Un procureur vraiment bien gentil...

Le
Fulminator
Lors de événements de Toulouse, on a vu un certain procureur
commenter les méfaits de l'ignoble crapule. Cet aimable
magistrat appelait l'assassin : "Monsieur"
(Pas croyable)

D'aucuns malpensants pourraient estimer que ce procureur
est vraiment bienveillant avec les prévenus de ce calibre

Lors de l'interrogatoire, certains magistrats pourraient-ils
pousser la déférence jusqu'à offrir un cigare au prévenu ?

" *Monsieur* l'assassin, vous prendrez bien un verre ?
Oh, pardon ! un thé à la menthe ? un cigare" ?

http://cjoint.com/?0CwkStWiVrA

Certains malpensants pourraient se demander si le même
ton (limite complaisant) aurait été adopté, dans les mêmes
circonstances, avec un assassin néonazi ?
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Paul Hussion
Le #24339651
Fulminator wrote :
Cet aimable
magistrat appelait l'assassin : "Monsieur" ... (Pas croyable)...



Et alors, c'est pas une femme, à ce qu'on nous en a dit !

D'aucuns malpensants pourraient estimer que ce procureur
est vraiment bienveillant avec les prévenus de ce calibre...



Les malpensants ne manquent pas, en effet.

Lors de l'interrogatoire, certains magistrats pourraient-ils
pousser la déférence jusqu'à offrir un cigare au prévenu ?...



Il est interdit de fumer dans les locaux recevant du public et dans les
bureaux administratifs.

" *Monsieur* l'assassin, vous prendrez bien un verre ?...
Oh, pardon !... un thé à la menthe ?



Doit-on voir dans cette remarque, une allusion aux habitudes supposées
de nombreux musulmans, maghrébins, arabes ?
D'autant que le thé à la menthe se boit justement dans un verre,
permettez-moi de vous en informer.

Certains malpensants pourraient se demander si le même
ton (limite complaisant) aurait été adopté, dans les mêmes
circonstances, avec un assassin néonazi ?...



Les malpensants ne manquent pas, en effet.
didier
Le #24339731
J'arrive à faire abstraction de certains relents nauséabonds de votre m essage... mais une question reste en suspens : quel est le rapport avec le sujet du groupe et donc "où est la question juridique"?
.
Le #24344841
"Fulminator" a écrit
dans le message de news: 4f6af5a8$0$12492$
Lors de événements de Toulouse, on a vu un certain procureur
commenter les méfaits de l'ignoble crapule. Cet aimable
magistrat appelait l'assassin : "Monsieur" ... (Pas croyable)...





Bonsoir

Le ministre de l'Intérieur aussi ....
quand on ne connait pas qui est en face ( en nombre d'actifs )
on prend toutes les réserves ...pour au moins engager les négociations
Admettons que le Moha ne soit pas seul
et qu'un groupe soit prêt à le relayer de l'autre côté de Toulouse.
Sont très susceptibles quant au phrasé ces gens là



Certains mal-pensants pourraient se demander si le même
ton (limite complaisant) aurait été adopté, dans les mêmes
circonstances, avec un assassin néonazi ?...


????
Le type en norway a eu droit à la même dénomination
de la part des autorités judiciaires ( du moins via les traducteurs )

La qualité du tireur ne rentre pas en ligne de compte
tant qu'il n'est pas capturé ..
( ...et sexuellement identifié pour justifier le " monsieur " ? )
ce qui exclut ainsi une certaine familiarité ou banalisation
par l'usage du prénom /nom

Sur le fond je place ces affaires toulousaines
au même titre de gravité
( tous égaux devant la mort ) que celle "dugonnais "
ou "godart"
ou de tout père de famille qui abat à la 22 ses enfants dans son sommeil
( par ici en faits dits divers , 4, il y a ~quarante ans
et c'est resté bien moins longtemps dans les journaux )

A Toulouse les faits se sont déroulés en public
et vite relayés par les medias ,
amplifiés par la présence deS communautéS mil et religieuse visées
Ça choque plus qu'un fait "isolé "
de simples civils laïques
en vase clos derrière les murs d'une propriété
mais la gravité est la même.


V
.
Le #24344831
"didier"
J'arrive à faire abstraction de certains relents nauséabonds de votre
message...

??


mais une question reste en suspens :
quel est le rapport avec le sujet du groupe
et donc "où est la question juridique"?

L'autorité supérieure peut-elle évoquer face aux medias
l'identité d'un présumé coupable
par monsieur, madame , mademoiselle ..
des fois que l'existence de madame Mohamed X
( veuve de monsieur X ) soit la tueuse

V
Publicité
Poster une réponse
Anonyme