TLT (Toulouse) liquidation judiciaire de la 1ère TV locale hertzienne française

Le
Thierry VIGNAUD
Le tribunal de commerce de Toulouse a prononcé la liquidation judiciaire de
TLT (Télé Toulouse), la plus ancienne chaînes locale hertzienne diffusant sur
la 4e plus grosse ville de France en terme de population qui devrait cesser
ses émissions ce 3 juillet à minuit.

Visiblement le site web est en sommeil, la liquidation judiciaire
d'aujourd'hui je n'y ai pas trouvé la moindre allusion
http://www.teletoulouse.fr/Mstr.php?lk5dfrP554a9071&Id21

et on en apprend plus sur sur le site de La Dépêche
http://www.ladepeche.fr/article/2015/07/03/2137591-la-liquidation-totale-de-tlt-est-prononcee.html

Télé Toulouse a été autorisée pour la première fois en diffusion analogique,
canal 37 avec 2 kW PAR, depuis le site de Toulouse-Bonhoure par une décision
de la CNCL (l'autorité de régulation antérieure au CSA), du 7/12/1987.

Quand elle se sera arrêtée, la plus ancienne chaînes locale hertzienne
terrestre sera alors la lyonnaise TLM, autorisée par la CNCL en analogique, le
11/7/1988

--
Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://tvignaud.pagesperso-orange.fr/
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Kosmiko2000
Le #26359226
Le 03/07/2015 21:09, Thierry VIGNAUD a écrit :
Le tribunal de commerce de Toulouse a prononcé la liquidation judiciaire de
TLT (Télé Toulouse), la plus ancienne chaînes locale hertzienne diffusant sur
la 4e plus grosse ville de France en terme de population qui devrait cesser
ses émissions ce 3 juillet à minuit.

Visiblement le site web est en sommeil, la liquidation judiciaire
d'aujourd'hui je n'y ai pas trouvé la moindre allusion
http://www.teletoulouse.fr/Mstr.php?lk5dfrP554a9071&Id21

et on en apprend plus sur sur le site de La Dépêche
http://www.ladepeche.fr/article/2015/07/03/2137591-la-liquidation-totale-de-tlt-est-prononcee.html

Télé Toulouse a été autorisée pour la première fois en diffusion analogique,
canal 37 avec 2 kW PAR, depuis le site de Toulouse-Bonhoure par une décision
de la CNCL (l'autorité de régulation antérieure au CSA), du 7/12/1987.

Quand elle se sera arrêtée, la plus ancienne chaînes locale hertzienne
terrestre sera alors la lyonnaise TLM, autorisée par la CNCL en analogique, le
11/7/1988




Pour la petite histoire à l'époque de l'analogique, il fallait acheter
une antenne spécifique pour capter TLT dans la zone de réception de la
chaîne.
Bizarrerie de l'époque...
Pas sûr que son lancement ait été économiquement trés viable dans les
premières années sans les aides des collectivités locales..
Reste à savoir si le canal sera repris maintenant par un autre projet
mieux géré..
Thierry VIGNAUD
Le #26359231
On Fri, 3 Jul 2015 21:34:29 +0200, Kosmiko2000
Pour la petite histoire à l'époque de l'analogique, il fallait acheter
une antenne spécifique pour capter TLT dans la zone de réception de la
chaîne.
Bizarrerie de l'époque...



Avant le démarrage de TLT, le site de Bonhoure était déjà utilisé par LA CINQ,
canal 32 et M6, canal 34. Donc les télespectateurs qui étaient déjà équipés
pour recevoir ces chaînes depuis février 1986, avaient toutes capacités à
capter les premières émissions de Télé Toulouse qui ont démarré 2 ans plus
tard, depuis ce site, sur le canal 37.

Pas sûr que son lancement ait été économiquement trés viable dans les
premières années sans les aides des collectivités locales..



Amusant ta citation : "...ait été économiquement très viable dans les
premières années..." et tu crois que 27 ans après elle l'est économiquement
"très viable" (même si on enlève le "très" ?) vu qu'elle vient d'être liquidée
? Donc si pour toi à ses début ton appréciation est un "Pas sur" dois-je en
conclure que ce 3 juillet 2015, il se transforme à tes yeux en un "Sur" et pas
qu'à ses débuts, jusqu'à sa fin ?

Quant aux financements par les collectivités locales je te renvoie à l'article
de la Dépêche où le maire de Toulouse dit que les financements locaux ne
pouvaient couvrir les dettes de la chaîne.

En complément, la chaîne affiche en ce moment un bandeau confirmant son arrêt
ce soir à minuit.


