PPDA : l'autotressage de lauriers

Le
Marc
PPDA : l'autotressage de lauriers
[] En attendant septembre et la sortie d'un livre racontant son éviction
de TF1, PPDA a indiqué, hier [jeudi] à France Inter, avoir reçu sa lettre de
licenciement. Il s'était rendu il y a deux semaines à son entretien
préalable au licenciement accompagné de Jean-Pierre Pernaut. Eh oui, le
présentateur du 13 heures est délégué CFTC (le syndicat majoritaire de la
Une) du personnel à TF1. S'il ne trouve pas de boulot tout de suite (« De
toute façon, le mercato est fini », sifflent de mauvaises langues au sein de
la Une), PPDA devrait avoir de quoi se retourner. Depuis l'annonce de son
départ, le montant de ses indemnités tournoie sous forme de millions dans
tout Paris, au point que son avocat s'est cru obligé de faire une mise au
point à l'AFP pour démentir. « Il aura 22 mois, pas plus, confie un
journaliste, comme Mougeotte. » C'est un peu plus que l'indemnité
conventionnelle des journalistes : un mois de salaire par année
d'ancienneté. Soit, vu que le salaire de PPDA tourne autour de 100 000
euros, une petite poire pour la soif de 2,2 millions d'euros. « Il dit que
l'argent ne l'intéresse pas », rigole une journaliste de TF1. Non, c'est sa
légende qui intéresse PPDA. Son partenaire presse, Paris Match, en est à sa
quatorzième couverture sur le grand homme. La semaine dernière, interviewé
sur la dune du Pilat par Irène Frain (transbahutée par avion privé, selon le
site Backchich), Poivre s'y livrait à son sport favori : l'autotressage de
lauriers. « Les audiences de mon JT n'ont jamais été aussi bonnes que cette
année ». « De l'avis de tous les observateurs ou statisticiens, je suis au
sommet de ma popularité ». « Comme les animaux que j'aime : les jaguars, les
léopards, les albatros, je n'aime pas être rattrapé par les lassos de toutes
sortes, les conventions, les obligations. » Ahem Et la fausse interview
de Castro ? Et la condamnation pour recel d'abus de biens sociaux dans
l'affaire Botton ? Passons Pour ce qui est de son audience, comme celle
de TF1, elle a baissé : environ 34 % de parts de marché, loin des 38 à 40 %
qui étaient autrefois son ordinaire. C'est là la principale cause de son
éviction par Nonce Paolini, le patron de TF1 depuis un peu plus d'un an et
qui, depuis, s'emploie à déboulonner l'organisation mise en place par ses
prédécesseurs, Patrick Le Lay et Etienne Mougeotte. Un à un, les anciens
barons passent à la trappe, PPDA étant le plus emblématique d'entre eux,
installé au 20 heures de TF1 sitôt la chaîne privatisée en 1987. []
Libération, vendredi 11 juillet
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Pierre Maurette
Le #16332971
Marc, le 15/07/2008 a écrit :

[...]

« Comme les animaux que j'aime : les jaguars, les
léopards, les albatros



Fait une faute de goût, mon pépédé. Soit il a mal lu "L'albatros" et
n'a pas compris que Beaudelaire ne se tresse pas spécialement de
lauriers, et même parle de veulerie:

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !

(un vrai portrait du journaliste depuis quelques semaines)

Soit il a bien compris le poème mais sa conviction que son public est
composé de couillons est aujourd'hui trop forte.


--
Pierre Maurette
trallala
Le #16334001
il va mal finir, le PPDA




"Marc" 487cdbb3$0$874$


PPDA : l'autotressage de lauriers
[...] En attendant septembre et la sortie d'un livre racontant son
éviction de TF1, PPDA a indiqué, hier [jeudi] à France Inter, avoir reçu
sa lettre de licenciement. Il s'était rendu il y a deux semaines à son
entretien préalable au licenciement accompagné de... Jean-Pierre Pernaut.
Eh oui, le présentateur du 13 heures est délégué CFTC (le syndicat
majoritaire de la Une) du personnel à TF1. S'il ne trouve pas de boulot
tout de suite (« De toute façon, le mercato est fini », sifflent de
mauvaises langues au sein de la Une), PPDA devrait avoir de quoi se
retourner. Depuis l'annonce de son départ, le montant de ses indemnités
tournoie sous forme de millions dans tout Paris, au point que son avocat
s'est cru obligé de faire une mise au point à l'AFP pour démentir. « Il
aura 22 mois, pas plus, confie un journaliste, comme Mougeotte. » C'est un
peu plus que l'indemnité conventionnelle des journalistes : un mois de
salaire par année d'ancienneté. Soit, vu que le salaire de PPDA tourne
autour de 100 000 euros, une petite poire pour la soif de 2,2 millions
d'euros. « Il dit que l'argent ne l'intéresse pas », rigole une
journaliste de TF1. Non, c'est sa légende qui intéresse PPDA. Son
partenaire presse, Paris Match, en est à sa quatorzième couverture sur le
grand homme. La semaine dernière, interviewé sur la dune du Pilat par
Irène Frain (transbahutée par avion privé, selon le site Backchich),
Poivre s'y livrait à son sport favori : l'autotressage de lauriers. « Les
audiences de mon JT n'ont jamais été aussi bonnes que cette année ». « De
l'avis de tous les observateurs ou statisticiens, je suis au sommet de ma
popularité ». « Comme les animaux que j'aime : les jaguars, les léopards,
les albatros, je n'aime pas être rattrapé par les lassos de toutes sortes,
les conventions, les obligations. » Ahem... Et la fausse interview de
Castro ? Et la condamnation pour recel d'abus de biens sociaux dans
l'affaire Botton ? Passons... Pour ce qui est de son audience, comme celle
de TF1, elle a baissé : environ 34 % de parts de marché, loin des 38 à 40
% qui étaient autrefois son ordinaire. C'est là la principale cause de son
éviction par Nonce Paolini, le patron de TF1 depuis un peu plus d'un an et
qui, depuis, s'emploie à déboulonner l'organisation mise en place par ses
prédécesseurs, Patrick Le Lay et Etienne Mougeotte. Un à un, les anciens
barons passent à la trappe, PPDA étant le plus emblématique d'entre eux,
installé au 20 heures de TF1 sitôt la chaîne privatisée en 1987. [...]
Libération, vendredi 11 juillet



Jeffbie
Le #16337791
La vie est morose de nos jours,
heureusement que Pierre Maurette nous a distrait de :

Fait une faute de goût, mon pépédé. Soit il a mal lu "L'albatros" et n'a pas
compris que Beaudelaire ne se tresse pas spécialement de lauriers, et même
parle de veulerie:



Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !



Enfin, ça se termine bien, quand même :

Monsieur Poivre est semblable au prince des nuées
Qui hante la télé et jouit aux JT ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses chevilles de géant l'empêchent de marcher.

--
Ma mère est habile
mais ma bile est amère.
(Bobby Lapointe)
John Deuf
Le #16338141
Marc :

PPDA : l'autotressage de lauriers



Bon débarras.

--
John Deuf
Publicité
Poster une réponse
Anonyme