-les chez des amis, faites changer vos
serrures !
Serge Paccalin
Le #23071891
Le Mon, 31 Jan 2011 16:15:25 +0100, edgar a écrit
(dans  dans fr.misc.droit,fr.misc.droit.famille) :

j'ai un peu de peine a croire que



… que ce cas soit réel.

Ne vous fatiguez pas à lui répondre, c'est un troll. Il y a quelques
heures à peine, il postait sous le pseudo de « xxx ».

--
___________
_/ _ _`_`_`_) Serge PACCALIN -- sp ad mailclub.net
_L_) Il faut donc que les hommes commencent
-'(__) par n'être pas fanatiques pour mériter
_/___(_) la tolérance. -- Voltaire, 1763
Un Homme
Le #23128941
"Thalie" ii6od5$hb4$
| Un Homme avait écrit le 31/01/11 :
|
| > Que faire?

Bonjour

| invitez une autre personne à vivre avec vous = témoin.
| emballez ses affaires, déposez-les chez des amis, faites changer vos
| serrures !

L'autre (non-)solution proposee ne me convenant pas,
j'ai fini par me rallier a un clone de votre proposition.
(solution que j'avais envisagee avant, mais je souhaitais une action moins
"brutale" envers une personne qui m'avait somme toute ete *tres* proche*)

-empaqueter les cliques et les claques de mon ex dans ses malles
-changer les serrures
-confier les malles au regisseur/concierge de mon immeuble,
en l'avertissant des problemes potentiels a venir
-mettre un mot sur ma porte, informant mon ex du chagement de serrure et de
la localisation de ses effets
-partir en WE prolonge chez des amis.

J'aurais eu tort de me laisser aveugler par une chevalerie desuete puisque
-en empaquetant ses effets, j'ai retrouve des formulaires vierges de *mon*
chequier, que je ne lui avais certes pas confies.
-a mon retour, j'ai retrouve ma porte attaquee a coups de hache d'incendie
(le blindage a l'interieur a tenu)
(j'ai recupere aupres du regisseur la cassette de videosurveillance
montrant mon ex en pleine action)

Je m'en tire avec le cout d'une serrure et d'une porte, mais avec la
cassette je pense pouvoir attendre la suite des evenements d'un coeur
serein.
Un Homme
Le #23129101
"edgar" 4d46d20a$0$26189$

Bonjour

| j'ai un peu de peine a croire que la police "vous jetterai dehors" sans
| faire une enquete de voisinage
| de toute maniere la police ne peut pas vous jeter dehors de votre domicile
| dont vous etes SEUL locataire en titre, mais peut tout au plus vous mettre
| en garde a vue pendant 2 jours et demander au procureur si elle doit vous
| deferer ou vous liberer

La perspective de rester 48 heures en GAV a certes des aspects
ethnographiques fascinants, mais celle de laisser mon appartement sans
surveillance, en proie au vandalisme et au pillage: beaucoup moins. Et qui
serait responsable des degats? Qui paierait *reellement* les degats? Une ex
probablement a l'etranger ou introuvable? La police?

PS1
J'ai retrouve le texte de loi pertinent:
http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022469687&cidTexte=LEGITEXT000006070721&dateTexte 110215&fastPos=5&
fastReqId55565281&oldAction=rechCodeArticle

Il y a bien possibilite d'eviction de *mon* logement.
Le fait que j'en sois *seul* locataire n'a apparemment aucune espece
d'importance.

PS2
Mes alarmes avaient ete declenchees par la decouverte, sur l'historique de
l'ordinateur a mon domicile, de pages WWW (consultees par mon ex, donc) ou
il etait fait mention de "la saisie immediate du procureur par la police" et
de "mesures temporaires d'eloignement".
Jointe aux antecedents, familiaux et personnels, de mon ex, il y avait de
quoi avoir peur.
La suite des evenements (cf post tandem: hache d'incendie et cheques voles)
justifie bien mes apprehensions.

Si un policier veut se faire a bon compte (a mes depens) une reputation de
"lave plus blanc que blanc", impressionner la fliquette en binome, ou se
laver de soupcons que lui-meme torgnole sa femme plus que de raison ...
j'etais bon pour les galeres.
Avec un procureur (pour les memes raisons) ou une "procureuse" qui veut
venger sa trisaieule violee par les Huns... j'etais bon pour les galeres.

CONCLUSION
Tout est bien qui finit bien, mais le boulet est passe pres et je retiendrai
bien ma lecon.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme