Obturateur APN ?

Le
Paul.Dem.
Bonjour,

Je m'interroge au sujet des systèmes d'obturateur sur les APN numériques

Passons rapidement sur les reflex : il y a pratiquement le même système à
rideau/lamelles que sur les "argentiques".

Par contre sur les APN ordinaires, il semble y en avoir un , mais qui
fonctionne d'une manière curieuse

L'affichage de l'image sur l'écran arrière de l'APN impose que le capteur
soit en permanence illuminé, donc que l'obturateur soit ouvert en
permanence.

J'imagine fort bien que l'appuie sur le déclencheur commande le début de la
prise en compte électrique des photons sur les cellules du capteur.

J'immagine, sans en être sûr, qu'au bout d'un certain temps (dépendant de la
vitesse choisie), un système arrête la prise en compte des photons.
Serait-ce à cet instant que l'obturateur se ferme, pour stopper l'arrivées
des photons et enregistrer l'image ?

Quand j'observe au travers de l'objectif de mon Fuji F100fd, je vois bien
une lamelle qui occulte la lumière et ça correspond bien à l'extintion une
fraction de seconde de l'écran de visualisation.


Quelqu'un peut-il éclairer mon "capteur" ? ;o)

Merci
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Alf92
Le #21115821
"Paul.Dem." 4b62b1b2$0$17491$

Je m'interroge au sujet des systèmes d'obturateur sur les APN
numériques...
(...)
Quand j'observe au travers de l'objectif de mon Fuji F100fd, je vois bien
une lamelle qui occulte la lumière et ça correspond bien à l'extintion une
fraction de seconde de l'écran de visualisation.



sur les compacts : double système d'obturation :
mécanique (diaphragme en iris)
et electronique (au niveau du capteur).

--
Alf92
Dan
Le #21117391
"> sur les compacts : double système d'obturation :
mécanique (diaphragme en iris)
et electronique (au niveau du capteur).



Je m'y intéresse depuis peu.
Il n'y a pas beaucoup d'infos sur la toile, mais ce que je tire de longs
surfs, c'est qu'il y a plusieurs systèmes très proches les uns des autres,
chaque constructeur adaptant à sa façon un équivalent d' "obturateur".
Ce que j'ai compris, c'est que le capteur est en permanence illuminé par la
scène photographiée (pour l'afficher sur l'écran visu de l'APN).
Lors du déclenchement, un premier signal électrique vide les photosites du
capteur, ensuite un temps correspondant à la vitesse d'obturation est
laissé au système pour "gaver" les photosites de photons puis, un signal
électrique de blocage fige électroniquement le capteur pour empêcher
d'autres photons de saturer les photosites pendant la phase de transfert de
l'image électrique dans la mémoire.
C'est durant cette période que l'image sur l'afficheur s'éteint une fraction
de seconde.

Il y a malgré tout un obturateur sur mon appareil (Fuji F100fd), mais
j'ignore son utilité car il semble entrer en action un court moment mais en
fin de prise d'image.
Je suppose qu'il se ferme en même temps que l'arrivée du signal électrique
qui fige le fonctionnement du capteur (?!) pour contribuer à ce que le
capteur ne soit plus illuminé pendnat la lecture de celui-ci...

Pour terminer, le diaphragme (toujours sur mon Fuji) semble assez
rudimentaire et me fait bien penser aux vieux coucous qui avaient un "petit
trou" et un "gros trou", puisque c'est exactement ce dont il s'agit sur mon
appareil. diaph 3.3 en lumière faible et 9 en haute lumière. Tous les
intermédiaires lumineux (à focale constante) se partagent entre ces deux
valeurs, mais avec des vitesse et des ISO différents et adaptés.
(On voit bien le "petit trou" qui se positionne devant la lentille et
regardant l'objectif de face).
Le Fuji F100fd n'est pas un "expert", mais n'est pas non plus un "bas de
gamme", ce qui suppose que beaucoup d'APN sont aussi "rudimentaires" au
niveau de leurs caractéristiques techniques.

PS: je suis preneur de toutes infos.
Jean-Pierre Roche
Le #21118791
Le 03/02/2010 11:24, Dan a écrit :

Pour terminer, le diaphragme (toujours sur mon Fuji) semble assez
rudimentaire et me fait bien penser aux vieux coucous qui avaient un "petit
trou" et un "gros trou", puisque c'est exactement ce dont il s'agit sur mon
appareil. diaph 3.3 en lumière faible et 9 en haute lumière. Tous les
intermédiaires lumineux (à focale constante) se partagent entre ces deux
valeurs, mais avec des vitesse et des ISO différents et adaptés.
(On voit bien le "petit trou" qui se positionne devant la lentille et
regardant l'objectif de face).



Ce n'est pas un diaphragme mais un filtre gris neutre. Ca
réduit la lumière qui atteint le capteur mais la profondeur
de champ reste inchangée...

