Scala ou Voix du théâtre

Le
j
Bonjour à tous,
Qui a l'expérience des 2, Klipsch Scala et Voix du Théâtre Lansing? Des
résultats d'écoute?
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 5
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
bebert le chef d'orchestre
Le #26332197
j a couché sur son écran :
Bonjour à tous,
Qui a l'expérience des 2, Klipsch Scala et Voix du Théâtre Lansing? Des
résultats d'écoute?




Ce sont des enceintes qui ont l'une comme l'autre leurs qualités et
que l'on peut aimer mais ce n'est vraiment pas ma tasse de thé. Elles
ont tendance à opérer une focalisation (l'effet loupe) qui peut être
désastreuse sur les masses symphoniques par un trop grand pouvoir
analytique. Là où le chef d'orchestre réunit, elle divise et transdorme
l'unité orchestrale,la pâte fluide de l'ensemble, en une juxtaposition
d'instruments. Au mieux, Furtwaengler devient Bernstein; au pire, comme
le plus souvent...
En revanche c'est plutôt meilleur sur les petites formations à
condition dqu'elles n' élargissent les instruments et restituent leur
juste dimension spatiale, ce qui , il faut le dire, est rarement le
cas...
La comparaison entre les deux nécessite de savoir desquels on parle:
quelle Scala (il y en a plusieurs et des différences aussi entre les
années de fabrication) et de quel HP sur les Voix du théâtre (idem).
Globalement et malgré les fortes réserves faites ci-dessus et qui sont
valables pour la plupart des HR au-dessus de 100db,ma préférence irait
très nettement aux Voix si bien équipées.
Attention aussi aux contrefaçons qui utilisent souvent des bois
inadéquats généralement trop épais, alors qu'elles sont conçues,
notamment la Klipsch, avec des parois minces mais contrôlées d'un point
de vue vibratoire.

Bébert le chef d'orchestre
Bourdeau Dominique
Le #26332200
"bebert le chef d'orchestre" a écrit dans le message de groupe de
discussion : m8dbv8$3kr$

j a couché sur son écran :
Bonjour à tous,
Qui a l'expérience des 2, Klipsch Scala et Voix du Théâtre Lansing? Des
résultats d'écoute?




Ce sont des enceintes qui ont l'une comme l'autre leurs qualités et
que l'on peut aimer mais ce n'est vraiment pas ma tasse de thé. Elles
ont tendance à opérer une focalisation (l'effet loupe) qui peut être
désastreuse sur les masses symphoniques par un trop grand pouvoir
analytique.

On croirait lire une revue spécialisée !!

Le pouvoir analytique d'une enceinte !? Cela n'a aucun sens. Une enceinte
passive n'analyse rien du tout et surtout pas les "masses symphonique".
bebert le chef d'orchestre
Le #26332202
Il se trouve que Bourdeau Dominique a formulé :

"bebert le chef d'orchestre" a écrit dans le message de groupe de discussion :
m8dbv8$3kr$

j a couché sur son écran :
Bonjour à tous,
Qui a l'expérience des 2, Klipsch Scala et Voix du Théâtre Lansing? Des
résultats d'écoute?




Ce sont des enceintes qui ont l'une comme l'autre leurs qualités et
que l'on peut aimer mais ce n'est vraiment pas ma tasse de thé. Elles
ont tendance à opérer une focalisation (l'effet loupe) qui peut être
désastreuse sur les masses symphoniques par un trop grand pouvoir
analytique.

On croirait lire une revue spécialisée !!

Le pouvoir analytique d'une enceinte !? Cela n'a aucun sens. Une enceinte
passive n'analyse rien du tout et surtout pas les "masses symphonique".



Mon pauvre Bourdeau, comprenez-vous au moins ce que vous me reprochez?
Je suis malheureusement loin d'en être sûr...

Bébert le chef d'orchestre
Bourdeau Dominique
Le #26332232
"bebert le chef d'orchestre" a écrit dans le message de groupe de
discussion : m8djhv$ovk$

Il se trouve que Bourdeau Dominique a formulé :

"bebert le chef d'orchestre" a écrit dans le message de groupe de
discussion : m8dbv8$3kr$

j a couché sur son écran :
Bonjour à tous,
Qui a l'expérience des 2, Klipsch Scala et Voix du Théâtre Lansing? Des
résultats d'écoute?




Ce sont des enceintes qui ont l'une comme l'autre leurs qualités et
que l'on peut aimer mais ce n'est vraiment pas ma tasse de thé. Elles
ont tendance à opérer une focalisation (l'effet loupe) qui peut être
désastreuse sur les masses symphoniques par un trop grand pouvoir
analytique.

On croirait lire une revue spécialisée !!

Le pouvoir analytique d'une enceinte !? Cela n'a aucun sens. Une enceinte
passive n'analyse rien du tout et surtout pas les "masses symphonique".



Mon pauvre Bourdeau, comprenez-vous au moins ce que vous me reprochez?
Je suis malheureusement loin d'en être sûr...

Mon riche Bebert, votre condescendance m'honore, je pense comprendre très
bien ce qu'est une enceinte et son fonctionnement et je vous assure que
malgré des dimensions parfois imposante leur "cerveau" n'analyse absolument
rien. Mais je ne demande qu'à apprendre ce que vous appelez à tort le
"pouvoir analytique" d'une enceinte !
bebert le chef d'orchestre
Le #26332234
Il se trouve que Bourdeau Dominique a formulé :

"bebert le chef d'orchestre" a écrit dans le message de groupe de discussion :
m8djhv$ovk$

Il se trouve que Bourdeau Dominique a formulé :

"bebert le chef d'orchestre" a écrit dans le message de groupe de
discussion : m8dbv8$3kr$

j a couché sur son écran :
Bonjour à tous,
Qui a l'expérience des 2, Klipsch Scala et Voix du Théâtre Lansing? Des
résultats d'écoute?




Ce sont des enceintes qui ont l'une comme l'autre leurs qualités et
que l'on peut aimer mais ce n'est vraiment pas ma tasse de thé. Elles
ont tendance à opérer une focalisation (l'effet loupe) qui peut être
désastreuse sur les masses symphoniques par un trop grand pouvoir
analytique.

On croirait lire une revue spécialisée !!

Le pouvoir analytique d'une enceinte !? Cela n'a aucun sens. Une enceinte
passive n'analyse rien du tout et surtout pas les "masses symphonique".



Mon pauvre Bourdeau, comprenez-vous au moins ce que vous me reprochez?
Je suis malheureusement loin d'en être sûr...

Mon riche Bebert, votre condescendance m'honore, je pense comprendre très
bien ce qu'est une enceinte et son fonctionnement et je vous assure que
malgré des dimensions parfois imposante leur "cerveau" n'analyse absolument
rien. Mais je ne demande qu'à apprendre ce que vous appelez à tort le
"pouvoir analytique" d'une enceinte !



Bourdeau, vous savez, il ne faut pas prendre les expressions qui
peuvent être des métaphores au pied de la lettre, sinon vous risquez
bien des déconvenues si votre amante vous appelle mon petit oiseau.

Quant on vous parle du pouvoir analytique d'une enceinte, cela ne
signifie pas que l'enceinte analyse chaque instrument avant de décider
si elle va l'amplifier ou le relèguer au second plan. Non elle n'a ni
âme ni cerveau. Voyez-vous, il s'agit d'une manière de dire comme
lorsque qu'on dit de quelqu'un (pas vous bien sûr, n'allez pas me
faire dire ce que je ne dis pas, hein?) qu'il est un âne, cela ne
signifie pas qu'il ait quatre pattes, une crinière, des dents et des
oreilles d'âne. Non, c'est juste une métaphore.

Les enceintes à HR qui ont aussi leurs qualités, comme je l'ai
souligné, ont souvent la propension à ne pas rendre avec naturel une
masse symphonique(attention l'emploi de masse ici ne signifie pas que
l'orchestre pèse lourd ni que les musiciens soient gros, Bourdeau...)
car elles donnet l'impression que vous, auditeur, êtes dans l'orchestre
alors qu'il est généralement admis que l'auditeur *normalement* se
trouve en retrait de quelques dizaines de mètres dans la salle. Cela
fausse donc les perspectives et une bonne partie du travail harassant
et méticuleux du chef d'orchestre.

Je sens que vous commencez à comprendre et je forme de grands espoirs
dans vos progrès à venir, Bourdeau et ne croyez pas que la musique soit
faite pour des techniciens et leurs chiffres mais pour les musiciens,
les mélomanes et surtout pour le plaisir et l'angoisse de vivre.

Bébert le chef d'orchestre
Philippe
Le #26332235
Le Mon, 05 Jan 2015 12:52:27 +0100, bebert le chef d'orchestre a écrit :

Les enceintes à HR qui ont aussi leurs qualités, comme je l'ai souligné,
ont souvent la propension à ne pas rendre avec naturel une masse
symphonique(attention l'emploi de masse ici ne signifie pas que
l'orchestre pèse lourd ni que les musiciens soient gros, Bourdeau...) car
elles donnent l'impression que vous, auditeur, êtes dans l'orchestre alors
qu'il est généralement admis que l'auditeur *normalement* se trouve en
retrait de quelques dizaines de mètres dans la salle.



Je ne le dirais pas ça de cette façon.
Écoutée au volume sonore identique, une enceinte a haut rendement laisse
une réserve d'énergie a l'amplificateur qui peut alors reproduire la
dynamique du son de façon plus réaliste. C'est pour cela que beaucoup de
gens trouvent plus détaillée l'écoute d'une enceinte a haut rendement mais
c'est surtout que les enceintes a rendement faible brident les amplificateurs
quand leur alimentation ne peut plus suivre.

Comme l'enregistrement est aussi le fruit du travail des preneurs de
son, il peut montrer la formation de l'intérieur ou bien d'une façon plus
proche de la position du spectateur. J'ai quelques enregistrements privés
qui sont fait a l'intérieur du groupe de musiciens, c'est assez déroutant
si la référence est celle du spectacle écouté en salle.


--
http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/jaures/discours/responsables-guerre_25071914.asp
https://www.youtube.com/watch?v=EUoxRR5aRlI
Philippe Vessaire Ò¿Ó¬
bebert le chef d'orchestre
Le #26332237
Philippe a utilisé son clavier pour écrire :
Le Mon, 05 Jan 2015 12:52:27 +0100, bebert le chef d'orchestre a écrit :

Les enceintes à HR qui ont aussi leurs qualités, comme je l'ai souligné,
ont souvent la propension à ne pas rendre avec naturel une masse
symphonique(attention l'emploi de masse ici ne signifie pas que
l'orchestre pèse lourd ni que les musiciens soient gros, Bourdeau...) car
elles donnent l'impression que vous, auditeur, êtes dans l'orchestre alors
qu'il est généralement admis que l'auditeur *normalement* se trouve en
retrait de quelques dizaines de mètres dans la salle.



Je ne le dirais pas ça de cette façon.
Écoutée au volume sonore identique, une enceinte a haut rendement laisse
une réserve d'énergie a l'amplificateur qui peut alors reproduire la
dynamique du son de façon plus réaliste. C'est pour cela que beaucoup de
gens trouvent plus détaillée l'écoute d'une enceinte a haut rendement mais
c'est surtout que les enceintes a rendement faible brident les amplificateurs
quand leur alimentation ne peut plus suivre.

Comme l'enregistrement est aussi le fruit du travail des preneurs de
son, il peut montrer la formation de l'intérieur ou bien d'une façon plus
proche de la position du spectateur. J'ai quelques enregistrements privés
qui sont fait a l'intérieur du groupe de musiciens, c'est assez déroutant
si la référence est celle du spectacle écouté en salle.



Deux remarques:
-une prise de son pro d'un orchestre, correctement effectuée, ne doit
évidemment jamais donner l'impression d'être dans l'orchestre mais dans
la salle, quel que soit le nombre de micros utilisés . Pourquoi donc
Charlin a t-il adopté sa tête artificielle et où la plaçait-il?
- le bât blesse souvent à cause de la mauvaise adaptation (ou parfois
simplement mauvaise qualité) des amplificateurs dont le choix est
encore plus délicat avec du BR qu'avec du HR (encore que..)

Bébert le chef d'orchestre
MELMOTH
Le #26332253
Ce cher mammifère du nom de Philippe nous susurrait, le lundi
05/01/2015, dans nos oreilles grandes ouvertes mais un peu sales tout
de même, et dans le message mélismes suivants :

Comme l'enregistrement est aussi le fruit du travail des preneurs de
son, il peut montrer la formation de l'intérieur ou bien d'une façon plus
proche de la position du spectateur. J'ai quelques enregistrements privés
qui sont fait a l'intérieur du groupe de musiciens, c'est assez déroutant
si la référence est celle du spectacle écouté en salle.



Je réécoutais cette Nuit (On ne dira jamais assez de bien du Bonheur
d'être insomniaque) un de mes #20 enregistrements-test (que J'utilise
depuis des décennies) : le disque Tchaikovsky (Ouverture 1812 et
Cappricio italien) / Beethoven (la Bataille de Wellington), par
Dorati/LSO, chez *Mercury*...
Enregistrements effectués avec en tout et pour tout trois micros
Telefunken, en 1955 (! Cappricio) et 1958 !...[comme tous les
enregistrements Mercury (une petite centaine de disques), entre 1955 et
1965...La grande époque de l'enregistrement des Musiques dites
"classiques" : Mercury, Decca, RCA et quelques autres]...
C'est très simple : Je ne crois pas qu'on n'ait jamais fait mieux avec
3 micros (et même un seul micro dans les enregistrements monophoniques
des années 50 !)que ce qu'ont fait *Wilma Cozart* et *Robert
Fine*...C'est tout simplement stupéfiant...Et sur une installation de
plus de 350 kg, "ça le fait", comme disent les djeunz...
Ces disques, Je les ai écoutés sur à peu près toutes les paires
d'enceintes qui ont défilé dans Mes Salons d'Écoute successifs
'beaucoup de déménagemùents)...Les Heritage "gagnent" haut, mais alors
très haut la main !...Et contrairement à ce qui a été affirmé ici,
l'image sonore est très cohérente, s'étend derrière les enceintes sur
toute la largeur de Ma Pièce (5 mètres), avec une profondeur
incroyable...Faut entendre pour le croire...(Par principe, Je laisse le
caisson de basses et son ampli (Klipsch eux aussi) en mode ON)...

S'il fallait reconnaître un défaut à ces enceintes de rêve, c'est leur
relative directivité...L'image "3D" n'est vraiment farpaitement perçue
que quand l'auditeur est placé à dans l'axe exact des tweeters...

Quant aux aiguilles des 4 vus-mètres "blue lagoon" des amplis, elles
dépassent difficilement les 0.5 watts (3 watts sur les transtoires des
incroyables coups de canon dans l'Ouverure !) !...C'est aussi un des
très grands intérêts des enceintes HR, la possiblité de les "driver"
avec de "petits" amplis (on pense évidemment aus amplis à tubes de
quelques watts)...Mes McIntosh (et le caisson de basses) avaient été
acquisitionnés© du temps où j'avais des enceintes à tès faible
sensibilité (86 dB)...

