Réforme des institutions : Philippe de Villiers (MPF) dénonce les « menaces » et le « chantage » de la majorité

Le
Taureau Assis
Alors que les 576 députés et 330 sénateurs se réunissaient lundi
après-midi en congrès au château de Versailles pour le vote de la
réforme des institutions, le président du MPF Philippe de Villiers a
dénoncé les « méthodes » utilisées par la majorité UMP pour convaincre
les parlementaires de son mouvement de ne pas s’opposer à la réforme des
institutions, en estimant que celles-ci « relèvent de la menace, du
chantage et de la tentative d’achat ».

En effet, a expliqué Philippe de Villiers, « je viens de faire savoir de
manière véhémente au président de l’Assemblée nationale et au président
du groupe UMP à l’Assemblée que les cinq parlementaires MPF et moi-même
étions choqués par les méthodes utilisées par eux, qui relèvent de la
menace, du chantage, et de la tentative d’achat ». Aussi, a-t-il ajouté,
« je leur demande de cesser le harcèlement téléphonique. Les cinq
parlementaires du MPF reçoivent un appel toutes les heures venant de
tous les horizons de l’Etat ».

Philippe de Villiers a déclaré avoir lui-même reçu pas moins de « quatre
» appels d’Alain Marleix, secrétaire d’Etat à l’Intérieur et aux
Collectivités Territoriales, laissant entendre que le futur redécoupage
électoral pourrait concerner son fief de Vendée. « Il m’a dit : “on ne
pensait pas s’occuper de la Vendée, mais je pense qu’on va s’en
occuper”», a assuré Villiers…

« Il y a un quart du gouvernement qui ne fait qu’appeler les
parlementaires qui veulent s’opposer à la réforme », a déclaré le
président du MPF. « J’ai été au Parlement pendant longtemps, jamais je
n’ai vu ce genre de procédé ! ». De son côté, la députée MPF Véronique
Besse a déclaré qu’elle avait d’abord été appelée par des collègues UMP,
avant que les appels ne viennent « de plus haut », et notamment du
président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer. « Et on m’a dit que
cela allait venir de plus haut encore », a-t-elle ironisé !

Quoi qu’il en soit, Philippe de Villiers a assuré que, malgré tout, les
cinq parlementaires MPF seraient présents lundi et voteraient « non » à
la réforme des institutions. Le MPF reproche en effet à juste titre à la
réforme institutionnelle d’instaurer un échappatoire à l’obligation
d’organiser un référendum pour toute nouvelle adhésion à l’UE, et
notamment celle de la Turquie, introduite en 2005 dans la Constitution.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
UBUjean-jacques viala
Le #16383251
On Mon, 21 Jul 2008 09:39:23 -0400, Taureau Assis

Quoi qu’il en soit, Philippe de Villiers a assuré que, malgré tout, les
cinq parlementaires MPF seraient présents lundi et voteraient « non » à
la réforme des institutions. Le MPF reproche en effet à juste titre à la
réforme institutionnelle d’instaurer un échappatoire à l’obligation
d’organiser un référendum pour toute nouvelle adhésion à l’UE, et
notamment celle de la Turquie, introduite en 2005 dans la Constitution.




ah la seule vraie question, completement cachée par les medias.

dictature, vous avez dit dictature.

--

UBU.

Chanter Bezons, voici l'épreuve.
Celine ;
Publicité
Poster une réponse
Anonyme