--
Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://tvignaud.pagesperso-orange.fr/
Kosmiko2000
Le #26359261
Le 03/07/2015 22:12, Thierry VIGNAUD a écrit :
On Fri, 3 Jul 2015 21:34:29 +0200, Kosmiko2000
Pour la petite histoire à l'époque de l'analogique, il fallait acheter
une antenne spécifique pour capter TLT dans la zone de réception de la
chaîne.
Bizarrerie de l'époque...



Avant le démarrage de TLT, le site de Bonhoure était déjà utilisé par LA CINQ,
canal 32 et M6, canal 34. Donc les télespectateurs qui étaient déjà équipés
pour recevoir ces chaînes depuis février 1986, avaient toutes capacités à
capter les premières émissions de Télé Toulouse qui ont démarré 2 ans plus
tard, depuis ce site, sur le canal 37.



OK.
J'avais le souvenir qu'au lancement il fallait une nouvelle antenne et
que cela posait un problème de se rééquiper pour simplement une chaîne
locale.
Dans le fil de discussion de l'article de La Dépêche, il y a un
commentaire qui l'évoque.
Peut être qu'avec une antenne ancienne calée sur cet émetteur, les
Toulousains captaient bien La 5 et M6 et trés mal TLT.

Pas sûr que son lancement ait été économiquement trés viable dans les
premières années sans les aides des collectivités locales..



Amusant ta citation : "...ait été économiquement très viable dans les
premières années..." et tu crois que 27 ans après elle l'est économiquement
"très viable" (même si on enlève le "très" ?) vu qu'elle vient d'être liquidée
? Donc si pour toi à ses début ton appréciation est un "Pas sur" dois-je en
conclure que ce 3 juillet 2015, il se transforme à tes yeux en un "Sur" et pas
qu'à ses débuts, jusqu'à sa fin ?




Ce que je voulais dire c'est qu'une chaîne locale peut pendant quelques
années équilibrer son budget avec des aides publiques mais doit à un
moment si elle est bien gérée pouvoir se séparer de ces aides.

Reste à savoir quand arrive ce moment : 27 ans pour ne jamais arriver à
un équilibre, c'est trop long et la chaîne en peut tenir sauf s'il y a
une volonté politique de maintenir une chaîne pour des raisons
culturelles ou autres. C'était le cas de TLT.

Quant aux financements par les collectivités locales je te renvoie à l'article
de la Dépêche où le maire de Toulouse dit que les financements locaux ne
pouvaient couvrir les dettes de la chaîne.



Lu. La ville de Toulouse n'aurait-elle pas du chercher à vendre sa
chaîne (avec l'autorisation qui va avec) au secteur privé ?


En complément, la chaîne affiche en ce moment un bandeau confirmant son arrêt
ce soir à minuit.





C'est triste. Quelle va être la suite ? L'Etat pourrait il utiliser son
droit de preemption et diffuser France 24 par exemple ?
Thierry VIGNAUD
Le #26359336
On Sat, 4 Jul 2015 08:58:29 +0200, Kosmiko2000

Lu. La ville de Toulouse n'aurait-elle pas du chercher à vendre sa
chaîne (avec l'autorisation qui va avec) au secteur privé ?



La ville de Toulouse était prorpiétaire d'une chaîne de TV ? Première nouvelle
!

Depuis quand et quel était son nom ?

Comme je crois supposer ce que tu va me répondre je vais prendre les devant
pour éviter de faire perdre du temps à tout le monde, à tout hasard, en citant
les actionnaires de TLT si tu avais cette idée dans la tête :
------------------------------
I- Composition du capital social et répartition des droits de vote de la
société Toulouse inscrits à la dernière convention avec le CSA (avenant 5 du
12 juin 2014) :

Câble Toulousain de Vidéocommunications (48,75 %)
La Dépêche TV (22,63 %)
Société d’Edition de la presse régionale (SEPR
SA) (0,000% - 6 actions)
Sud Communication 10,48 %
SASP Toulouse Football Club 10,198 %
SASP Stade Toulousain Rugby 5,09 %
Société Bordelaise de crédit industriel et
commercial (CIC) 2,83 %

Le directeur de la publication du service, au sens de l’article 93-2 de la loi
n° 82-652 du 29 juillet 1982 modifiée, est M. Emmanuel Schwartzenberg,
Président de la société Toulouse Télévision.
------------------------

--
Thierry VIGNAUD
Emetteurs radio et TV :
http://tvignaud.pagesperso-orange.fr/
Fran
Le #26359344
Kosmiko2000 avait écrit le 04/07/2015 :
...
Ce que je voulais dire c'est qu'une chaîne locale peut pendant quelques
années équilibrer son budget avec des aides publiques mais doit à un moment
si elle est bien gérée pouvoir se séparer de ces aides.

Reste à savoir quand arrive ce moment : 27 ans pour ne jamais arriver à un
équilibre, c'est trop long et la chaîne en peut tenir sauf s'il y a une
volonté politique de maintenir une chaîne pour des raisons culturelles ou
autres. C'était le cas de TLT.



