Proc

Le
dmkgbt
Ou le drame pour l'accusé quand les magistrats ne comprennent rien à la
matière sur laquelle ils doivent statuer

C'était mercredi dernier, c'était lamentable, c'est sur Médiapart :

<http://www.mediapart.fr/journal/france/201213/piratage-google-drole-de-
proces-en-appel-pour-un-journaliste>

En ouverture d'audience, la magistrate chargée de rappeler les faits
semblait même ne pas connaître Google, prononcé à la française
« gogleu », ni savoir ce que signifie un « login », prononcé « lojin ».

Difficile, dans ces conditions, d'expliquer qu'il est effectivement
possible de tomber sur des documents de travail par une simple
recherche…
« Mais il faut tout de même taper des mot-clés… », demande ainsi,
dubitatif, un de juges.
« Comment faites-vous pour arriver sur des questions de santé publique
alors que vous cherchiez des choses sur la Syrie ? »
Au fil de l'audience, on se rend compte que les magistrats ont une
vision totalement fantasmée d'internet, et des documents que l'on peut y
trouver…
« Vous ne vous souciez pas de savoir si vous alliez tuer toute la
planète ? » s'indigne ainsi une magistrate alors que l'accusé vient de
lui expliquer que ces documents n'étaient, visiblement, pas
confidentiels.
On retrouve cette même incompréhension du côté du représentant du
ministère public.
« La moitié des termes que j'ai entendus aujourd'hui, je ne les ai même
pas compris », a-t-il ainsi reconnu en débutant son réquisitoire.
« Mes enfants, eux, pourraient très bien m'expliquer tout ça mais je
pense que, dans ce dossier, il faut avant tout simplifier et ne pas se
perdre. »

--
Dominique Gobeaut
dmkgbt(at)free(point)fr
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Gloops
Le #25895892
Le 26/12/2013 10:12, Dominique a écrit :
Ou le drame pour l'accusé quand les magistrats ne comprennent rien à la
matière sur laquelle ils doivent statuer...

C'était mercredi dernier, c'était lamentable, c'est sur Médiapart :

<http://www.mediapart.fr/journal/france/201213/piratage-google-drole-de-
proces-en-appel-pour-un-journaliste>

En ouverture d'audience, la magistrate chargée de rappeler les faits
semblait même ne pas connaître Google, prononcé à la française
« gogleu », ni savoir ce que signifie un « login », prononcé « lojin ».

Difficile, dans ces conditions, d'expliquer qu'il est effectivement
possible de tomber sur des documents de travail par une simple
recherche…
« Mais il faut tout de même taper des mot-clés… », demande ainsi,
dubitatif, un de juges.
« Comment faites-vous pour arriver sur des questions de santé publique
alors que vous cherchiez des choses sur la Syrie ? »
Au fil de l'audience, on se rend compte que les magistrats ont une
vision totalement fantasmée d'internet, et des documents que l'on peut y
trouver…
« Vous ne vous souciez pas de savoir si vous alliez tuer toute la
planète ? » s'indigne ainsi une magistrate alors que l'accusé vient de
lui expliquer que ces documents n'étaient, visiblement, pas
confidentiels.
On retrouve cette même incompréhension du côté du représentant du
ministère public.
« La moitié des termes que j'ai entendus aujourd'hui, je ne les ai même
pas compris », a-t-il ainsi reconnu en débutant son réquisitoire.
« Mes enfants, eux, pourraient très bien m'expliquer tout ça mais je
pense que, dans ce dossier, il faut avant tout simplifier et ne pas se
perdre. »





Et encore là, nous avons affaire à des technologies apparues il y a une
petite vingtaine d'années.

Il s'est déjà vu des cas où on prétend juger une affaire de violence en
affirmant haut et fort qu'on ne réussit pas à relire le document
d'expertise, qui expose pourtant l'antériorité des faits et le mécanisme
y ayant amené -alors qu'on réussit très bien à lire un extrait pour
tourner l'accusé en dérision. Y a-t-il dans ce cas un doute sur le cas
de nullité ?

C'est assez triste quand on a vu les mêmes faire un travail superbe au
moment des faits. Ce n'est certes pas pire que l'inverse.

Du coup, je ne suis pas tout-à-fait dans le sujet si on parle de juger
de l'utilisation de technologies modernes. Toutefois, peut-être un effet
de parallaxe introduira-t-il un éclairage intéressant ?

--
Publicité
Poster une réponse
Anonyme