Stéphane Liminet à Saintes, la nuit, tout un hiver

Le
J.P. & D. Dubarry
SAINTES. --Le photographe Stéphane Liminet a arpenté pendant un hiver la
ville. Une exposition en rend compte
www.sudouest.com/090208/vil_chm_saintes.asp?Article 0208aP1866948.xml
Une nuit lumineuse :David Briand


Stéphane Liminet ne sera pas resté à Saintes longtemps. Deux ans. Pourtant,
derrière ses petites lunettes aux montures ovales, il aura su saisir ce que
bien des Saintais, empêtrés dans le regard bienveillant autant que
confortable qu'ils ont sur leur ville de coeur, ne voient pas. Pendant
l'hiver 2004- 2005, celui qui était alors laborantin photo à Shop Photo,
cours National, n'aura de cesse de parcourir la ville. Le soir. « C'est
seulement à ce moment-là que l'on voit les choses importantes, estime-t-il.
L'oeil va à l'essentiel, il n'est pas perturbé par la circulation
automobile, les bruits environnants ».


Rolleifleix en main. La saison choisie - l'hiver - ne l'a pas été par
hasard. « Au printemps par exemple, ce n'est pas possible : les feuilles
dissimulent des bâtiments ».
Le rituel de ces processions nocturnes était bien défini. Il débutait par un
repérage pédestre sans appareil. Puis il effectuait les soirs suivants une
première série d'images. « Soit je les exploitais, soit je les refaisais »,
indique Stéphane.

« L'oeil va à l'essentiel »

Fidèle compagnon de ces virées nocturnes, un Rolleifleix à moyen format,
équipé de films argentiques lumière du jour. Après avoir scanné le support,
il le soigne à l'ordinateur, sans apporter de modifications esthétiques ou
chromatiques.
Il a divisé la ville en huit quartiers. De ses pérégrinations, il a gardé 40
photos pour chaque quartier. Soit 320 photographies. Dix tableaux sont
accrochés à la librairie Le Croît Vif (1). Un choix cornélien effectué en
compagnie d'amis.
Au final, ces tableaux nous offrent des vues insolites de la ville, de ses
monuments, qui apparaissent douces, harmonieuses et équilibrées. La lumière
des lanternes publiques, loin de faire éclater l'obscurité de la nuit,
l'enveloppe dans un songe rassurant. « Il arrive à capter des lumières que
l'on ne voit pas », souffle la responsable de la librairie.


Maintenant La Rochelle ? Aujourd'hui installé à La Rochelle, il envisage de
renouveler l'expérience. Mais avec une approche différente. « Je diviserai
la ville en deux. D'un côté, la ville nouvelle, c'est-à-dire les Minimes, et
de l'autre, l'ancienne. J'essaierai de montrer le contraste entre les
deux ».
Changement de taille : Stéphane va passer à l'ère du numérique. Il vient
tout juste de réceptionner un appareil performant pour capter les hautes et
basses lumières. Il épargnera aussi à son propriétaire le passage par le
scan.
À tout juste 40 ans, l'homme employé à Mizo, le laboratoire de référence à
La Rochelle, fourmille de projets. Une galerie sur les graffs envisagée à la
médiathèque Michel-Crépeau. Il a également réservé le Carré Amelot pour une
exposition prévue lors de la saison 2008-2009. Sur un tout autre sujet : la
vie sous-marine. En cherchant bien, il doit certainement y avoir quelques
points communs avec une ballade nocturne à Saintes. La tranquille sérénité
des lieux par exemple.
(1) « Une nuit à Saintes ». À la librairie Le Croît vif, 2 ruelle de
l'Hospice, à Saintes jusqu'au 14 février. Les photographies sont à vendre au
prix unitaire de 100 euros. Un « book » recensant une trentaine de clichés
est proposé au prix de 60 euros. Tél 05 46 97 46 52. Ouvert les jeudis et
vendredis de 14 heures à 19 heures, le samedi de 10 heures à 19 heures.


begin 666 empty.gif
K1TE&.#EA`0`!`(#_`,# P ```"'Y! $`````+ `````!``$```("1 $`.P``
`
end
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Bour-Brown
Le #3504751
J.P. & D. Dubarry a écrit
( 47ad6f1c$0$2721$ )

il aura su saisir ce que bien des Saintais, empêtrés dans le regard
bienveillant autant que confortable qu'ils ont sur leur ville de coeur, ne
voient pas.


Euh... si ses clichés sont aussi banals que celui-ci, hein...

Le soir. « C'est seulement à ce moment-là que l'on voit les choses
importantes, estime-t-il. L'oeil va à l'essentiel, il n'est pas perturbé
par la circulation automobile, les bruits environnants ».


Absolument. Tout le reste ne sert à rien, vision du matin chagrin, etc.

La saison choisie - l'hiver - ne l'a pas été par hasard. « Au printemps
par exemple, ce n'est pas possible : les feuilles dissimulent des
bâtiments ».


Sûr. Et ça laisse la possibilité à un photographe matinal de nous offrir un
magnifique ouvrage sur l'éclosion d'une nature trop souvent ramenée à la
portion congrue tout ça.


Le rituel de ces processions nocturnes était bien défini.


Il marchait à la queue leu leu de lui même.


« Il arrive à capter des lumières que l'on ne voit pas », souffle la
responsable de la librairie.


La voix basse pour ne pas troubler les pénombres j'imagine...


(1) « Une nuit à Saintes ». À la librairie Le Croît vif, 2 ruelle de
l'Hospice, à Saintes jusqu'au 14 février. Les photographies sont à vendre
au prix unitaire de 100 euros. Un « book » recensant une trentaine de
clichés est proposé au prix de 60 euros.


Au moins l'«information» et le business font bon ménage, c'est déjà ça.

-
Le #3504741

Il marchait à la queue leu leu de lui même.


C'est curieux, je m'attendais plutôt à ce que vous ayez eu un avis sur
les gouttes d'eau du fil "comment font les insectes pour voler sous la
pluie ?".

Ricco
Le #3504731
J.P. & D. Dubarry wrote:
SAINTES. --Le photographe Stéphane Liminet a arpenté pendant un hiver
la ville. Une exposition en rend compte
www.sudouest.com/090208/vil_chm_saintes.asp?Article 0208aP1866948.xml



si tu nous fait un copié collé, tu mets pas le lein ou le contraire, au delà
de trnete lignes sur usenet, personne ne s'y attaque, enfi puisque tu
considères que tu fais aoffie de servive public et surtout ne daigne jamais
répondre
--
Ricco

Ricco
Le #3504721
- wrote:

Il marchait à la queue leu leu de lui même.


C'est curieux, je m'attendais plutôt à ce que vous ayez eu un avis sur
les gouttes d'eau du fil "comment font les insectes pour voler sous la
pluie ?".



on se demande qui te répond, le courageux du tiret du 6 :=)
--
--
Ricco


Bour-Brown
Le #3504671
- a écrit
( fojvh7$bl0$ )

C'est curieux, je m'attendais plutôt à ce que vous ayez eu un avis
sur les gouttes d'eau du fil "comment font les insectes pour voler
sous la pluie ?".


Effectivement, c'est curieux.

Publicité
Poster une réponse
Anonyme