Quand on voit comment la plupart des chaînes locales survivent, pour
celles qui le peuvent, avec peu de téléspectateurs et une gabegie de
fonds publics, il y a peut-être lieu de regarder ce qui leur est commun :
le cahier des charges.
"L'éditeur doit consacrer au minimum 50 % du volume total hebdomadaire
du temps d'antenne, dont 20 % est en première diffusion, à des
émissions dont le sujet est ancré dans la réalité sociale, économique
et culturelle de la zone sur laquelle l'appel est lancé. Ce minimum
doit être programmé entre 6 heures et 24 heures."
Une "télé locale" est une télé à couverture locale. Malheureusement nos
technocrates en ont déduit qu'"une télé locale est une télé limitée à
des sujets concernant sa zone de couverture".
Une télé locale ne devant quasiment parler que de la vie locale, il ne
faut pas être sorti de la cuisse de Jupiter pour comprendre que très
vite, elles vont emmerder le téléspectateur. C'est ce qui se passe.
L'emmerdement était programmé, le cahier des charges a atteint son
objectif !

Ca me rapelle Brassens :
"Maudits soient ces enfants de leur mère patrie
Empalés une fois pour tout's sur leur clocher,
Qui vous montrent leurs tours, leurs musé’s, leur mairie,
Vous font voir du pays natal jusqu'à loucher.
Qu'ils sortent de Paris, ou de Rome, ou de Sète,
Ou du diable vauvert ou de Zanzibar,
Ou même de Montcuq, ils s'en flattent mazette,
Les imbécil’s heureux qui sont nés quelque part,
Les imbécil’s heureux qui sont nés quelque part."
:-)
bilou
Le #26359358
"François Guillet" news:5598ed3a$0$3023$

Quand on voit comment la plupart des chaînes locales survivent, pour
celles qui le peuvent, avec peu de téléspectateurs et une gabegie de fonds
publics, il y a peut-être lieu de regarder ce qui leur est commun : le
cahier des charges.
"L'éditeur doit consacrer au minimum 50 % du volume total hebdomadaire du
temps d'antenne, dont 20 % est en première diffusion, à des émissions dont
le sujet est ancré dans la réalité sociale, économique et culturelle de la
zone sur laquelle l'appel est lancé. Ce minimum doit être programmé entre
6 heures et 24 heures."
Une "télé locale" est une télé à couverture locale. Malheureusement nos
technocrates en ont déduit qu'"une télé locale est une télé limitée à des
sujets concernant sa zone de couverture".
Une télé locale ne devant quasiment parler que de la vie locale, il ne
faut pas être sorti de la cuisse de Jupiter pour comprendre que très vite,
elles vont emmerder le téléspectateur. C'est ce qui se passe.
L'emmerdement était programmé, le cahier des charges a atteint son
objectif !


+1
Il faudrait sérieusement assouplir tout cela.
On pourrait par exemple les autoriser a rediffuser en différé les
productions
des autres TV locales y compris celles de FR3.
Ou créer une chaîne nationale avec des encarts publicitaires locaux
dont elles pourraient diffuser le programme un peu comme cela se fait
en Angleterre.
Il faudrait aussi favoriser la diffusion de leurs creations sur les chaines
nationales.
Kosmiko2000
Le #26359430
Lu. La ville de Toulouse n'aurait-elle pas du chercher à vendre sa
chaîne (avec l'autorisation qui va avec) au secteur privé ?



La ville de Toulouse était prorpiétaire d'une chaîne de TV ? Première nouvelle



Pas à 100 % évidemment mais elle a eu des parts dans le capital via une
SEM..

Je sais qu'il ne faut pas croire tout ce que dit Wikipédia mais...

À l'origine, TLT est contrôlée conjointement par la ville de Toulouse
(via la société d'économie mixte CTV) et le groupe Vivendi.
En 2002, Vivendi réduit sa participation.
En 2004, les principaux actionnaires de TLT sont, par ordre décroissant,
CTV, Lagardère Active (Lagardère SCA) et la Dépêche du Midi.

Après le retrait de Lagardère Active en janvier 2009, les principaux
actionnaires sont 8 :
La mairie de Toulouse (23 %)
La Dépêche du Midi (20 %)
La Caisse d'épargne régionale (20 %)
Sud Communication (14 %)
Le Stade toulousain (9 %)
Le Toulouse Football Club (9 %)
Le Crédit industriel et commercial (5 %).

Ce que tu as donné comme information correspond à la dernière
composition du capital social en 2014 !!
La chaîne date de 1988 !!!