Le Fuji F100fd n'est pas un "expert", mais n'est pas non plus un "bas de
gamme", ce qui suppose que beaucoup d'APN sont aussi "rudimentaires" au
niveau de leurs caractéristiques techniques.



Il y a diverses formules fonction du niveau de l'appareil,
de la présence ou non d'un véritable diaphragme.

--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
Dan
Le #21119051
>
Ce n'est pas un diaphragme mais un filtre gris neutre. Ca réduit la
lumière qui atteint le capteur mais la profondeur de champ reste
inchangée...




Pas sûr ; quand je regarde avec une loupe dans l'objectif, je vois très bien
une lamelle avec un trou plus petit qui se place devant le trou original.
maintenant, je ne peut pas voir si dans ce trou plus petit il y a un filtre
gris : trop petit le trou :o)
Ce soir, je vais faire un calcul en fonction du rapport estimé des diamètres
pour voir si ça correspond à quelque chose.

Pour la prof. de champ, difficile à voir ; elle est tellement grande sur ces
trucs-là, mais j'ai déjà observé que la définition était meilleure dans un
éclairage limite en passant d'un diaph à un autre...




Le Fuji F100fd n'est pas un "expert", mais n'est pas non plus un "bas de
gamme", ce qui suppose que beaucoup d'APN sont aussi "rudimentaires" au
niveau de leurs caractéristiques techniques.



Il y a diverses formules fonction du niveau de l'appareil, de la présence
ou non d'un véritable diaphragme.





Bien sûr ; j'ai pu vérifier ça en comparant quelques appareils.
Jean-Pierre Roche
Le #21119041
Le 03/02/2010 15:37, Dan a écrit :

Pour la prof. de champ, difficile à voir ; elle est tellement grande sur ces
trucs-là, mais j'ai déjà observé que la définition était meilleure dans un
éclairage limite en passant d'un diaph à un autre...



Il est facile de vérifier la profondeur de champ avec une
prise de vue macro... En principe, la définition ne doit pas
changer par contre la vitesse d'obturation change beaucoup
et donc le bougé éventuel...


--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
Delestaque
Le #21120541
Dan wrote:
Ce n'est pas un diaphragme mais un filtre gris neutre. Ca réduit la
lumière qui atteint le capteur mais la profondeur de champ reste
inchangée...




Pas sûr ; quand je regarde avec une loupe dans l'objectif, je vois
très bien une lamelle avec un trou plus petit qui se place devant le
trou original. maintenant, je ne peut pas voir si dans ce trou plus
petit il y a un filtre gris : trop petit le trou :o)
Ce soir, je vais faire un calcul en fonction du rapport estimé des
diamètres pour voir si ça correspond à quelque chose.

Pour la prof. de champ, difficile à voir ; elle est tellement grande
sur ces trucs-là, mais j'ai déjà observé que la définition était
meilleure dans un éclairage limite en passant d'un diaph à un autre...




Le Fuji F100fd n'est pas un "expert", mais n'est pas non plus un
"bas de gamme", ce qui suppose que beaucoup d'APN sont aussi
"rudimentaires" au niveau de leurs caractéristiques techniques.



Il y a diverses formules fonction du niveau de l'appareil, de la
présence ou non d'un véritable diaphragme.





Bien sûr ; j'ai pu vérifier ça en comparant quelques appareils.



je me demande comment tu vas mesurer le diamètre de ce qui est à
l'interieur, parce que ce n'est pas la pièce percée que tu vois, mais son
image, et son image au travers un système optique, donc pas à sa taille
réelle ?

--
G.Ricco
Dan
Le #21120661
>
je me demande comment tu vas mesurer le diamètre de ce qui est à
l'interieur, parce que ce n'est pas la pièce percée que tu vois, mais son
image, et son image au travers un système optique, donc pas à sa taille
réelle ?



Non, pas mesurer mais avoir une estimation du rapport entre le gros trou et
le petit trou... à vue de nez, on peut estimer si un trou est le double, le
triple d'un autre...ça je peux le faire et de là, connaissant la valeur du
diaf. avec le gros trou, avoir une idée du diaph. avec le petit trou.
bon...c'est tordu mon truc...
Delestaque
Le #21120871
Dan wrote:
je me demande comment tu vas mesurer le diamètre de ce qui est à
l'interieur, parce que ce n'est pas la pièce percée que tu vois,
mais son image, et son image au travers un système optique, donc pas
à sa taille réelle ?



Non, pas mesurer mais avoir une estimation du rapport entre le gros
trou et le petit trou... à vue de nez, on peut estimer si un trou est
le double, le triple d'un autre...ça je peux le faire et de là,
connaissant la valeur du diaf. avec le gros trou, avoir une idée du
diaph. avec le petit trou. bon...c'est tordu mon truc...



C'est pas ça, mais c'est que c'est complétement faux, sinon, tembêtes pas la
vie, fais comme moi :
www.cijoint.fr/cj201002/cij7Y0eZgo.jpg

--
G.Ricco
Publicité
Poster une réponse
Anonyme