Question métaphysique

Le
Ofnuts
Les objets inutilisés finissent par disparaître sous les toiles
d'araignées. Mais les toiles d'araignées abandonnées, il leur arrive quoi?

<http://cjoint.com/data/fEwr6jBRz5.htm>



--
Bertrand
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Ghost-Rider
Le #22191901
Le 30/05/2010 22:19, Ofnuts a écrit :
Les objets inutilisés finissent par disparaître sous les toiles
d'araignées. Mais les toiles d'araignées abandonnées, il leur arrive quoi?




N'était le petit point coloré en bas à droite, on pourrait croire cette
photo, par ses oppositions entre ombre profonde et lumière étincelante,
et par l'imprécision des détails de la toile, directement sortie d'un
manuel de photographie des années soixante.
Mais cet insolite point de couleur jette un pont inattendu entre deux
époques si proches et pourtant si lointaines et fait ressurgir dans
notre esprit nos souvenirs en vagues nostalgiques et répétées.
La toile d'araignée, si fragile et éphémère est ainsi fixée pour
l'éternité par le talent du photographe-philosophe qui a su
magistralement lui donner une dimension intemporelle.
Encore une grande leçon d'humanité, on ne peut que dire Merci.

--
Ghost Rider

"Aimez-vous les uns les autres".
Jésus-Christ
Ofnuts
Le #22192421
On 31/05/2010 07:45, Ghost-Rider wrote:
Le 30/05/2010 22:19, Ofnuts a écrit :
Les objets inutilisés finissent par disparaître sous les toiles
d'araignées. Mais les toiles d'araignées abandonnées, il leur arrive
quoi?




N'était le petit point coloré en bas à droite, on pourrait croire cette
photo, par ses oppositions entre ombre profonde et lumière étincelante,
et par l'imprécision des détails de la toile, directement sortie d'un
manuel de photographie des années soixante.
Mais cet insolite point de couleur jette un pont inattendu entre deux
époques si proches et pourtant si lointaines et fait ressurgir dans
notre esprit nos souvenirs en vagues nostalgiques et répétées.
La toile d'araignée, si fragile et éphémère est ainsi fixée pour
l'éternité par le talent du photographe-philosophe qui a su
magistralement lui donner une dimension intemporelle.
Encore une grande leçon d'humanité, on ne peut que dire Merci.




C'est curieux chez les cavaliers ce besoin de faire des phrases.... (c)(tm)

--
Bertrand
Ferdinand Marechal
Le #22192641
"Ghost-Rider" news:4c034cff$0$2961$
Le 30/05/2010 22:19, Ofnuts a écrit :
Les objets inutilisés finissent par disparaître sous les toiles
d'araignées. Mais les toiles d'araignées abandonnées, il leur arrive
quoi?




N'était le petit point coloré en bas à droite, on pourrait croire cette
photo, par ses oppositions entre ombre profonde et lumière étincelante, et
par l'imprécision des détails de la toile, directement sortie d'un manuel
de photographie des années soixante.
Mais cet insolite point de couleur jette un pont inattendu entre deux
époques si proches et pourtant si lointaines et fait ressurgir dans notre
esprit nos souvenirs en vagues nostalgiques et répétées.
La toile d'araignée, si fragile et éphémère est ainsi fixée pour
l'éternité par le talent du photographe-philosophe qui a su magistralement
lui donner une dimension intemporelle.
Encore une grande leçon d'humanité, on ne peut que dire Merci.



Il y a deux façons de se contempler : le miroir et sa propre prose.
Ferdinand Marechal
Le #22192631
"Ofnuts" news:4c02c866$0$654$
Les objets inutilisés finissent par disparaître sous les toiles
d'araignées. Mais les toiles d'araignées abandonnées, il leur arrive quoi?




Dans la vraie vie, de même que le foie récupère le fer de
l'hémoglobine des hématies en fin de vie, les vieilles toiles
sont recyclées, peu banal festin, par celles-là mêmes qui les
ont produites.
Il est des macro-molécules trop précieuses pour être gaspillées.