Je maintiens : la mairie de Toulouse aurait pu au moins à trois reprises
en 2002, 2004 et 2009 au moment des restructurations du capital essayer
de sortir cette chaîne de la perfusion, susciter l'entrée dans le
capital d'autres structures privées...
TLT serait peut-être morte mais aurait pu renaître... Là çà a l'air
d'être mal parti...


!

Depuis quand et quel était son nom ?

Comme je crois supposer ce que tu va me répondre je vais prendre les devant
pour éviter de faire perdre du temps à tout le monde, à tout hasard, en citant
les actionnaires de TLT si tu avais cette idée dans la tête :
------------------------------
I- Composition du capital social et répartition des droits de vote de la
société Toulouse inscrits à la dernière convention avec le CSA (avenant 5 du
12 juin 2014) :

Câble Toulousain de Vidéocommunications (48,75 %)
La Dépêche TV (22,63 %)
Société d’Edition de la presse régionale (SEPR
SA) (0,000% - 6 actions)
Sud Communication 10,48 %
SASP Toulouse Football Club 10,198 %
SASP Stade Toulousain Rugby 5,09 %
Société Bordelaise de crédit industriel et
commercial (CIC) 2,83 %

Le directeur de la publication du service, au sens de l’article 93-2 de la loi
n° 82-652 du 29 juillet 1982 modifiée, est M. Emmanuel Schwartzenberg,
Président de la société Toulouse Télévision.
------------------------

François Guillet
Le #26359464
bilou a exposé le 05/07/2015 :
...
Il faudrait sérieusement assouplir tout cela.



Oui

On pourrait par exemple les autoriser a rediffuser en différé les productions
des autres TV locales y compris celles de FR3.



Pourquoi faudrait-il encadrer le contenu ?
Les chaînes locales ne fonctionnant pas, laissons à celles qui le
tentent le choix total des programmes, dans les limites habituelles
qu'ont déjà les chaînes nationales, pas de X... et avec une petite
exigence de production locale, le but n'étant pas d'avoir un robinet à
séries américaines. On verra ainsi si certaines trouvent la formule qui
marche et la sélection se fera. La méthode est darwinienne certes, mais
la Nature a fait ses preuves.

Ou créer une chaîne nationale avec des encarts publicitaires locaux
dont elles pourraient diffuser le programme un peu comme cela se fait
en Angleterre.



Oui

Il faudrait aussi favoriser la diffusion de leurs creations sur les chaines
nationales.



Euh... attendons que les "créations" deviennent d'un niveau compatible,
ou alors vraiment les meilleures seulement.
bilou
Le #26359592
"François Guillet" news:559a318d$0$3305$
Il faudrait aussi favoriser la diffusion de leurs creations sur les
chaines
nationales.



Euh... attendons que les "créations" deviennent d'un niveau compatible, ou
alors vraiment les meilleures seulement.


Bonsoir
Oui souvent il s'agit de diffusion de spectacles sportifs ,de théâtre
ou musicaux locaux.
Mais même les reportages sont intéressants car on sent la motivation
des équipes locales pour faire ressortir la richesse de leur "patrimoine".
Il s'établit plus facilement une complicité avec leur "cible".
FR3 régions est bon aussi sur ce plan mais les sujets sont limités
en durée.
Ca change des équipes "multitaches" parachutées de Paris
"comme des chiens dans un jeu de quilles" :-)
Grace a l'ADSL il m'arrive de zapper dans les chaines locales et
souvent j'y reste plus longtemps que prévu :-)
François Guillet
Le #26359690
bilou vient de nous annoncer :
...
Mais même les reportages sont intéressants car on sent la motivation
des équipes locales pour faire ressortir la richesse de leur "patrimoine".
Il s'établit plus facilement une complicité avec leur "cible".
FR3 régions est bon aussi sur ce plan mais les sujets sont limités
en durée.
Ca change des équipes "multitaches" parachutées de Paris
"comme des chiens dans un jeu de quilles" :-)
Grace a l'ADSL il m'arrive de zapper dans les chaines locales et
souvent j'y reste plus longtemps que prévu :-)



Je suis tout à fait d'accord sur la motivation et la compétence des
équipes, souvent jeunes, et même que leur traitement des infos locales
est meilleur que celui d'équipes "parachutées". Je l'ai aussi remarqué,
et ça me désole pour elles par rapport aux résultats.
C'est le contenu lui-même, le fond, qui est souvent insuffisant pour
faire l'intérêt du sujet par rapport au temps qui lui est consacré. Les
équipes doivent remplir du temps d'antenne et elles manquent de matière
et/ou de moyens en images et déplacements. Alors quelque soit leur
aptitude et leur bonne volonté, on a l'impression qu'on nous rabâche 10
fois la même chose au cours d'une même émission -surtout les débats- et
que l'affaire, qui aurait été intéressante 5 mn, est diluée sur 1/2h
qui devient vite ennuyeuse.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme