Todorov, sur le racialisme

Le
Juden.Hasst
Dans "Nous et les autres", publié en 1989 aux éditions du Seuil,
Tzvetan Todorov distinguait entre le racisme, réaction de défense
purement instinctive le plus souvent, et probablement universelle
aussi, et le racialisme, doctrine scientifique fondée sur des
arguments rationnels. Ce qu'il décrivait alors, non seulement paraît
en soi tout à fait pertinent, mais c'est à se demander même pourquoi
tout le monde n'est-il pas racialiste ? exception faite, bien sûr, de
toutes celles et toutes ceux dont la mauvaise foi avérée les mène
jusqu'à nier l'évidence, les faits et la nature. Juden Hasst, lui, s'y
reconnaît lui-même, évidemment, d'où ces quelques notes de commenta=
ire
qu'il fait précéder des initiales JH :

"1. L'existence des races. La première thèse [du racialisme] consiste
évidemment à affirmer la réalité des races, c'est-à-dire des
groupements humains dont les membres possèdent des caractéristiques
physiques communes ; ou plutôt - car les différences mêmes relèvent=
de
l'évidence - à affirmer la pertinence et l'importance de cette notion.
Les races sont ici assimilées aux espèces animales, et l'on pose qu'il
y a entre deux races la même distance qu'entre le cheval et l'âne :
pas assez pour empêcher la fécondation mutuelle, mais suffisamment
pour établir une frontière qui saute aux yeux de tous. []"

JH : La race est l'évidence même, au contraire des différences, quand
bien même ces dernières ne peuvent être objectivement niées. Entre =
un
groupe de Suédois moyens et un autre groupe de Congolais moyens, les
"caractéristiques physiques communes" respectives sauteront toujours
aux yeux, d'où le besoin du concept correspondant. Il est certes plus
difficile, mais non pas impossible, de reconnaître, pour un oeil
suffisamment exercé, les caractères raciaux hérités par la plupart =
des
individus (la couleur de la peau ou la forme du visage peuvent
s'avérer trompeuses parfois, mais ce n'est jamais le cas du squelette
ou des caractéristiques du crâne). Seuls les imbéciles pourraient
s'ingénier à nier le caractère d'être naturel de l'homme. Le fait q=
ue
la distance génétique soit néanmoins plus importante à l'intérieu=
r de
chacun des groupes qu'entre les grandes races, scientifiquement
établi, n'est pas niable. Mais il n'est que la conséquence du
métissage généralisé des populations humaines. C'est ce dernier qui
constitue aujourd'hui un réel problème, et c'est un crime que de
l'encourager.

"2. La continuité entre physique et moral. Mais les races ne sont pas
simplement des regroupements d'individus ayant des apparences
semblables (si tel avait été le cas, l'enjeu n'aurait été que bien
faible). Le racialiste postule, en deuxième lieu, la solidarité des
caractéristiques physiques et des caractéristiques morales ; en
d'autres termes, à la division du monde en races correspond une
division par cultures, tout aussi tranchée. []"

JH : La race et la culture, même si leurs frontières respectives ne
coïncident pas toujours, ne sont souvent rien d'autre que des
désignations différentes d'une même réalité. Et qui pourrait bien=
nier
les "caractéristiques morales" pouvant être associées aux différent=
es
races comme aux différentes cultures ? Les unes sont naturellement
héritées, les autres façonnées par l'éducation, l'héritage cult=
urel,
la mémoire, ou encore s'affirment par solidarité avec les autres
membres du groupe. Michel Serres lui-même reconnaissait ce singulier
rapport au temps très élastique caractéristique des nègres d'Afriqu=
e,
qui contraste très fortement avec le besoin d'un cadre temporel
rigoureux, d'un emploi du temps parfaitement ordonné, souvent propre à
l'Aryen. C'est un fait que les Antillais sont souvent paresseux, les
jaunes impassibles et cruels, les youpins d'un matérialisme borné (au
point que la religion judaïque, qui n'est jamais chez eux que l'alibi
de l'appartenance communautaire, exclut bel et bien toute espèce de
transcendance, comme pour mieux valoriser le temporel uniquement). Il
n'est jamais facile, évidemment, de distinguer en l'homme les parts
respectives de l'inné et de l'acquis. Le plus souvent, l'inné ne
ferait qu'inscrire des potentialités que l'appartenance au groupe
viendrait confirmer, mais d'autres hypothèses sont également
envisageables.

"3. L'action du groupe sur l'individu. Le même principe déterministe
joue aussi dans un autre sens : le comportement de l'individu dépend,
dans une très large mesure, du groupe racio-culturel (ou "ethnique")
auquel il appartient. Cette proposition n'est pas toujours explicitée
car elle va de soi : à quoi bon distinguer les races et les cultures,
si l'on croit en même temps que les individus sont moralement
indéterminés, qu'ils agissent en fonction de leur volonté librement
exercée, et non de leur appartenance - sur laquelle ils n'ont aucune
prise ? Le racialisme est donc une doctrine de psychologie collective,
et il est par nature hostile à l'idéologie individualiste."

JH : Observez par exemple sans préjugé le comportement de ces
"djeunes" qui encombrent les lieux publics ou certains halls
d'immeubles, se concentrent en masse dans certaines manifestations
populaires, etc. : l'individu existe-t-il encore ? le groupe, tel
qu'ethniquement déterminé, et souvent constitué sur ce seul critère,
n'est-il pas la seule réalité ? L'erreur de Todorov, il me semble, est
de faire d'une disposition caractéristique d'une seule culture
(l'individualisme propre à l'Occident), telle que cultivée,
historiquement développée, un trait naturel à toutes les races comme =
à
toutes les cultures. L'individualisme n'est certainement pas une
disposition spontanée chez les bougnoules, les négros ou les jaunes,
sauf à leur avoir été inculquée.

"4. Hiérarchie unique des valeurs. Le racialiste ne se contente pas
d'affirmer que les races sont différentes ; il les croit aussi
supérieures ou inférieures les unes aux autres, ce qui implique qu'il
dispose d'une hiérarchie unique des valeurs, d'un cadre évaluatif par
rapport auquel il peut porter des jugements universels. []"

JH : C'est l'évidence même. La force est bien supérieure à la
faiblesse, l'énergie à la paresse, l'esprit d'aventure à
l'immobilisme, etc. Il se trouve que ces qualités se rencontrent plus
souvent chez les Aryens, et beaucoup plus rarement chez les races
inférieures. Par curiosité, vous l'expliquez comment, si ce n'est par
la race ?

"5. Politique fondée sur le savoir. [] Une politique doit être
engagée, qui mette le monde en harmonie avec la description
précédente. Ayant établi les "faits", le racialiste en tire un
jugement moral et un idéal politique. Ainsi, la soumission des races
inférieures, voire leur élimination, peut être justifiée par le sav=
oir
accumulé au sujet des races. C'est ici que le racialisme rejoint le
racisme: la théorie donne lieu à une pratique.
C'est l'ensemble de ces traits qui constitue la doctrine racialiste."

JH : Encore une évidence. Une saine politique doit bien pouvoir être
envisagée, en lieu et place de cette démocrassouille qui ne peut que
mener le monde à l'anarchie, et finalement à la ruine, en permettant,
en attendant la fin, l'effondrement de toute idée de civilisation
comme de culture tout aussi bien, à tous ces circoncis plus ou moins
négrifiés de profiter au maximum du système pour se faire toujours
plus d'argent. Il est parfaitement légitime de chercher au moins, pour
nous autres Européens, à nous protéger de tout contact avec les races
inférieures (pas chez nous !), et d'éliminer ceux au moins qui nous
asservissent en nous imposant un tel contact, tout en s'en préservant
eux-mêmes, j'ai nommé les youpins. Au-delà, est-il encore tolérable
que la démagogie et la corruption généralisée par l'argent fassent
office en politique de normes incontestables ? Est-il encore possible
de tolérer la présence dans notre vieille Europe de tous ces résidus
encore plus dégénérés les uns que les autres des pires métissages=
qui
n'aient jamais pu être envisagés ? L'Europe après tout serait-elle
bien moins peuplée qu'aujourd'hui, cela changerait-il réellement quoi
que ce soit au degré de performance dont elle est encore capable ? Au
contraire, peut-on penser. Le marché de l'emploi s'en trouverait
assaini, toute personne de bonne race aryenne pourrait faire l'objet
de réelles mesures d'intégration sociale en sa faveur, tout le corps
social serait réellement solidaire. Au lieu de cela, les youpins nous
imposent actuellement un devoir de solidarité envers les pires déchets
qui puissent être, et dont ils s'exemptent naturellement eux-mêmes.
Quoi de plus logique, dès lors qu'on connaît suffisamment cette
sinistre race mentale ?

Une dernière remarque pour terminer. Vous êtes ici particulièrement
nombreux encore à regarder naïvement le socialisme national du siècle
dernier comme d'essence criminelle. Juden Hasst vous invite simplement
à vous demander si ce ne serait pas par hasard depuis cette révision
permanente de l'histoire objectivement toujours plus show-ouah-ouah
centrée, à l'initiative des youtres surtout, sinon exclusivement.
Exercez donc votre esprit critique ! Demandez-vous seulement si toute
cette saine jeunesse enthousiaste allemande, européenne même, surtout
vers la fin, était réellement très différente de ce que nous sommes
tous encore aujourd'hui, quel que soit notre âge biologique, si elle
pouvait seulement être totalement endoctrinée Alors, vous serez sur
le bon chemin : celui de la reconnaissance du pouvoir juif, de la
dénonciation, quoique très risquée aujourd'hui, de leurs mensonges
éhontés, de la prise de conscience de cet esclavage auquel sont
désormais soumis tous les peuples européens, à commencer par les
vaincus de la précédente guerre. Les youtres eux-mêmes n'ont rien
d'Européens, ce sont incontestablement des Orientaux, ce que seule une
vieille baderne avinée telle que Peppone pourrait encore nier.

A tous nos camarades déjà convaincus : n'hésitez pas à me contacter
sur mon email déclaré ici (il est transparent). Passez au minimum
par un anonymiseur (recherche Google sur le mot), pour votre sécurité
(il est si facile de monter un faux site web prétendument néo-nazi,
qui ne sert en réalité qu'à identifier les plus motivés d'entre nou=
s).
Tous ensemble, nous serons plus forts. Imposez-vous ici même, ou bien
sur les forums judaïques, vous ne risquez à peu près rien, du moment
que vous prenez bien toutes les précautions qui s'imposent, après vous
être suffisamment documentés (évitez Proxad par exemple, = Free, =
à
l'usage de la police, au service des youpins, j'ai failli un jour le
découvrir à mes dépends).

PS : il ne s'agit pas pour moi de divertir des mouvements sociaux en
cours, évidemment : je suis peut-être l'opposant le plus résolu, celui
qui sera peut-être même le dernier survivant (puisque je n'hésiterai
aucunement à faire parler les armes mêmes, en cas de besoin, toutes
les armes), au pouvoir d'Alberich et des siens.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
diegel
Le #15712051
Le pauvre type à la ramasse des organismes sociaux, et pustulé de
frustrations, émet sa vésanie racialiste de son crade cagibi ...
Publicité
Poster une réponse
Anonyme