La photo ?...oui, la photo...bien, joli contre-jour, dommage que le fond
soit perturbé par le triangle clair du coin inférieur gauche qui doit
pouvoir se supprimer à grand renfort de tampon, amha.
Ghost-Rider
Le #22192741
Le 31/05/2010 10:09, Ofnuts a écrit :

On 31/05/2010 07:45, Ghost-Rider wrote:

Le 30/05/2010 22:19, Ofnuts a écrit :
Les objets inutilisés finissent par disparaître sous les toiles
d'araignées. Mais les toiles d'araignées abandonnées, il leur arrive
quoi?



N'était le petit point coloré en bas à droite, on pourrait croire cette
photo, par ses oppositions entre ombre profonde et lumière étincelante,
et par l'imprécision des détails de la toile, directement sortie d'un
manuel de photographie des années soixante.
Mais cet insolite point de couleur jette un pont inattendu entre deux
époques si proches et pourtant si lointaines et fait ressurgir dans
notre esprit nos souvenirs en vagues nostalgiques et répétées.
La toile d'araignée, si fragile et éphémère est ainsi fixée pour
l'éternité par le talent du photographe-philosophe qui a su
magistralement lui donner une dimension intemporelle.
Encore une grande leçon d'humanité, on ne peut que dire Merci.



C'est curieux chez les cavaliers ce besoin de faire des phrases.... (c)(tm)



Pourtant c'était bien une question métaphysique à laquelle il fallait
répondre, n'est-ce pas ?
Que la réponse éclipse la question, je n'y peux rien, car cette fort
belle photo d'un photographe-philosophe reconnu ne pouvait que susciter
des commentaires élogieux.

--
Ghost Rider

"Aimez-vous les uns les autres".
Jésus-Christ
Ghost-Rider
Le #22192861
Le 31/05/2010 10:51, Ferdinand Marechal a écrit :

"Ghost-Rider"
Le 30/05/2010 22:19, Ofnuts a écrit :

Les objets inutilisés finissent par disparaître sous les toiles
d'araignées. Mais les toiles d'araignées abandonnées, il leur arrive
quoi?



N'était le petit point coloré en bas à droite, on pourrait croire
cette photo, par ses oppositions entre ombre profonde et lumière
étincelante, et par l'imprécision des détails de la toile, directement
sortie d'un manuel de photographie des années soixante.
Mais cet insolite point de couleur jette un pont inattendu entre deux
époques si proches et pourtant si lointaines et fait ressurgir dans
notre esprit nos souvenirs en vagues nostalgiques et répétées.
La toile d'araignée, si fragile et éphémère est ainsi fixée pour
l'éternité par le talent du photographe-philosophe qui a su
magistralement lui donner une dimension intemporelle.
Encore une grande leçon d'humanité, on ne peut que dire Merci.



Il y a deux façons de se contempler : le miroir et sa propre prose.



Si tout le monde peut se contempler dans un miroir, bien peu de gens
peuvent contempler leur prose.

--
Ghost Rider

"Aimez-vous les uns les autres".
Jésus-Christ
Ofnuts
Le #22193871
On 31/05/2010 11:14, Ghost-Rider wrote:
Le 31/05/2010 10:09, Ofnuts a écrit :

On 31/05/2010 07:45, Ghost-Rider wrote:



Le 30/05/2010 22:19, Ofnuts a écrit :
Les objets inutilisés finissent par disparaître sous les toiles
d'araignées. Mais les toiles d'araignées abandonnées, il leur arrive
quoi?



N'était le petit point coloré en bas à droite, on pourrait croire cette
photo, par ses oppositions entre ombre profonde et lumière étincelante,
et par l'imprécision des détails de la toile, directement sortie d'un
manuel de photographie des années soixante.
Mais cet insolite point de couleur jette un pont inattendu entre deux
époques si proches et pourtant si lointaines et fait ressurgir dans
notre esprit nos souvenirs en vagues nostalgiques et répétées.
La toile d'araignée, si fragile et éphémère est ainsi fixée pour
l'éternité par le talent du photographe-philosophe qui a su
magistralement lui donner une dimension intemporelle.
Encore une grande leçon d'humanité, on ne peut que dire Merci.