--
Car avec beaucoup de science, il y a beaucoup de chagrin ; et celui qui
accroît sa science accroît sa douleur.
[Ecclésiaste, 1-18]
MELMOTH - souffrant
Philippe
Le #26332252
Le Mon, 05 Jan 2015 13:33:41 +0100, bebert le chef d'orchestre a écrit :

- le bât blesse souvent à cause de la mauvaise adaptation (ou parfois
simplement mauvaise qualité) des amplificateurs dont le choix est encore
plus délicat avec du BR qu'avec du HR (encore que..)



Hors le cas des enceintes électrostatiques a charge capacitives, il n'y a
pas de raison de penser qu'un ampli soit meilleur qu'un autre pour pousser
la membrane d'un HP. Si le son est mauvais, c'est que l'un ou les deux
éléments sont mauvais. Pour les amplis, les marques renommées restent des
valeurs sures. En revanche, le monde des enceintes est très mouvant avec
de nouvelles créations qui sont souvent très discutables.
Associer le talent technique et le talent commercial reste rare.


--
http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/jaures/discours/responsables-guerre_25071914.asp
https://www.youtube.com/watch?v=EUoxRR5aRlI
Philippe Vessaire Ò¿Ó¬
Bourdeau Dominique
Le #26332396
"bebert le chef d'orchestre" a écrit dans le message de groupe de
discussion : m8dtt2$un0$


Bourdeau, vous savez, il ne faut pas prendre les expressions qui
peuvent être des métaphores au pied de la lettre,

Non ?! Sans blague. Le problème c'est que la métaphore utilisée n'a aucun
sens et n'explique en rien ce que vous mettez derrière elle.

Quant on vous parle du pouvoir analytique d'une enceinte, cela ne
signifie pas que l'enceinte analyse chaque instrument avant de décider
si elle va l'amplifier ou le relèguer au second plan. Non elle n'a ni
âme ni cerveau. Voyez-vous, il s'agit d'une manière de dire comme
Non, c'est juste une métaphore.

Les enceintes à HR qui ont aussi leurs qualités, comme je l'ai
souligné, ont souvent la propension à ne pas rendre avec naturel une
masse symphonique(attention l'emploi de masse ici ne signifie pas que
l'orchestre pèse lourd ni que les musiciens soient gros, Bourdeau...)
car elles donnet l'impression que vous, auditeur, êtes dans l'orchestre
alors qu'il est généralement admis que l'auditeur *normalement* se
trouve en retrait de quelques dizaines de mètres dans la salle. Cela
fausse donc les perspectives et une bonne partie du travail harassant
et méticuleux du chef d'orchestre.

Un peu lourd et expliquerait ce que vous entendez par la métaphore "pouvoir"
analytique" par le fait d'avoir l'impression d'être dans l'orchestre plutôt
que devant ? Un peu comme avec la presque totalité des casques, qui sont de
ce fait souvent déroutant. C'est ça ? Si oui avouez que la métaphore est
réellement obscure et bien loin de ce que vous expliquez. Par ailleurs la
sensation que vous évoquez est certainement plus souvent due à la prise de
son qu'aux enceintes utilisées...


Je sens que vous commencez à comprendre et je forme de grands espoirs
dans vos progrès à venir, Bourdeau et ne croyez pas que la musique soit
faite pour des techniciens et leurs chiffres mais pour les musiciens,
les mélomanes et surtout pour le plaisir et l'angoisse de vivre.

Je ne sais toujours pas si j'ai bien compris, mais n'utilisez pas des
notions techniques pour parler ensuite de métaphore. Votre approche permet à
tous les charlatans du monde de la HiFi de vendre de la poudre de
perlimpinpin à prix d'or à grand renfort de métaphores pseudo techniques à
des musiciens et mélomanes totalement ignares sur le plan scientifique et
technique. Cela vous embête de na pas comprendre les chiffres et ce qu'il y
a derrière visiblement.

Les derniers qui m'ont vendu de la métaphore "pouvoir analytique" étaient
des marchand de câbles grands spécialiste comme vous des métaphores pseudo
scientifique pour gogos.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme