Sépulture militaire ou irrespect des morts ?

Le
.
Bonjour

Comme nombre de ma génération ce matin au p'ti noir j'ai encore la
nausée du jogging dominical des futures Sections d'Assaut de la
démocraSSie Hollande Merkaelisée entre les croix blanches de Douaumont

On croyait avoir touché le fond avec ces connards
mais non on creuse


Les agitations pédestres de masse de ces jeunes cellules
plus ou moins innocentes sur des corps éventuellement inhumés incomplets
ou démembrés
sont-elles un pied de nez à la vie version teutone
et en droit français englobées dans le " coffre fort" de la prestation
du teuton organisateur

ou bien peuvent-elle s'apparenter à une violation de sépulture
en réunion et bande organisée ?


En cimetière civil une tombe est constituée
du fond attribué désigné par la municipalité , du monument et du signe
Le reste est dédié à la circulation publique

La sépulture militaire, épurée de la pierre , ne retient en visible que
le signe , ici la croix blanche et uniforme , le reste étant sous la
coupe de la tondeuse
Comment est délimité,s'il existe, le fond individuel


Faudra-t-il une autorisation municipale pour organiser un jogging public
ou un 110 m tombes dans un cimetière civil
ou bien l'exemple de Douaumont fait-il autorisation de droit ?



On ne passe pas !

V
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
voir_le_reply-to
Le #26400170
"."
Les agitations pédestres de masse de ces jeunes cellules
plus ou moins innocentes sur des corps éventuellement inhumés incomplets
ou démembrés
sont-elles un pied de nez à la vie



C'est le caractère décérébré de certains comportements moutonniers et
grégaires qui est une insulte à la vie et aux morts.

Le plus insupportable reste d'entendre ces boutte-feu bombant le torse
sur tous les fronts (y compris la dame en tailleurs, piaffant de voir
son armée retrouver une place pourtant historiquement pesante)...
n'avoir que le mot PAIX à la bouche, gémissant sur les guerres passées
tout en continuant d'alimenter les actuelles, sans jamais, jamais, poser
la question de savoir qui les fait (et qui les cause !) !

Occasion de rappeler la formule du vrai pacifiste que fût Jean-René
Caussimon : Si vis pacem... pars à vélo !

--
Gérald
Publicité
Poster une réponse
Anonyme