C'est curieux chez les cavaliers ce besoin de faire des phrases....
(c)(tm)



Pourtant c'était bien une question métaphysique à laquelle il fallait
répondre, n'est-ce pas ?
Que la réponse éclipse la question, je n'y peux rien, car cette fort
belle photo d'un photographe-philosophe reconnu ne pouvait que susciter
des commentaires élogieux.



Pour la philosophie, j'ai ici un maître... pour la photo...

--
Bertrand
delestaque
Le #22199241
Ghost-Rider wrote:
Le 31/05/2010 10:51, Ferdinand Marechal a écrit :

"Ghost-Rider"


Le 30/05/2010 22:19, Ofnuts a écrit :





Les objets inutilisés finissent par disparaître sous les toiles
d'araignées. Mais les toiles d'araignées abandonnées, il leur
arrive quoi?



N'était le petit point coloré en bas à droite, on pourrait croire
cette photo, par ses oppositions entre ombre profonde et lumière
étincelante, et par l'imprécision des détails de la toile,
directement sortie d'un manuel de photographie des années soixante.
Mais cet insolite point de couleur jette un pont inattendu entre
deux époques si proches et pourtant si lointaines et fait ressurgir
dans notre esprit nos souvenirs en vagues nostalgiques et répétées.
La toile d'araignée, si fragile et éphémère est ainsi fixée pour
l'éternité par le talent du photographe-philosophe qui a su
magistralement lui donner une dimension intemporelle.
Encore une grande leçon d'humanité, on ne peut que dire Merci.



Il y a deux façons de se contempler : le miroir et sa propre prose.



Si tout le monde peut se contempler dans un miroir, bien peu de gens
peuvent contempler leur prose.




moi, j'aime bin contempler les miroirs, mais en biais, pour ne pas voir ma
tronche.
--
--
Ricco
palmerclaude
Le #22199541
Ofnuts wrote:
On 31/05/2010 07:45, Ghost-Rider wrote:
Le 30/05/2010 22:19, Ofnuts a écrit :
Les objets inutilisés finissent par disparaître sous les toiles
d'araignées. Mais les toiles d'araignées abandonnées, il leur arrive
quoi?




N'était le petit point coloré en bas à droite, on pourrait croire
cette photo, par ses oppositions entre ombre profonde et lumière
étincelante, et par l'imprécision des détails de la toile,
directement sortie d'un manuel de photographie des années soixante.
Mais cet insolite point de couleur jette un pont inattendu entre deux
époques si proches et pourtant si lointaines et fait ressurgir dans
notre esprit nos souvenirs en vagues nostalgiques et répétées.
La toile d'araignée, si fragile et éphémère est ainsi fixée pour
l'éternité par le talent du photographe-philosophe qui a su
magistralement lui donner une dimension intemporelle.
Encore une grande leçon d'humanité, on ne peut que dire Merci.




C'est curieux chez les cavaliers ce besoin de faire des phrases....
(c)(tm)



Je dirai, comme dans ce western "quand on tire pour tuer, on cause pas "
:-)
Seule exception à la règle : Delestaque. Il ne cesse de tirer en causant.
Ca va finir par lui jouer des tours.
Ghost-Rider
Le #22199791
Le 31/05/2010 15:16, Ofnuts a écrit :

Pour la philosophie, j'ai ici un maître... pour la photo...



Comment ça ? Quel est le sens exact de ces points de suspension ?
J'ai peur de comprendre...
Bon, et bien voilà une mésange bleue, non recadrée, non retouchée, prise
avec mon fidèle Olympus E20 au 36 mm soit 140 mm équivalent !
http://www.cijoint.fr/cj201006/cijOOFQMjJ.jpg
Ah mais !

--
Ghost Rider

"Aimez-vous les uns les autres".
Jésus-Christ
Publicité
Poster une réponse
Anonyme